Catégories :

Les albums

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 19 avril 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Julian Prégardien a décidé d’enregistrer le cycle des Dichterliebe après avoir découvert la nouvelle édition de Bärenreiter et avoir exploré la pièce en concert avec son complice Eric Le Sage, en intercalant d’autres œuvres de Robert et aussi de Clara Schumann dont on célèbre en 2019 le bicentenaire : Clara jouait les Dichterliebe dans les années 1860 et glissait au milieu du cycle des extraits de Kreisleriana. Prégardien a demandé à Eric Le Sage d’enregistrer ces mêmes extraits (sur un piano Blüthner de 1856, année de la mort du compositeur), ainsi que des Romances composées par Robert et Clara, à l’époque où leur mariage était encore très incertain. Au programme également, la sublime ballade Löwenbraut, autre illustration des angoisses de Robert de voir Clara partir. Julian Prégardien a tenu à inviter Sandrine Piau à venir chanter trois duos, un simple Canon composé par Clara et deux duos de Robert, Wenn ich ein Vöglein wär et le sublime In der Nacht. Quatre autres Lieder complètent le disque : Sängers Trost, une courte pièce dans le style belcanto ; Kurzes Erwachen, écrit par Robert à l’âge de 18 ans ; Aus den hebräischen Gesängen, œuvre très déprimée, extraite de Myrthen, cadeau de mariage à Clara ; Mein Wagen rollet langsam, un Lied qui était dans la première version des Dichterliebe. Les Dichterliebe auraient pu illustrer le triomphe de Schumann en cette année 1840 où il peut enfin épouser Clara ; pourtant ils se caractérisent par une ironie amère, la nostalgie (Sehnsucht) et la peur… © Alpha Classics
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 16 novembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month
Très éloignés des Lieder de Schubert, qui sont des chants selon la tradition « populaire » allemande, généralement strophiques, avec accompagnement subordonné au chant (ce qui n’ôte rien à leur invraisemblable génie !), ceux de Schumann procéderaient, pour reprendre les termes de Christian Gerhaher lui-même, de la « dramaturgie lyrique », de petits opéras-miniature, dans lesquels le piano et le chant sont égaux en contenu. Ce qui n’explique pas pourquoi les Lieder de Schumann sont moins rarement donnés en concert, hormis quelques cycles rabâchés – Myrten, Dichterliebe et L’amour et la vie d’une femme surtout. Gerhaher et son pianiste Gerold Huber ont puisé dans l’ample répertoire du genre, des œuvres quasiment jamais présentées. Seules trois des cycles présentés datent de 1840, « l’année du Lied » – et accessoirement l’année du mariage, enfin, enfin, avec Clara Wieck –, les autres reflétant les dernières années de la vie du compositeur, après 1850, avec ô combien de nostalgie, de retenue aussi… On n’est plus du tout dans le romantisme échevelé des premières années, et l’humeur est toujours plus sombre, le discours plus morcelé, par petites touches, comme esquissé. Le contraste d’une époque à l’autre est extraordinaire. Gerhaher et Huber nous donnent ces étonnantes merveilles avec toute la révérence dûe. © SM/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 31 mars 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Au sortir d’une aventure schubertienne révélant au fil des ans son immense stature dans le domaine du lied, Matthias Goerne a sélectionné une petite vingtaine de ces petits bijoux amoureusement confectionnés par Schumann l’année de son mariage (1840) ou dans la période plus sombre de Düsseldorf (1849-52). Au-delà de l’aspect historique, cette anthologie se présente comme une mise en abîme : un véritable monde semble s’insinuer entre les douces fleurs du bouquet des Myrthes et l’atmosphère nocturne des Sechs Gedichte und Requiem. Oui : tout un monde !« Schumann version clair-obscur. Voici un des récitals les plus aboutis du grand Matthias Goerne. En compagnie du pianiste Markus Hinterhäuser, le baryton allemand parcourt les chemins de solitude de Robert Schumann, loin de ses lieder les plus connus. Les deux interprètes forment un tandem redoutable d'efficacité et d'accord, qui déploie l'œuvre sous un jour nouveau, tout en contrastes. Demi-teintes, amertume, faux espoirs apportent une douloureuse coloration à ce voyage d'automne.» (Classica, mai 2017) 
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD4,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 9 mars 2009 | Naive

Liederkreis II, op. 39 - Frauenliebe und Leben, op. 42 - Die Löwenbraut (Drei Gesänge, op.31) - Widmung - Der Nussbaum (Myrthen, op.25) - Er ist's (Liederalbum für die Jugend, op. 79) - etc. / Marie-Nicole Lemieux, contralto - Daniel Blumenthal, piano
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 1 juin 2010 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
Daniel Johannsen, ténor - Elena Larina, piano
CD7,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 27 février 2016 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
« [...] De ce Dichterliebe, un concert de Salzbourg en 1956 offre une interprétation prodigieuse, qu'une discographie comparée avait distinguée : lieder d’un jeune poète nommé Dietrich Fischer-Dieskau, inspiré par le concert, en dialogue intime avec le piano humble et accueillant de Gerald Moore. De cette voix ce jour-là, le rayonnement d’alcyon ne fait pas regretter le ténor prévu par le compositeur, mais se change aussi en âcreté, en violence rentrée. L’art du chant (ligne de rêve, coloris à l’infini, dynamique phénoménale) est à la fois un et mobile, comme ce verbe si net et pourtant suggestif, capable du quasi-récitatif qu’appelle Schumann. [...] Démiurgie sans parade : écoutez seulement comment les deux partenaires conduisent l’évolution interne aux deux derniers lieder du cycle. [...] De Grümmer à Schäfer : Irmgard Seefried demeure indispensable, par son immédiateté douloureuse (Dein Angesicht) et surtout par sa façon d'assumer à la fois le ton populaire et la stupeur funèbre (Der arme Peter). L'absence en CD des albums enregistrés par Ernst Haefliger pour Deutsche Grammophon est une grande injustice, qui attend réparation. Pour preuve la poésie exceptionnelle de six Schumann avec Jacqueline Bonneau. [...] Avec Peter Anders et son grain si impérieux, c'est un autre pouvoir d'évocation qui donne corps aux murmures inquiétants du Rhin. [...] Elisabeth Schumann sent quelle mélancolie est enclose dans les lieder les plus délicats, le seul Alte Laute de Lotte Lehmann fait entendre une âme aux confins du silence. [...] Au lyrisme absolu d'Elisabeth Grümmer, tenue et frémissante en tout point, peut bien répondre la sensibilité souveraine de Christine Schäfer. » (Diapason, mars 2016 / Jean-Philippe Grosperrin)
CD9,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 20 novembre 2015 | Challenge Classics

Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] Le fil conducteur, c’est le Liederkreis op. 39 de Schumann, sur des poèmes d’Eichendorff qui estompent justement la frontière entre songe et réalité, passé et présent. Entre les douze lieder du cycle s’intercalent des titres de Brahms, Britten et quelques improvisations sur des textes du même Eichendorff par Anna Lucia Richter et Michael Gees. [...] un programme jouant sur les correspondances et les résonances, au sens propre et figuré : images et thématiques communes à différents auteurs, poétisation de l’enchaînement des pièces (How sweet the answer de Britten amorcé alors que s’évapore la dernière harmonie de Schöne Fremde), improvisation fondée sur le motif du lied qui précède (Nachtwanderer). Pour son premier disque en solo, la jeune Anna Lucia Richter (née en 1990) ose prendre des risques. [...] voix nacrée au vibrato subtilement modulé, legato soyeux, souplesse de la ligne (les arabesques de l’improvisation sur Wünschelrute), finesse des nuances expressives [...] Mais le maître des lieux est indéniablement Michael Gees, dont aucun pianiste de lied actuel ne possède la variété d’articulation, l’art de la superposition des plans sonores et le kaléidoscope de couleurs.» (Diapason, avril 2016 / Hélène Cao)
CD5,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 2 juillet 2013 | Naxos

Livret
Liederkreis, op.39 - 3 Gedichte, op.30 - Die Löwenbraut, op.31 n°1 - Sechs Gedichte aus dem Liederbuch eines Malers, op.36 / Thomas E. Bauer, baryton - Uta Hielscher, piano
CD8,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 22 février 2013 | Sony Classical

Publication d'origine
CD11,49 €

Mélodies & Lieder - Paru le 4 mars 2011 | harmonia mundi

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Spanisches Liederspiel, op.74 - Minnespiel, op.101 - Spanische Liebeslieder, op.138 / Marlis Petersen, soprano - Anke Vondung, mezzo-soprano - Werner Güra, ténor - Konrad Jarnot, baryton - Christoph Berner & Camillo Radicke, pianos
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 28 octobre 2008 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Mein schöner Stern! op.101 n°4 (Rückert) - Gedichte der Königin Maria Stuart op.135 - Requiem op.90 n°7 - Liederkreis op.39 (Joseph von Eichendorff) - Frauenliebe und Leben op.42 / Sarah Connolly, mezzo-soprano - Eugene Asti, piano
CD5,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 28 octobre 2008 | Naxos

Livret
Frauenliebe und -leben op.42 - 7 Lieder op.104 - Gedichte der Königin Maria Stuart op.135 - 6 Gesänge op.107 / Sibylla Rubens, soprano - Uta Hielscher, piano
CD7,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 30 septembre 2008 | Naxos

Distinctions Diapason d'or
Mahler : Lieder eines fahrenden Gesellen & Kindertotenlieder - Schumann : Liederkreis op.39 / Dietrich Fischer-Dieskau, baryton - Gerald Moore, piano - Philharmonia Orchestra - Wilhelm Furtwängler, direction - Orch. Philh. de Berlin - R. Kempe, direction
CD5,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 27 mai 2008 | Naxos

Zwölf Lieder op.35 - Fünf Liederund Gesänge op.127 - Vier Gesänge op. 142 - Jugend-Liedernach Kerner, WoO21 & 10 / Hans Jörg Mammel, ténor - Uta Hielscher, piano
CD9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 23 avril 2008 | Avie Records

Lieder und Gesänge aus Wilhelm Meister op.98a - Liederkreis op.39 - Gedichte der Königin Maria Stuart op.135 - 3 Duette / Marianne Beata Kielland, mezzo-soprano - Christian Hilz, baryton - Katia Bouscarrut, piano
CD13,49 €

Mélodies & Lieder - Paru le 13 juin 2007 | Winter & Winter

Lieder d'après Robert Schumann & Franz Schubert / Barbara Sukowa, voix - Ensemble Schönberg - Reinbert de Leeuw, piano
CD9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 14 février 2007 | Audite

CD9,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 1 janvier 1997 | Claves Records

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or

Le genre

Opéra dans le magazine