Catégories :

Les albums

CD1,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1908 | Deutsche Grammophon (DG)

CD1,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1909 | Deutsche Grammophon (DG)

CD5,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1953 | Naxos Classical Archives

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1962 | Mezhdunarodnaya Kniga Musica

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 janvier 1964 | Baroque Records

Hi-Res
CD10,99 €

Classique - Paru le 29 mars 1965 | Decca Music Group Ltd.

CD5,99 €

Classique - Paru le 24 janvier 1966 | ISMCDigital

CD10,99 €

Classique - Paru le 25 mai 1972 | Decca Music Group Ltd.

HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 1 août 1972 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD10,99 €

Classique - Paru le 5 décembre 1978 | Decca Music Group Ltd.

CD2,99 €

Classique - Paru le 18 février 1979 | MARFER

CD14,99 €

Classique - Paru le 17 avril 1979 | Deutsche Grammophon (DG)

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | Deutsche Grammophon (DG)

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1985 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'un des grands enregistrements de Dietrich Fischer-Dieskau. Enregistrés au milieu des années 1970, ces Dichterliebe Op. 48 et Liederkreis Op. 39 profitent hautement de la sonorité soyeuse et subtilement timbrée du piano de Christoph Eschenbach, et Dietrich Fischer-Dieskau, ici capable de teintes sombres (Ich grolle nicht) autant que douces (Zwielicht), distille une science de la diction de la langue allemande absolument renversante (In der Fremde, une claque!). Poétiques, d'un naturel imparable, comme baignées par la lumière du soleil, ces sessions Schumann respirent l'intelligence, le bonheur !
CD7,99 €

Classique - Paru le 31 décembre 1985 | Marco-Polo

CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 janvier 1986 | CapriccioNR

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1986 | Deutsche Grammophon Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
On connait l'histoire de Schumann écrivant coup sur coup, en quelques jours, ces deux sonates à la fin de l'année 1851. La seconde étant née de son insatisfaction et du sentiment d'avoir raté la première ! Heureuse méprise qui nous donne deux partitions habilement écrites pour un ensemble, violon et piano, qui avait été déjà gâté par Mozart et Beethoven. Fantasques, engagés, romantiques à souhait, tels sont ces deux interprètes d'exception, Gidon Kremer et Martha Argerich dans un répertoire qui leur va comme un gant. Ils dévorent avec la même gourmandise des oeuvres dont l'encre ne semble pas encore sèche. Leur Schumann est volubile, brillant, bavard, traversé de part en part par une entente parfaite qui transparaît à chaque instant. Des moments de grâce captés au vol par les habiles techniciens de la DGG.

Le genre

Opéra dans le magazine