Les albums

2047 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Franz Schubert
11,99 €

Classique - À paraître le 23 août 2019 | PentaTone

Livret
9,99 €

Classique - À paraître le 2 août 2019 | BIS

Livret
6,99 €

Classique - Paru le 6 juillet 2019 | CFClassic

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
7,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | CFClassic

9,99 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | Intense Media GmbH

3,99 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | Sotelysa Digital

14,99 €

Classique - Paru le 20 juin 2019 | Ameritz Music Ltd

1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2019 | Maqam Records

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 13 juin 2019 | Galileo Music Communication

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
La carrière d’Andrea Lucchesini se poursuit discrètement, à l’ombre de celle beaucoup plus médiatisée d’autres pianistes italiens. Brillant élève, comme Nelson Goerner, de la grande Maria Tipo, Lucchesini s’est beaucoup investi dans la péninsule au concert et au disque. Après s’être fait connaître pour ses interprétations de la musique de Luciano Berio, en particulier de son concerto Echoing Curves dirigé par le compositeur lui-même, il a enregistré l’intégrale des sonates de Beethoven pour le label Stradivarius. Au cours de ces dernières années, c’est Schubert qu’il a pour compagnon de route, « mon grand amour », dit-il. Ces deux compositeurs si différents de l’orée du romantisme fascinent Andrea Lucchesini qui présente ici un premier volume dédié aux œuvres tardives de Schubert, à l’époque où le compositeur de lieder se remet à composer des sonates dans le pesant voisinage d’un génie comme Beethoven, qui habitait de surcroît la même ville que lui. Pour Lucchesini, Schubert reste une énigme. L’homme ne nous laisse presque aucun écrit, il ne se fixa jamais à un domicile précis et personne ne saura jamais comprendre sa timidité, son agitation, ni son homosexualité latente. « Redécouvrir ses dernières œuvres », dit encore Andrea Lucchesini, « m’a montré la différence entre l’artiste qui a diverti ses amis et le compositeur travaillant dans la solitude, sans aucune perspective d’être publié ni joué. » Cette solitude au bord de la rupture s’entend bien dans cet album, particulièrement dans l’interprétation de l’Andantino de la Sonate D. 959 où passent d’inquiétants fantômes. © François Hudry/Qobuz
19,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Nimbus Alliance

Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 31 mai 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | OnClassical

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Paladino Music

Hi-Res Livret
14,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Sony Classical

1,19 €

Classique - Paru le 13 mai 2019 | Digital Classic

15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
Aux deux recueils de lieder retrouvés après la mort de Schubert, l’éditeur Haslinger ajoutait un quatorzième lied et donnait à l’ensemble le titre de "Chant du Cygne". Faux cycle, mais véritable plongée dans l’intimité des derniers instants de la vie du compositeur, nostalgiques, déchirants, désespérés et finalement apaisés, c’est ce parcours que les interprètes retracent ici, sur un piano Erard de 1859, miraculeusement préservé, apportant un éclairage unique à ce chef-d’œuvre. © Klarthe

Le genre

Opéra dans le magazine