Catégories :

Les albums

CD27,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 7 octobre 2010 | harmonia mundi

Livrets Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica - Prise de son d'exception
« [...] Jacobs veut une Flûte dégraissée, "déromantisée" [...] et la travaille dans une optique entièrement pensée pour le disque, hyperthéâtrale. L'œuvre retrouve la verve populaire propre à charmer une salle de faubourg viennoise (ce qu'était le Theater auf der Wieden, où elle fut créée) sans rien perdre de la portée philosophique et maçonnique [...] D'où une étude minutieuse des dialogues : comment les dire, comment passer du chanté au parlé (les scènes avec les Dames de la Nuit sont particulièrement révélatrices), comment les imbriquer dans la trame musicale avec parfois le secours d'un pianoforte offensif et loquace [...] Travail d'orfèvre captivant, dont plusieurs écoutes sont loin d'épuiser les richesses, et qui fait appel à des bruits divers (pépiements d'oiseaux, fracas du tonnerre...) pour mieux stimuler l'imagination de l'auditeur [...] Nerveuse, un rien acide de son, l'Akademie für Alte Musik Berlin répond au doigt et à l'œil, notamment à la succession très pensée des tempos au cours des longs finales. La distribution en appelle à l'esprit d'équipe plus qu'aux individualités. [...] (Diapason, novembre 2010 / Michel Parouty)
CD22,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 22 mai 2009 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica - Prise de son d'exception
CD23,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 5 janvier 2009 | Naive

Livret Distinctions Diapason d'or - 10 de Classica-Répertoire - Prise de son d'exception
Premier enregistrement de l'intégrale de l'opéra en trois actes "La Fida Ninfa", RV 714 / Sandrine Piau, soprano - Lemieux Marie Nicole, contralto - Veronica Cangemi, soprano - Philippe Jaroussky, contre-ténor - Jean-Christophe Spinosi, direction etc.
CD14,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Prise de son d'exception
Jonas Kaufmann, le ténor que les scènes du monde entier s’arrachent, relève un nouveau défi musical, celui de l’opéra vériste italien. Vous connaissez son talent pour les répertoires allemand et français, vous serez stupéfaits par ses affinités avec l’opéra italien de la fin du XIXe et du début du XXe siècle ! D'autant que l'artiste propose des pages plutôt méconnues de Zandonai, Giordano, Cilea, Leoncavallo, Ponchielli. Un régal !
CD14,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 29 janvier 2010 | deutsche harmonia mundi

Distinctions Prise de son d'exception
Sixième opéra de Haydn composé en 1779, d’une sobriété étonnante, sans effet décoratif, L'isola disabitata, dont voici une version très bien chantée, raconte le naufrage de Constanza et de sa sœur Silvia, leur existence sur une île déserte et leur attente d’être retrouvées.
CD9,99 €

Opéra - Paru le 30 mai 2012 | Aeon

Distinctions 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception
CD9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 2 octobre 2008 | Phoenix Edition

Distinctions 9 de Classica-Répertoire - Prise de son d'exception
Der Vierjährige Posten D.190 - Die Zwillingsbrüder D.647 / Aga Mikolaj, soprano - Stephan Genz, baryton - Andreas Karasiakn, ténor - Thomas Jakobs, ténor - Chorus Musicus Köln - Das Neue Orchester - Christoph Spering, direction
CD7,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 9 février 2009 | naïve classique

Distinctions 9 de Classica-Répertoire - Prise de son d'exception
L'année 2009 commémore le 250e anniversaire de la disparition de Haendel, l’un des grands représentants du baroque finissant, qui avait su faire la synthèse de la plupart des goûts et styles de son époque. Très fortement influencé par l’écriture orchestrale italienne fondée sur la mélodie (les Concerti grossi opus 6), mais recourant régulièrement aux danses originaires de France parfois réadaptées à l’anglaise, Haendel écrivit nombre d’opéras et oratorios qui marquèrent les générations suivantes (Mendelssohn en composant Elias et Paulus se souvint autant des grandes pages chorales de l’Allemand devenu Anglais que des Passions du Cantor). « Faisons-nous plaisir ! » fut le mot d’ordre lancé par nos trois complices — la soprano Sandrine Piau, la contralto Sara Mingardo et le chef d’orchestre Rinaldo Alessandrini. Avant d’envisager la sélection et la mise en ordre des airs, les deux chanteuses avaient, avant tout, l’envie de chanter ensemble sous la direction d'Alessandrini. Il s’agissait d’un projet initialement conçu pour la spectacle vivant. Ainsi retrouve-t-on, extraits des ouvrages pas nécessairement les plus médiatiques de Haendel, et parfois plus marquants (Orlando, Alessandro, etc…), soit quelques duos passionnés chantant l’amour ou la mort, soit des plaintes d’un amant malheureux ou des serments d'amour éternel. En réalité, les quarante-deux opéras de Haendel offrent une palette infinie d’états d’âme transcendés dans des airs souvent devenus célèbres. Une célébrité qui n'exclut pas l'originalité, ce que revendique absolument le chef et claveciniste italien Rinaldo Alessandrini (par ailleurs directeur musical du renommé Concerto Italiano) : « Nous avons pris soin d’éviter les airs les plus connus et d’entretenir les contrastes de l'un à l’autre. » Tout cela ne peut qu’allécher nos petites papilles…
CD8,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 19 septembre 2011 | Naive

Distinctions Prise de son d'exception
L'année 2009 commémore le 250e anniversaire de la disparition de Haendel, l’un des grands représentants du baroque finissant, qui avait su faire la synthèse de la plupart des goûts et styles de son époque. Très fortement influencé par l’écriture orchestrale italienne fondée sur la mélodie (les Concerti grossi opus 6), mais recourant régulièrement aux danses originaires de France parfois réadaptées à l’anglaise, Haendel écrivit nombre d’opéras et oratorios qui marquèrent les générations suivantes (Mendelssohn en composant Elias et Paulus se souvint autant des grandes pages chorales de l’Allemand devenu Anglais que des Passions du Cantor). « Faisons-nous plaisir ! » fut le mot d’ordre lancé par nos trois complices — la soprano Sandrine Piau, la contralto Sara Mingardo et le chef d’orchestre Rinaldo Alessandrini. Avant d’envisager la sélection et la mise en ordre des airs, les deux chanteuses avaient, avant tout, l’envie de chanter ensemble sous la direction d'Alessandrini. Il s’agissait d’un projet initialement conçu pour la spectacle vivant. Ainsi retrouve-t-on, extraits des ouvrages pas nécessairement les plus médiatiques de Haendel, et parfois plus marquants (Orlando, Alessandro, etc…), soit quelques duos passionnés chantant l’amour ou la mort, soit des plaintes d’un amant malheureux ou des serments d'amour éternel. En réalité, les quarante-deux opéras de Haendel offrent une palette infinie d’états d’âme transcendés dans des airs souvent devenus célèbres. Une célébrité qui n'exclut pas l'originalité, ce que revendique absolument le chef et claveciniste italien Rinaldo Alessandrini (par ailleurs directeur musical du renommé Concerto Italiano) : « Nous avons pris soin d’éviter les airs les plus connus et d’entretenir les contrastes de l'un à l’autre. » Tout cela ne peut qu’allécher nos petites papilles…

Le genre

Opéra dans le magazine