Artistes similaires

Les albums

17,48 €
12,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
6,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1989 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La Sonate pour violon et piano de Richard Strauss est sans conteste une œuvre de jeunesse : le compositeur affichait alors vingt-quatre printemps et ses influences brahmsiennes – mais aussi un certain parfum à la française, disons Franck par exemple, dont la propre Sonate pour violon et piano précède seulement de deux ans celle de Strauss – restent évidentes. En vérité, il faut un peu fouiller pour y trouver des tournures straussiennes mais, en vérité, il s’en trouve un assez grand nombre cachées au détour de telle harmonie, de telle cellule mélodique. Le deuxième mouvement a cela de particulier qu’il évoque une sorte d’improvisation ; c’est d’ailleurs son sous-titre. Voilà une chose assez rare chez Strauss dont les partitions sont des monuments de précision. Si la Sonate de Strauss apparaît assez fréquemment aux répertoires des violonistes de tout crin, la Sonate de Respighi reste hélas fort absente. Elle fut écrite dans le sillage du succès planétaires des Fontaines de Rome, vers 1917, et là encore, un mouvement fait saillie par rapport aux autres ; c’est ici le dernier mouvement, en forme de passacaille comme le dernier mouvement de la Quatrième Symphonie de Brahms dont il emprunte d’ailleurs quelques accents, ainsi que des éléments architecturaux. En fin de compte, le violoniste Krystian Zimerman n’a pas manqué de flair : voici deux sonates toutes deux assez négligées, et toutes deux influencées par Brahms. Le duo formé ici par Krystian Zimerman et la violoniste Kyung-Wha Chung est extraordinaire de précision, de raffinement sonore, et de naturel dans l’expression. Un très grand enregistrement, à l’instar du disque Franck/Szymanowski du Polonais réalisé avec sa compatriote Kaja Danczowska. © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 12 janvier 2009 | Warner Classics

Sonates pour violon & piano : N°1 en sol majeur, op.78 - N°2 en la majeur, op.100 - N°3 en ré mineur, op.108 / Kyung Wha Chung, violon - Peter Frankl, piano
6,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1972 | Decca

12,99 €

Classique - Paru le 10 mars 1998 | Decca

9,99 €

Classique - Paru le 10 janvier 2001 | Warner Classics

9,09 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Decca

14,29 €

Classique - Paru le 1 janvier 1991 | Decca

9,09 €

Classique - Paru le 1 janvier 1970 | Decca

14,29 €

Poèmes symphoniques - Paru le 1 janvier 1981 | Decca

15,99 €
13,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2016 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Après quelque quinze ans de silence discographique, et cinq années d’éloignement de son violon pour cause de maladie, Kyung-wha Chung – l’une des cordes de la célèbre dynastie musicale coréenne des Chung qui compte également le chef/pianiste Myung-whun et la violoncelliste Myung-wha, et avec qui elle forma un temps le Trio Chung –, née en 1948, revient en force et en douceur avec l’intégrale des Sonates et Partitas de Bach pour violon solo, un projet qu’elle nourrit depuis… soixante ans ! Car sa carrière a commencé quand elle avait neuf ans, c’est dire qu’en ces six décennies, Kyung-wha Chung a eu le temps de retourner le violon sept fois dans la bouche avant de prononcer les six chefs-d’œuvre pour violon seul du Kantor. Avis aux puristes baroqueux : la virtuose intègre certes quelques apports de la musicologie quant à certains aspects du jeu « à l’ancienne » mais cette interprétation se situe résolument dans le sillage des grands classiques du milieu du siècle passé. Une interprétation dans laquelle alterne la grande tendresse et l’ample vigueur qu’exigent ces partitions radicales. © SM/Qobuz
13,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2016 | Warner Classics

Livret
Après quelque quinze ans de silence discographique, et cinq années d’éloignement de son violon pour cause de maladie, Kyung-wha Chung – l’une des cordes de la célèbre dynastie musicale coréenne des Chung qui compte également le chef/pianiste Myung-whun et la violoncelliste Myung-wha, et avec qui elle forma un temps le Trio Chung –, née en 1948, revient en force et en douceur avec l’intégrale des Sonates et Partitas de Bach pour violon solo, un projet qu’elle nourrit depuis… soixante ans ! Car sa carrière a commencé quand elle avait neuf ans, c’est dire qu’en ces six décennies, Kyung-wha Chung a eu le temps de retourner le violon sept fois dans la bouche avant de prononcer les six chefs-d’œuvre pour violon seul du Cantor. Avis aux puristes baroqueux : la virtuose intègre certes quelques apports de la musicologie quant à certains aspects du jeu « à l’ancienne » mais cette interprétation se situe résolument dans le sillage des grands classiques du milieu du siècle passé. Une interprétation dans laquelle alterne la grande tendresse et l’ample vigueur qu’exigent ces partitions radicales. © SM/Qobuz
4,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2016 | Mangora Classical