Artistes similaires

Les albums

18,49 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Mercury Classics

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Avec son physique avantageux d'acteur américain, on le verrait bien dans un polar bien noir ou, même, incarner le rôle titre d'un futur James Bond, mais son nom est Ottensamer. Andreas Ottensamer et il joue, fort bien, de la clarinette. Le programme est un peu hétéroclite, mais la sonorité veloutée et sensuelle. Des couleurs automnales qui conviennent particulièrement au magnifique Concerto de Copland. FH
18,49 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2017 | Mercury Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Mercury Classics

Livret
Avec son physique avantageux d'acteur américain, on le verrait bien dans un polar bien noir ou, même, incarner le rôle titre d'un futur James Bond, mais son nom est Ottensamer. Andreas Ottensamer et il joue, fort bien, de la clarinette. Le programme est un peu hétéroclite, mais la sonorité veloutée et sensuelle. Des couleurs automnales qui conviennent particulièrement au magnifique Concerto de Copland. FH
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2017 | Mercury Classics

Livret
18,49 €
13,49 €

Classique - Paru le 23 mars 2015 | Mercury Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Dans la famille Ottensamer, vous demandez le clarinettiste ? Soyez plus précis alors, car vous en trouverez deux dans le grand jeu de cartes musical : Daniel, clarinette solo au Philharmonique de Vienne, et le présent Andreas, clarinette solo au Philharmonique de Berlin. Ce dernier nous propose… un voyage à Vienne, car en distinguant ainsi l’ultime Brahms du Quintette avec clarinette ainsi que le lien organique du compositeur avec la « chose hongroise », c’est bien plus la capitale autrichienne qu’il vise que Budapest. Car les hongroiseries brahmsiennes n’ont rien de bien magyares et procèdent beaucoup plus de l’imaginaire tzigane que du fonds folklorique vraiment hongrois, celui qu’a collecté Bartók. Même si Brahms a sciemment emprunté des mélodies entières à des musiciens « hongrois » de salon, de brasserie, de cafés viennois tels que Eduard Reményi ou Miska Borzó, qu’il a ensuite remaniées pour piano. Dans cet esprit de remaniement, Andreas Ottensamer et ses prestigieux collègues – Lenonidas Kavakos, les frères Konsz, Antoine Tamestit parfois rejoints par le cymbaliste Oszkar Ökrös – se sont saisis des propres arrangements de Brahms pour les redistribuer à leur ensemble assez proche des ensembles de Schrammelmusik, avec force improvisation et un feu du diable à tous les instants. On redécouvrira également quelques pièces de Léo Weiner dans la même veine, écrites en 1959, et pour finir un délicieux « medley » transsylvanien mêlant de véritables mélodies folkloriques, quelques emprunts à Brahms et même un clin d’œil à Wagner. Toutes les transcriptions sont signées du violoncelliste Stephan Koncs, membre du Philharmonique de Berlin. © SM/Qobuz

L'interprète

Andreas Ottensamer dans le magazine