Artistes similaires

Les albums

10,39 €

Classique - Paru le 23 septembre 2016 | Sony Classical

De nos jours, le nom de Giorgio Federico Ghedini (1892-1965) est plus connu par la liste de ses élèves – Abbado, Berio, Cantelli entre autres – que par son pourtant imposant catalogue d’œuvres. Il faut dire que son style, son écriture, son langage, restent radicalement inclassables. Au mieux pourrait-on parfois le rapprocher de Hindemith, du moins dans les nombreuses allusions aux genres contrapuntiques hérités de la Renaissance et de l’époque baroque ; car Ghedini s’est écarté à 180° des tendances – pêle-mêle – sérielles, dodécaphoniques, postromantiques, atonales radicales, aléatoires etc. qui fleurirent à ses côtés tout au long de sa vie. Saluons donc le présent album signé de l’Orchestre régional de Toscane, qui présente quatre de ses œuvres couvrant une bonne partie de son ultime maturité : Musica notturna de 1947 est l’ouvrage le plus ancien, la Sonata da concerto pour flûte, cordes et percussion de 1958, les Studi per un affresco di battaglia et Appunti per un credo, tous deux de 1961. Une orchestration riche et recherchée, des phrases complexes qui alternent entre tonalité et moments plus troubles lorsque les pôles s’effacent, pour revenir bientôt dans des glissements harmoniques toujours surprenants et poignants. Oui, il serait grand temps de rendre à Ghedini sa place au firmament de la musique italienne de son temps. © SM/Qobuz
8,09 €

Classique - Paru le 1 juillet 2016 | Brilliant Classics

Disons que le Divertimento pour cordes de Bartók fait ici office d’œuvre « de référence » en prélude aux pièces moins connues de Ghedini, Rota et Hindemith. Ce n’est pourtant pas l’ouvrage le plus ancien, cette remarque s’appliquant à la Trauermusik (« Musique funèbre ») de Hindemith écrite le 21 janvier 1936 à la mémoire du roi George V du Royaume-Uni, mort la nuit précédente, et jouée le soir même en diffusion publique à la BBC avec le compositeur en soliste à l’alto ! Le Divertimento de Bartók, écrit en 1939 peu avant le départ en exil, distille à la fois la gaieté paysanne centre-européenne et une insondable tristesse – on songe au désespéré deuxième mouvement – dans une écriture de cordes des plus hardies. Et comme l’ensemble I Solisti Aquilani qui a enregistré cet album nous vient d’Italie (il emprunte son nom à la ville d’Aquila, capitale des Abruzzes), quoi de plus normal qu’il se penche également sur le répertoire national, et tant que possible le répertoire un peu rare. On pourra donc découvrir le concerto pour violon Il Belprato de Giorgio Ghedini (1947), un compositeur que l’on peut aisément placer dans la mouvance de Hindemith : révérence due à l’écriture du passé, langage d’un modernisme ébouriffant. On entendra aussi avec plaisir le Concerto pour cordes de Nino Rota – un compositeur que l’on associe trop aisément au cinéma, certes à juste titre, mais son répertoire non-cinématographique est des plus imposants – écrit en 1965. Cela dit, le langage résolument tonal de Rota dégage toujours une sorte de nostalgie imagée à l’extrême… © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2015 | SMC RECORDS

7,99 €

Classique - Paru le 16 septembre 2015 | Archivio Edward Neill

7,99 €

Classique - Paru le 16 septembre 2015 | Archivio Edward Neill

14,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2015 | Andromeda

7,99 €

Classique - Paru le 27 juillet 2015 | Archivio Edward Neill

7,99 €

Classique - Paru le 25 juillet 2015 | Archivio Edward Neill

7,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2015 | Archivio Edward Neill

9,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2013 | Bongiovanni

3,99 €

Classique - Paru le 1 août 2013 | Fonè Records

9,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2011 | Altissimo

9,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2011 | Musicaphon