Paru le 6 juillet 2000 chez Impulse!
Artiste principal : Charles Mingus
Genre : Jazz
Plus d'informations
Cet album est disponible en qualité "Qobuz Studio Masters" : meilleure que le CD ! - Télécharger l'album
Découvrez le son tel qu'il figure dans l'enregistrement original, à la sortie de la console de l'ingénieur du son. Voir tous les albums en Studio Masters
Caractéristiques techniques :
24 bits / 96.00 kHz - Stereo
Certaines pistes sont uniquement disponibles à l'achat en téléchargement : le détenteur des droits ne souhaite pas qu'elles soient disponibles en streaming. Vous pouvez télécharger ces pistes, ou écouter des extraits de 60 secondes, en MP3 320.
 Afficher tous les interprètes
Album : 1 disque - 4 pistes - Durée totale : 00:39:07
Les pistes écoutées dans le lecteur intégré sont en Qualité Standard (320 kbps).
  1. 1 Track A - Solo Dancer (Stop! Look! And Listen, Sinner Jim Whitney!) (Album Version) Charles Mingus, Charles Mingus - - Charles Mingus, Main Artist - Copyright : (P) 1963 The Verve Music Group, a Division of UMG Recordings, Inc.
  2. 2 Track B - Duet Solo Dancers (Hearts’ Beat And Shades In Physical Embraces) (Album Version) Charles Mingus, Charles Mingus - - Charles Mingus, Main Artist - Copyright : (P) 1963 The Verve Music Group, a Division of UMG Recordings, Inc.
  3. 3 Track C - Group Dancers [(Soul Fusion) Freewoman And Oh, This Freedom’s Slave Cries] Charles Mingus, Charles Mingus - - Charles Mingus, Main Artist - Copyright : (P) 1963 The Verve Music Group, a Division of UMG Recordings, Inc.
  4. 4 Mode D - Trio And Group Dancers / Mode E - Single Solos And Group Dance / Mode F - Group And Solo Dance Charles Mingus, Charles Mingus - - Charles Mingus, Main Artist - Copyright : (P) 1963 The Verve Music Group, a Division of UMG Recordings, Inc.

À propos

Un électrochoc que cette longue embardée mingussiène de 1963. Épaulé par dix complices, le contrebassiste peint ici une fresque colorée et furieuse comme jamais. Écriture éclectique, improvisation démentielle, références plurielles et dérives osées, le voyage musical auquel nous convie Mingus sur ce Black Saint And The Sinner Lady passe aussi bien par l’Amérique que l’Afrique ou l’Europe. L’une des plus grandes messes créatives que le jazz ait connue ! © MZ/Qobuz
Studio Masters 24 bits – 96.00 kHz
Charles Mingus
Track A-Solo Dancer (Stop! Look! And Listen. Sinner Jim Whitney!)
Track B-Duet Solo Dancers (Hearts' Beat And Shades In Physical Embraces)
Track C - Group Dancers
Medley: Mode D - Trio And Group Dancers / Mode E - Single Solos And Group Dance / Mode F - Group And Charles Mingus, Charles Mingus
L’opus The Black Saint and the Sinner Lady a été publié en 1963 par le compositeur et bassiste de jazz Charles Mingus. Composée de six parties, cette œuvre est l’une des plus influentes de l’histoire du jazz, notamment en termes d’orchestration – jouée par un orchestre de onze musiciens.
The Black Saint and the Sinner Lady témoigne des compétences et du talent de Mingus, non seulement en tant que musicien mais aussi comme leader de jazz band.
Composé comme un ballet, le travail d’écriture tire ses influences d’un des pères du jazz, Duke Ellington, et puise ses origines dans la musique latine. Toutefois, Mingus aimait définir cette œuvre, au style orchestral unique, comme du « folk-dance ethnique ». Les orchestrations, reconnues de tous, sont riches et contiennent de nombreuses pistes différentes. Charles Mingus a d’ailleurs utilisé en studio la technique de re-recording (processus consistant à ajouter des sons aux prises préalablement enregistrées), pour parfaire son enregistrement. Ce dernier officie au piano et à la basse sur The Black Saint. Et s’entoure de musiciens d’exceptions tels que Jérôme Richardson aux saxophones baryton et soprano, ainsi qu’à la flute, Charlie Mariano au saxophone alto, Dick Hafer au saxophone ténor et à la flute, Rolf Ericson et Richard Williams à la trompette, Quentin Jackson au trombone, Don Butterfield au tuba, à la contrebasse et au trombone, Jaki Byard au piano, Jay Berliner à la guitare acoustique, Dannie Richmond à la batterie, et Bob Simpson en tant qu’ingénieur du son.

L’enregistrement a été salué par la critique et a connu un succès considérable. Le célèbre critique italien Piero Scaruffi l’a qualifié de « meilleur album de jazz de tous les temps », le magazine anglais Q, lui a accordé quatre étoiles, tandis que The Penguin Guide to Jazz, ouvrage encyclopédique de référence en matière de jazz, lui a attribué la couronne d’honneur (sans compter les quatre étoiles).

À découvrir

Dans la même thématique

Le label

Impulse!
Plus de 50 ans après sa naissance, Impulse ! reste une vraie révolution dans l'histoire du jazz. Baptisé la « maison construite par Coltrane » (le saxophoniste y signera tous ses enregistrements jusqu'à sa mort en 1967), l'audacieux label new-yorkais offrira un panorama passionnant de la scène fr...
À lire dans le magazine
  • Coltrane joue Alabama
    Coltrane joue Alabama En 1963, le saxophoniste rend hommage aux fillettes noires tuées dans un attentat à Birmingham…
  • Les Essentiels: A Love Supreme de John Coltrane
    Les Essentiels: A Love Supreme de John Coltrane On peut aisément comprendre pourquoi A Love Supreme de Coltrane plait tant aux néophytes… Cette sensation d’élévation, cette transe sublime, ce son hypnotique, cette rage mêlée de mysticisme, l’éva...

Le genre

Jazz dans le magazine

Actualités