Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 19 mars 2021 | Phi

Hi-Res Livret
Dans ce nouvel opus d’une discographie abondante, Philippe Herreweghe (sur son label Phi) et le Collegium Vocale Gent nous plongent au cœur de deux cantates lumineuses de Johann Sebastian Bach. L’une, écrite en 1726 (Es ist dir gesagt, Mensch, was gut ist, BWV 45), s’articule autour d’une citation du Christ, interprétée par une voix de basse très virtuose, presque opératique, comme en témoigne l’étonnant Arioso central, Es werden viele zu mir sagen an jenem Tage, d’inspiration fortement italienne, avec vocalises à foison, en imitations des violons – sans doute l’une des pages les plus rapidement enivrantes du Cantor ! L’autre cantate, la célèbre Trauerode (Laß, Fürstin, laß noch einen Strahl, BWV 198), écrite l’année suivante, fut composée à l’occasion des funérailles de Christiane Eberhardine, fille du margrave de Brandebourg-Bayreuth et ardente luthérienne, dont la mort avait profondément affecté la population de Leipzig. Il s’agit bien ici de nouveaux enregistrements, réalisés les 23-25 janvier 2020 à la Waalse Kerk d’Amsterdam, aux Pays-Bas. La prise de son est exemplaire, d’un naturel étourdissant – un bonheur pour les oreilles. La direction de Philippe Herreweghe est d’une fluidité et d’une souplesse irrésistibles. Les quatre solistes (la soprano Dorothee Mields, le contre-ténor Alex Potter, le ténor Thomas Hobbs et la basse Peter Kooij) forment un quatuor de grande beauté, les voix sont généreuses, investies sur le plan de l’expressif, et convaincantes du point de vue du « verbe » ; ils rappellent souvent les meilleurs solistes de l’intégrale Das alte Werk, à laquelle Herreweghe avait participé et à laquelle il semble plus que jamais vouloir rendre ici hommage (c’est Gustav Leonhardt qui avait dirigé les deux cantates ici présentes). De grands moments en particulier ? L’air Wer Gott bekennt (BWV 45) chanté par un Alex Potter puissamment expressif, l’air Verstummt, verstummt, ihr holden Saiten! (BWV 45) de Dorothee Mields, d’une grande ferveur théâtrale, ou encore le plus rare Motet BWV 118 ( O Jesu Christ, mein's Lebens Licht). Bref, un vrai enchantement ! À ne manquer sous aucun prétexte. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 23 octobre 2020 | Phi

Hi-Res Livret
Composée en 1866 pour l’inauguration d’une chapelle votive à la cathédrale de Linz, la Messe n° 2 d’Anton Bruckner est un bel exemple de modernité mêlée à une tradition musicale religieuse multiséculaire, dans la mesure où des instruments à vent viennent y dialoguer avec des chœurs d’inspiration grégorienne. Plus court en durée mais composé pour chœur et grand orchestre avec quatre solistes, son Te Deum composé en 1881 a été acclamé par d’illustres contemporains comme Richter ou Mahler, tandis que le compositeur, très autocritique d’ordinaire, estimait que la partition de cette œuvre amènerait Dieu à le “juger avec bienveillance”. Éminent interprète du répertoire sacré, Philippe Herreweghe transmet ici avec ferveur sa vision de ces deux pièces majeures de la musique religieuse de la seconde moitié du XIXe siècle. © Phi
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La Passion selon saint Jean de Bach, avec son célébrissime chœur d’ouverture traversé d’ombre et de lumière, est une puissante réflexion musicale et spirituelle. Dramatique, grandiose, complexe, résolument théâtral, les superlatifs ne manquent pas pour décrire ce chef-d’œuvre absolu de la musique occidentale. Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale Gent en proposent une lecture aboutie qui reflète leur connaissance du compositeur, fondée sur d’abondantes recherches et approfondie par d’innombrables concerts. Les solistes Krešimir Stražanac et Maximilian Schmitt démontrent l’étendue de leurs talents dans les rôles de Jésus et de l’Évangéliste. © Phi« C'est la troisième fois que Philippe Herreweghe enregistre la Johannes-Passion. [...] Pour célébrer le cinquantième anniversaire de son Collegium Vocale de Gand et inscrire l'œuvre dans son propre label, le chef belge revient à la partition de 1724. [...] Comme il y a près de quarante ans, Herreweghe se montre plus réservé, avant tout au service du récit, avec un hédonisme et une mobilité expressive qui nous comblent. La ferveur frémissante du premier chœur, la finesse des courbes mélodiques dans les arias, la somptuosité instrumentale [...] compensent le lissage passager des récitatifs. [...] Incontournable actuellement chez Bach, Dorothee Mields illumine toutes ses interventions. [...] » (Diapason, mars 2020 / Jean-Luc Macia) 
Promotion Chandos June 2021

Le label

Phi dans le magazine
  • Philippe Herreweghe, une rencontre-podcast
    Philippe Herreweghe, une rencontre-podcast Son Orchestre des Champs-Elysées a 20 ans. Une aventure que raconte Philippe Herreweghe, tout en évoquant les répertoires qui l’inspirent actuellement et les difficultés vécues par la sphère classi...
  • Rencontre avec Philippe Herreweghe
    Rencontre avec Philippe Herreweghe Rencontre avec le grand chef d’orchestre belge Philippe Herreweghe qui publie la Symphonie n°4 de Mahler sur un nouveau label, le sien : Phi.