Catégories :

Les albums

HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret
Les œuvres présentées par le ténor Benjamin Alunni, avec au piano Marine Thoreau La Salle, s’échelonnent de 1914 pour les Deux mélodies hébraïques de Ravel jusqu’à 1936 pour les mélodies d’Elsa Barraine, Arthur Honegger et Darius Milhaud – ces trois œuvres en première discographique ! –, avec une petite incursion en 1993 pour Vita e mors de Nicolas Bacri (pour violoncelle solo, soit dit en passant) et 2009 pour Kaddish de Graciane Finzi. On y rencontre quelques superbes raretés comme les Cinq chansons juives de Manuel Rosenthal – un compositeur incroyablement négligé alors qu’il a écrit de nombreuses splendeurs. Le point commun dans cette sélection : une thématique empruntée au monde hébraïque, que les compositeurs eux-mêmes soient d’origine juive ou non n’y changeant rien. Chose singulière, tous les textes ne sont pas chantés en français alors que tous les compositeurs sont français : on entend aussi de l’araméen de l’hébreu (prononciation « à l’ashkénaze ») et du yiddish. Un singulier monde musical (et souvent liturgique) que voilà, qui souligne la conception que l’on avait pendant le premier tiers du XXe siècle de l’apport culturel judaïque. Le ténor Benjamin Alunni, qui a fait ses premières armes dans la sphère baroque de Rousset, Pichon et des Arts Florissants, se penche depuis quelques temps aussi sur le répertoire plus contemporain, du haut de sa voix transparente et légère, très à cheval sur la clarté de la prononciation. © SM/Qobuz
CD17,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Klarthe

Livret
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
Le violoncelliste Patrick Langot revient au disque avec un album solo particulièrement inventif et passionnant. N’ayons pas peur de parler de « révélation » à l’écoute des Ricercari composés par Domenico Gabrielli vers 1689. Restées longtemps à l’état de manuscrit et conçues à l’époque où le violoncelle s’émancipait peu à peu de son rôle de « basso continuo », ces pièces conjuguent, quelquefois avec humour, la vocalité et la virtuosité de l’instrument, préfigurant les Suites que Bach écrira trente ans plus tard. Voulant présenter en quelque sorte l’alpha et l’omega du répertoire pour son instrument ou plutôt de ses instruments, puisque Patrick Langot en utilise habilement trois différents, il a choisi d’entrelarder les pièces de Gabrielli avec les 10 Préludes de Sofia Goubaïdoulina composés en 1974, avant de clore son enregistrement avec audace par les préludes ouvrant les six Suites de Bach. Pour faire le lien entre les deux groupes, il a demandé au compositeur Benoît Menut de lui composer un Postlude enregistré ici pour la première fois. En présentant ainsi une suite de préludes pour violoncelle solo, cet album constitue à lui seul un véritable évènement pour le répertoire du violoncelle. Groupant les pièces en un savant patchwork mêlant les styles et les époques, Patrick Langot s’octroie une grande liberté et ouvre une fenêtre sur un horizon différent, offrant une nouvelle voie à ses nombreux collègues tous atteints du « syndrome des Suites de Bach » sempiternellement offertes en bis par tous les violoncellistes du monde. Semblables à un puits d’inspiration sans fond, ces œuvres exceptionnelles sont devenues avec le temps un luxueux oreiller de paresse cachant de nombreuses pièces écrites pour le violoncelle solo du début de l’ère baroque jusqu’à nos jours. © François Hudry/Qobuz
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Klarthe

Hi-Res Livret
2018 est définitivement l'année Debussy ! Pour leur second opus (« Ginastera » / 2016, Klarthe Records), la soprano Maya Villanueva, le pianiste Romain David et ses partenaires du Quintette Syntonia ont tenu à lui rendre hommage avec ce double disque, florilège de mélodies, musique pour piano et sonates. Ce disque nous fait également découvrir trois transcriptions inédites de Benoît Menut (Grand Prix SACEM 2016, catégorie "Jeune Compositeur"), notamment celle du Prélude à l'après-midi d'un faune pour quintette avec piano. En guise d'épilogue, le premier enregistrement mondial des Regards dans la brume (Trois regards sur le Prélude à l'après-midi d'un faune) de Thôn-Thât Tiêt, venant rendre hommage au chef-d'œuvre intemporel de Debussy. © Klarthe/harmonia mundi
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 15 mars 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Celui qui a entendu ma musique, celui-là doit se faire libre de toutes les misères humaines. » disait Beethoven. En enregistrant les Trio Opus 1 de Beethoven plus de deux cents ans après leur création, Le Trio Leos avait bien sûr le désir de s'inscrire dans cette longue tradition de conservation et de questionnement des grandes œuvres de l'histoire de la musique. Beethoven voulait abolir les frontières temporelles. Sa modernité d’hier est une impulsion, une force germinatrice toujours disponible. Christophe Hache, musicien de toutes les cultures (classique, jazz, musiques actuelles), témoigne dans Désinstallation de cette onde de choc originelle. Sa pièce, construite sur le thème du finale du deuxième trio, est à la fois résonance et amplification de l’énergie beethovenienne. (c) Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 7 février 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Dans le Quintette op. 115 [...] la texture aérée, transparente, la souplesse, la liberté des inflexions, le geste épuré et les timbres soyeux des Voce tissent un écrin de rêve à Florent Héau, dont les phrasés, la chaude sonorité se mêlent à la trame des cordes avec un naturel qui donne une idée intense de la fascination de Brahms pour la clarinette. [...] À la différence d'autres, plus charnus et incisifs, voire douloureux, comme Widmann avec les Hagen (Myrios), Moraguès avec les Prazak (Praga) [...], Héau et les Voce creusent le texte avec une lumineuse délicatesse, presque diaphane, et ouvertement sensuelle, notamment dans le sublime Adagio et les variations du finale.» (Diapason, février 2020 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 8 novembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Le mezzo clair des débuts s'est assombri et presque mué en Falcon, à en juger du moins par cette anthologie de l'opéra français [...] Entre soprano et mezzo, donc, avec cet aigu à l'aisance lumineuse — jusqu'à cet insolent contre-ré à la fin de l'air de la Cendrillon de Massenet. Mais, surtout, celle qui avait, à travers un précédent récital, incarné le chant rossinien, incarne ici le grand style français : la ligne de chant, appuyée sur un souffle parfaitement maîtrisé, épouse la prosodie, avec toute la noblesse des héroïnes tragiques de ce répertoire. [...] On apprécie également que Deshayes évite l'écueil de tout récital : l'indifférenciation des personnages. [...] L'accompagnement tissé par Jean-François Verdier s'accorde à la tonalité des différents extraits [...] » (Diapason, décembre 2019 / Didier Van Moere)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Jazz - Paru le 28 février 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
13 mélodies du chef-d'œuvre de Schubert s'envolent dans l'univers onirique de Noémi Waysfeld et Guillaume de Chassy.Enregistré en septembre 2019 au Studio La Buissonne, Pernes-les-Fontaines (France)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 22 novembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Quatuors - Paru le 19 avril 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Dans la tourmente et le grand désordre humain de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’enfants, de femmes et d’hommes ont péri dans les camps de la mort, tués par la barbarie humaine. Parmi eux, trois musiciens : Pavel Haas, Hans Krása et Erwin Schulhoff. Ils étaient juifs, ils étaient aussi intellectuels, modernes, communistes ou homosexuels et tous les trois d’extraordinaires musiciens. Double et terrible injustice qu’ils ont endurée, car, assassinés en pleine jeunesse, ils ont aussi été privés d’une gloire posthume, l’histoire ayant davantage retenu leur statut de victimes plutôt que celui de grands compositeurs. Cette publication rend donc hommage à la musique de ces "trois frères de l’orage", pleine de sensualité, de couleurs et de vie. © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 13 septembre 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Jeux de cordes et tectonique des continents Le quatuor Bela fait partie de ces rares ensembles de musique de chambre multi récompensés pour leur travail sur le répertoire classique et qui, pourtant, restent totalement ouvert à des rencontres extra européennes avec des traditions musicales voisines. On les a vu avec le percussionniste Youssef Hbeish et le lusthiste Ahmad Al Khatib ou dans le duo Sabil avec lesquels ils visitent la musique modale orientale avec jubilation. On les retrouve ici accompagnant avec poésie et ferveur le joueur de Ngoni malien, Moriba Koïta : la profondeur de la musique pour corde mandingue et la suavité des cordes du quatuor tissent les mailles d'un tissu musical chatoyant, portées par un sens du partage équilibré et sans cesse à l'écoute de l'autre. Une belle rencontre au-delà des latitudes et des styles qui porte un nom : Musique ! (© Klarthe)« Atypiques et imprévisibles, les musiciens du Quatuor Béla séduisent par des propositions à la croisée des chemins, toujours portés vers la musique d’aujourd’hui dans son approche la plus tranchante. [...] ils interprètent des musiques africaines dont ils élargissent la dimension soliste par leurs cordes, accompagnés par le grand musicien malien Moriba Koïta adepte de la musique mandingue qui joue du n’goni, guitare traditionnelle malienne, et du tama, tambour d’Afrique de l’Ouest [...]» (Classica, avril 2020 / Romaric Gergorin)
CD11,49 €

Classique - Paru le 11 octobre 2019 | Klarthe

Livret
L’incontestable réputation de Patrick Burgan en tant que maître de l’art vocal a peut-être occulté son goût pour les chatoyantes draperies orchestrales. Les deux facettes du compositeur seraient-elles d’ailleurs distinctes ? La recherche d’atmosphères poétiques, le recours à des thématiques empruntées à la littérature, jettent des ponts entre les pans de son catalogue, comme nous le prouvent les œuvres ici réunies. Celles-ci, par leur alliance entre une volonté de ne pas casser les liens avec l’histoire des arts et le refus d’une stagnation passéiste, entre le besoin d’évocations stimulantes pour son inspiration et l’élaboration achevée des matériaux compositionnels, livrent en quelque sorte une quintessence de ce qui caractérise la démarche de Patrick Burgan, artiste amoureux du Beau et indifférent aux modes, creusant un sillon bien personnel qui ne connaît d’autres repères que les universaux de l’expression musicale, spirituelle et sensuelle.. © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res
Silas Bassa surprend aujourd'hui avec ce nouvel album, sans doute le plus personnel et qui prend sa source dans la puissance dégagée de ses deux précédents. Compositeur et interprète de chacune des dix pièces présentées dans cet album, l'artiste y dévoile un univers fascinant, à la fois très actuel et résolument atemporel, méditatif et fougueux. De la rêverie sensuelle à la rage combative en passant par le dialogue intérieur, la danse, le drame ou la fantaisie, Silas Bassa fait feu de toutes ses émotions et ne cesse d'ouvrir des espaces poétiques. © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] L’équipe de souffleurs soudée autour des frères Chabod défend ces musiques à la fois délicates et simples avec un raffinement discret et chaleureux. Aucun effet ne vient troubler l’idéal d’harmonie et d’humanisme cher au compositeur. [...] Quant aux spirituels Nocturnes, ils bénéficient de la complicité de trois voix charmeuses (dont celle de Karine Deshayes, pas moins) et des sombres roucoulements des instruments à vent. Tableau d’un Mozart intime, à la fois généreux et introverti, amusant et sérieux.» (Diapason, janvier 2017 / Jean-Luc Macia)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
[...] « Maya Villanueva est idéale ici par le ton, mais aussi l'atmosphère qu'elle sait créer dans chaque mélodie, d'un timbre aérien et clair, ici désincarné, et l'instant d'après, voluptueusement charnu. Le piano brillant, cristallin, mais aussi mélancolique, de Romain David sert parfaitement ces ambiances variées voguant de la sud-américanité vive à l'impressionnisme des Las horas, et le violoncelle, si cher à Ginastera, est pour moitié du CD un soubassement aussi solide que séduisant.» (Classica, février 2017 / Pierre Flinois)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 8 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res
Ce premier enregistrement consacré à Franck Villard, compositeur et chef d’orchestre né en 1966, réunit des œuvres pour choeur et pour orgue dans un programme construit en forme d’arche autour du cycle choral Ténèbres du Jeudi Saint. Par son style dépouillé, Franck Villard se rapproche ici de l’esprit de Tomás Luis de Victoria, mais aussi de celui de Francis Poulenc. Dans un langage contemporain qui ne craint pas de faire référence au passé, il reprend l’alternance liturgique entre monodie et polyphonie : les Lamentations de Jérémie - ou Leçons - se situent dans le prolongement de la cantillation grégorienne, tandis que les Répons adoptent une écriture stricte à quatre voix. L’interprétation de ces Ténèbres du Jeudi Saint a fait l’objet d’un long travail de mûrissement entre l’Ensemble Vocal Cori Spezzati, son chef Olivier Opdebeeck et Franck Villard lui-même, qui a en outre assuré la direction artistique de l’enregistrement. Encadrant ce cycle choral, deux pièces pour orgue seul interprétées par Denis Comtet à la tribune de Saint-François-Xavier à Paris dévoilent une autre facette du langage du compositeur qui fait une large place à la virtuosité instrumentale. © Klarthe