Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La musique française oubliée refait surface depuis quelques années grâce à l’initiative et aux publications du Palazzetto Bru Zane auquel la France doit une fière chandelle. Sans elle, personne n’aurait pu soupçonner l’existence de compositeurs de talent gravitant autour d’un Berlioz, d’un Debussy ou d’un Ravel. Ce nouveau volume monographique de la collection Portraits comprend de la musique de chambre, chorale et symphonique de Fernand de La Tombelle (1854-1928), compositeur et organiste parisien qui participa à la fondation de la Schola Cantorum de Paris aux côtés de Vincent d’Indy. On lui doit un vaste catalogue épousant tous les genres à l’exception notable de l’opéra. Cet aristocrate cultivé, originaire de la Thiérache par son père et de la Dordogne par sa mère, était un humaniste se passionnant également pour la poésie, le folklore, la photographie et l’astronomie. L’ardent chef de chœur et d’orchestre Hervé Niquet se dévoue sans compter pour de telles exhumations. On lui doit des interprétations pleines de tension dramatique, à la tête de l’excellent Brussels Philharmonic, dans le premier volet de cet album, comprenant la Fantaisie pour piano et orchestre (Hannes Minnaar au piano), lorgnant du côté de Liszt et de Saint-Saëns, et deux suites pour orchestre, Impressions matinales et Livre d’images, dans une veine ouverte par Jules Massenet. Dans le deuxième volume consacré à la musique de chambre, on découvrira une étonnante Sonate pour trois violoncelles (François Salque, Hermine Horiot, Adrien Bellom) où plane le souvenir de Fauré (Andantino) et de Peer Gynt (Lento), le chef-d’œuvre de Grieg qui marqua beaucoup les esprits. Le Quatuor avec piano (I Giardini) et la Sonate pour violoncelle (Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel) viennent compléter ce portrait auquel viennent s’ajouter des mélodies (Yann Beuron et Jeff Cohen) et des pièces chorales (Flemish Radio Choir). Une pièce à conviction de plus pour témoigner de la richesse et de la diversité de la création française. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
« Voici enfin une intégrale des mélodies de Reynaldo Hahn [...] que le Palazzetto Bru Zane a confiées à Tassis Christoyannis et Jeff Cohen. De Hugo à Verlaine, de Willemetz à Daudet, quatre heures exquises. [...] L'impeccable duo se coule avec aisance dans la veine populaire [...]. Le baryton grec, suivant en cela les préceptes de Hahn, mêle au beau chant un sens aigu de "la parole" qui, "chargée de sentiment et de pensée, communique à la mélodie une signification, lui confère une action directe et précise sur l'esprit et sur le cœur" [...]. (Diapason, janvier 2020 / François Laurent)
A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
Goethe et Faust ont touché l’Europe entière, la France découvrant l’ouvrage dans la traduction de Gérard de Nerval. Gounod s’attelle au travail d’adaptation musicale vers 1850. Sa partition mêle étroitement les dimensions religieuse et fantastique, offrant des ressorts dramatiques spectaculaires.Les représentations commencent au Théâtre-Lyrique en 1859 et infligent à la partition de nombreuses modifications. Ainsi va le monde du théâtre et de l’opéra en ce temps-là : l’œuvre n’est pas un monument intouchable. On réécrit, on coupe au gré de la réception de l’œuvre. En particulier, les scènes parlées sont remplacées par des récitatifs, affaiblissant la charge humoristique de ce Faust français, et on ajoute un ballet pour permettre à l’œuvre d’entrer au répertoire de l’Opéra de Paris, comme l’exigent les codes du genre sur cette scène. Dans la fosse, l’équipe des Talens Lyriques redonne vie à la première mouture de la partition, soutenue par le Centre de musique romantique française, alias Palazzetto Bru Zane. Hélas, le dernier acte, « purgé d’un bon nombre d’horreurs » comme s’en réjouit la presse à la reprise de l’œuvre en 1859, n’a pu retrouver ses contours originels, définitivement perdus. Mais on entend de nombreux numéros inédits : le trio de Siebel, Wagner et Faust (À l’étude, ô mon maître), l’air de Méphistophélès (Maître Scarabée) qui remplace le fameux Veau d’or, la romance de Siebel (Versez vos chagrins dans mon âme), le chœur des Sorcières Un, deux et trois et sept mélodrames symphoniques dont l’orchestration incomplète ou manquante a été restituée pour l’occasion.Ces passages témoignent de la variété des épisodes du long poème de Goethe, à la fois humoristique, métaphysique et mythologique. Gounod y met en avant la trame amoureuse tissée autour de la pieuse Marguerite, incarnée ici par une Véronique Gens sublime… et pas si naïve. À entendre le Faust magnifique que campe Benjamin Bernheim, on comprend pourquoi Marguerite a succombé à ses charmes. Jean-Sébastien Bou ne dépare pas dans ce paysage vocal, ni le Chœur de la Radio flamande. La diction parfaite de tous ces musiciens est à ravir.Christophe Rousset a mis l’énergie du théâtre baroque au service d’une partition qui tire tout le profit d’une approche historique. Enrichie des pages écartées par l’institution du XIXe siècle, l’œuvre, qui tient du grand opéra autant que de l’opéra-comique, retrouve son intégrité bigarrée. L’alternance des scènes parlées et chantées active ponctuellement une veine légère, voire franchement comique. Cet enregistrement dépasse donc la nécessité archéologique et nous comble sur tous les plans. © Elsa Siffert/Qobuz
A partir de :
CD20,99 €

Classique - Paru le 11 mars 2016 | Bru Zane

Livret
Hélas, mille fois hélas, dans l’esprit des musiciens passés par les « classes d’écriture » des conservatoires nationaux français, le nom de Théodore Dubois évoque, avec un brin d’amusement, le monotone et légèrement pompeux Traité d’harmonie. Comment ça, il a aussi écrit une demi-douzaine d’opéras, des ballets, des œuvres sacrées, trois symphonies, des concertos pour piano et pour violon, des pages et des pages pour orgue – il succéda à son quasi-contemporain Saint-Saëns à la tribune de la Madeleine en 1877 ? Mais oui, aimable lecteur : Dubois est l’un des plus prolifiques compositeurs de son époque, une longue époque puisque, rappelons-le, il est né en 1837, avant Bizet et mort la même année que Fauré, en 1924. Aux détracteurs qui railleront son conservatisme, on rappellera que c’est précisément la même remarque qui a été formulée à Saint-Saëns, pour les mêmes raisons ; mais pourquoi reprocherait-on à un musicien dont la carrière a commencé dans les années 1850 de comprendre, d’accepter, d’avaliser, ce qui se fait un demi-siècle plus tard ? Oui, la musique de Dubois procède sans doute de Schumann et parfois de Mendelssohn – en particulier dans sa musique de chambre –, mais aussi de Franck dans l’ampleur du geste symphonique, ainsi qu’on pourra le découvrir dans les deux symphonies ici présentées. Quant à son langage, outre qu’il déroule un magnifique tapis harmonique tiré à quatre épingles, il offre de grands moments d’inspiration orchestrale et thématique puissamment « française » qui le rattachent à Bizet, à Saint-Saëns, mais avec un je-ne-sais-quoi de très personnel. Nous ne pouvons qu’enjoindre l’auditeur de goûter à Théodore Dubois, dont voici dans un même coffret deux symphonies, une Messe pontificale, d’autres ouvrages sacrés – qui témoignent d’une supérieure science d’écriture chorale –, et de la musique de chambre dont le fort beau Quatuor avec piano. Rien d’avant-gardiste dans ces ouvrages teintés de XIXe siècle – pendant lequel ils furent d’ailleurs écrits, pour la plupart, devrait-on s’en étonner ? © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio