Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Ambient - Paru le 14 mai 2019 | Prototyp Recording

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD11,49 €
H+

Électronique - Paru le 16 mars 2018 | Jive Epic

Hi-Res Livret
Pas de nouveau morceau depuis cinq ans, un album en aparté de Nicolas Gaudin en 2015 (Contrepoint, chez Because) et désormais ce H+, qui officialise le retour de Jean-Benoît Dunckel en solo, après avoir dévoilé son côté obscur sur Darkel en 2006. Si les lucratives tournées internationales se poursuivent (ils ont visité l’Australie, les Etats-Unis ou Singapour à l’été 2017 + un show 5 étoiles à la Philharmonie de Paris), ce disque devrait accréditer les rumeurs de friture sur la ligne entre les deux membres de Air. Dunckel cultive d’ailleurs l’ambiguïté dans sa présentation, en déclarant : “Je tire l’expérience sonore de Air, et c’est la continuation solo de mon son de Air, sans renier le passé. C’est une corde que je tire et que j’assume.” Si Gaudin avait trouvé l’inspiration à travers le travail de Glenn Gould sur Les Variations Goldberg de Bach, Dunckel s’affiche ici en architecte de la marque Air et de ce son si caractéristique toujours plébiscité vingt ans après Moon Safari et la BO de Virgin Suicides. Les copyrights sonores jalonnent cet album qui démarre par Hold On, le single sorti en décembre, avec la voix éthérée de Guillemette Foucard, déjà aperçue sur Music for Museum. Celle de Dunckel s’affirme de plus en plus tout au long de cet opus parsemé de morceaux contemplatifs (Love Machine), de mélodies analogiques comme sur Transhumanity, de vocaux filtrés (Space Age, sorte de Kraftwerk du futur), électronique et pop à la fois (The Garden, qui lorgne les Beatles). Au bout du compte, ce H+ nous rappelle que si les compos de Dunckel plaisent autant depuis tant d’années, c’est parce qu’elles font du bien au corps et reposent l’esprit. Un disque thérapeutique à écouter après une heure de transport en commun, ou, mieux, à emporter dans le métro. © Smaël Bouaici/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Bandes originales de films - Paru le 10 juillet 2020 | Masterworks

Hi-Res
Après Philippe Rombi pour 12 films et Evgueni Galperine pour Grâce à Dieu en 2019, François Ozon change à nouveau de compositeur à l’occasion de cette adaptation d’un roman d'Aidan Chambers. Le réalisateur désirait une musique à la fois « sexy, romantique et nostalgique, qui rappelle un peu les années 80 et les débuts de l'utilisation de l'électronique », c’est pourquoi il a fait appel à Jean-Benoît Dunckel, lequel s’était déjà frotté avec Air au « film d’adolescent ». On leur doit en effet Virgin Suicide de Sofia Coppola, sorti en 1999. Par le biais de morceaux atmosphériques qui mettent l’accent sur des harmonies douces-amères, le compositeur accompagne avec délicatesse – mais aussi mélancolie – cette histoire d’amour de vacances mâtinée de mystère. Sa partition associe la guitare acoustique, les cordes, le piano et les synthétiseurs pour tenir discrètement la main de cet adolescent découvrant l’amour. La BO comprend également un tube oublié des années 1980 (Stars de la pub), qui a permis à Ozon de rentrer en contact avec Dunckel :  au moment où il a choisi d’intégrer cette chanson pour une scène mémorable de night-club, il a appris que c’était l’un des coups de cœur de jeunesse du compositeur. Ce qui a donc facilité leur rencontre artistique. Enfin, bien qu’elle ne figure pas dans le disque, il faut souligner l’importance de la chanson In Between Days de The Cure dans Été 85. C’est en effet Robert Smith qui aurait influencé le choix du titre du film, dans la mesure où, lorsqu’il fut question qu’elle figure au générique, le film devait s’appeler Été 84. Le chanteur a d’abord refusé en faisant remarquer à Ozon que la chanson était sortie en 1985. Le réalisateur s’est donc fendu d’une longue lettre à Smith pour lui annoncer qu’il était prêt à changer le titre du film s’il acceptait ! Et ça a marché… ©Nicolas Magenham/Qobuz   
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 13 mars 2020 | Prototyp Recording

Hi-Res
A partir de :
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Bandes originales de films - Paru le 24 juillet 2015 | Prototyp Recording

Hi-Res
Les musiques de films ont souvent inspiré et nourri l’univers du groupe Air. Le duo versaillais a d’ailleurs joliment œuvré occasionnellement pour le 7e Art. Avec la bande originale de Summer, Jean-Benoît Dunckel – la moitié de Air – signe une partition magique, oscillant entre éléments classiques guitare/chant et parties plus électroniques. JB Dunckel privilégie ici la création de véritables morceaux, de vraies chansons, qui font corps avec l’ambiance du film réalisé par la cinéaste lituanienne installée à Paris, Alanté Kavaïté. Tourné au cœur de la campagne lituanienne, Summer suit le parcours de Sangaïlé, une jeune fille de 17 ans timide et mal dans sa peau qui croise la route d'Austé, son opposée, extravertie et sûre d'elle. L'histoire d'une amitié qui se transforme en romance et pour laquelle JB Dunckel a trouvé le ton (musical) juste. © CM/Qobuz
A partir de :
CD6,99 €

Pop - Paru le 12 avril 2006 | Prototyp Recording

A partir de :
CD2,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 décembre 2017 | Jive Epic

A partir de :
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Bandes originales de films - Paru le 16 juin 2017 | Prototyp Recording

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 2 septembre 2020 | Prototyp Recording

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Bandes originales de films - Paru le 22 juin 2020 | Masterworks

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Bandes originales de films - Paru le 11 mars 2019 | Prototyp Recording

Hi-Res Livret
A partir de :
CD1,29 €

Downtempo - Paru le 19 novembre 2018 | Prototyp Recording

A partir de :
CD5,99 €

Bandes originales de films - Paru le 20 décembre 2016 | Prototyp Recording

L'interprète

Jb Dunckel dans le magazine