Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Rock - Paru le 26 avril 2019 | JJ Cale

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Le blues pépouze, à la cool, c’était lui. Avec son alliage atypique mêlant rock, folk, country, blues et jazz, J.J. Cale fut l’un des ermites les plus influents du rock’n’roll. Vénéré par Clapton, l'auteur du tubesque Cocaïne, qui passait la plupart de son temps dans un mobile-home, reste surtout l'incarnation du style laid back. Pour ses fans, Stay Around est un don du ciel. Ce disque posthume d’avril 2019 réunit quinze inédits mixés et produits par Cale lui-même et compilés par sa veuve, Christine Lakeland, et son vieux complice et manager Mike Kappus. « Je voulais trouver des trucs jamais entendus pour maximiser le ‘facteur Cale’, précise Lakeland… En utilisant autant que possible ce qui sortait des oreilles et des doigts de John ainsi que ses choix, donc je me suis contenté des mix qu’il avait faits. Vous pouvez rendre les choses tellement stériles qu’à la fin, vous enlevez le côté humain. Mais John a laissé une grande partie de cette sensation humaine. Il a laissé énormément de place à l'interprétation. » Evidemment, toutes ces pépites – de la chanson nue (Oh My My) à celle plus étoffée (Chasing You) – ne changent strictement rien à ce que l’on savait et aimait chez ce pape du cool. La qualité de ce Stay Around, qui ne sonne jamais comme une compile de rogatons, prouve que le bonhomme prenait chaque seconde de son art au sérieux. Et comme toujours avec lui, on sort de cet album posthume avec la sensation d’avoir vécu une expérience humaine et chaleureuse à 2 000 %. Un moment sincère et prenant, connecté à l’âme et aux tripes. © Marc Zisman/Qobuz
CD8,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1972 | Universal International Music B.V.

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1976 | Universal International Music B.V.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,99 €

Blues - Paru le 9 mars 2009 | Because Music

Distinctions 3F de Télérama
JJ Cale, guitare, voix & autres instruments - David Teegarden, batterie - Christine Lakeland, guitare acoustique - David Chapman, basse - Jim Karstein, batterie - Walt Richmond, piano - Bill Raffensperger, basse...
CD8,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1997 | Island Mercury

CD7,99 €

Blues - Paru le 31 octobre 2006 | Reprise

La question n’est pas de savoir pourquoi un tel duo, mais bien pourquoi avoir attendu si longtemps : du point de vue de la carrière d’Eric Clapton, J.J. Cale reste effectivement l’ami américain, celui qui permit (nous sommes alors en 1970) au guitariste le plus vénéré de sa génération de s’affranchir d’un lourd héritage, celui du premier super groupe de l’histoire du rock (Cream). « After Midnight », composé par l’Américain, fut donc un hit pour le Britannique, qui remit cela en 1977, grâce à « Cocaine ». Ensuite, et c’est une image troublante, Eric Clapton a évolué jusqu’aux confins du bon goût et d’un rock adulte proche de la variété, alors que J.J. Cale a (involontairement ?) symbolisé la permanence de la fidélité à un style – et, partant, à une façon de vivre – et de l’appréhension d’un métier. Trente-cinq années plus tard donc, Eric Clapton, qui n’en peut plus de se rassurer, grâce à des racines authentiques ou inventées (album en duo avec B.B. King, hommage au bluesman Robert Johnson) vient, comme un Bourgeois de Calais, se livrer à un personnage historique. J.J. Cale déboule avec son groupe habituel, Eric Clapton offre l’une de ses dernières séances à l’organiste Billy Preston ; J.J. Cale compose l’énorme majorité des chansons (il y a une belle version du « Sporting Life Blues » de Brownie McGhee, aussi), Eric Clapton choisit le producteur, lisse et anecdotique, Simon Climie. Alors, et pour mettre tout le monde d’accord, J.J. Cale commence à chanter. C’est à cet instant que le trouble envahit l’auditeur, au constat qu’il est impossible de discerner les deux chanteurs, non pas comme une pâle copie de l’un (Clapton) face à l’autre (Cale), mais bien comme une véritable osmose. On comprend alors que The Road to Escondido représente, bien davantage qu’un simple serment d’allégeance : la reconnaissance d’une explicite dette artistique. Cet album, en échange de bons procédés, permet assurément à J.J. Cale de rencontrer un public beaucoup plus large que d’habitude... mais c’est le meilleur disque d’Eric Clapton depuis des lustres. Classé dans le Top 30, The Road to Escondido fut gratifié en 2007 du Grammy Award du meilleur album de blues contemporain. © Christian Larrède / Music-Story
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Rock - Paru le 21 mai 2001 | Because Music

Hi-Res
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Rock - Paru le 3 août 2004 | Because Music

Hi-Res
CD10,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1974 | Universal International Music B.V.

HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Rock - Paru le 26 avril 1996 | Because Music

Hi-Res
CD14,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1980 | Universal International Music B.V.

CD13,49 €
5

Rock - Paru le 1 janvier 1979 | UMC (Universal Music Catalogue)

CD15,49 €
5

Rock - Paru le 1 janvier 1979 | Universal International Music B.V.

CD29,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1997 | Virgin EMI

CD15,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1982 | Universal International Music B.V.

CD15,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1972 | UMC (Universal Music Catalogue)

HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Rock - Paru le 13 juillet 1994 | Because Music

Hi-Res
CD13,49 €
#8

Rock - Paru le 1 janvier 1983 | Universal International Music B.V.

CD5,99 €

Rock - Paru le 9 mars 2009 | JJ Cale

CD11,49 €

Rock - Paru le 4 février 2011 | Sony Music UK

L'interprète

JJ Cale dans le magazine
  • J.J. Cale, en direct du paradis
    J.J. Cale, en direct du paradis Un superbe album posthume blindé d'inédits rappelle le calibre du songwriter disparu en 2013 et qui vivait loin du star system...
  • J.J. Cale Experience, l'événement du Disquaire Day
    J.J. Cale Experience, l'événement du Disquaire Day Le 13 avril, J.J. Cale redescendra sur terre grâce à Qobuz et Because Music lors d’un événement parisien, au Café A, préfigurant la sortie de "Stay Around", magnifique album posthume attendu le 26 ...
  • J. J. Cale est mort
    J. J. Cale est mort Guitariste discret mais exceptionnel, compositeur repris par les plus grands, chanteur nonchalant et père du Tulsa sound, J. J. Cale s’est éteint le 26 juillet à l’âge de 74 ans.
  • Décontracté...
    Décontracté... Il est un style à lui seul... Une sensation… Douceur, tranquillité, pas d’affolement lorsqu’il s’agit d’évoquer la musique de J.J. Cale qui souffle ses 70 bougies aujourd’hui, 5 décembre.