Les albums

30592 albums triés par Plus distingués et filtrés par Amérique latine
13,49 €
8,99 €

Amérique latine - Paru le 8 juin 2015 | Brownswood Recordings

Hi-Res Livret Distinctions Qobuzissime - Top du mois de Jazznews
Chanteuse, compositrice, arrangeuse, chef de chœur et chef d’orchestre à seulement 22 ans n’est pas à la portée de tout le monde. L’aisance avec laquelle Daymé Arocena excelle dans ces diverses activités est des plus bluffante. Repérée par Gilles Peterson, puis découverte lors des Havana Cultura Sessions, cette jeune Cubaine est avant tout une voix. Charismatique, virtuose, élastique et surtout habitée. Tout au long de Nueva Era, son premier album qui parait sur Brownswood Recordings, le label de Peterson, on découvre une artiste maîtrisant évidemment tous les fondamentaux de musique cubaine mais aussi la soul, le jazz et le rhythm’n’blues. Le panache comme la sensualité de Daymé Arocena vient de la musique de ses nombreuses idoles, éclectique famille allant de George Benson à Amy Winehouse en passant par Elis Regina, Miles Davis, Erika Badu, Gil Scott Heron et toutes les grandes voix du jazz que furent Ella Fitzgerald, Billie Holiday et Nina Simone. En espagnol, en yoruba ou en anglais, sa voix agile prend par la main et embarque sur des sentiers au groove racé. A l’arrivée, Nueva Era est une merveille alternant entre le mucho caliente et le superbement mélancolique, entre jazz groovy et nu-soul cubaine. Une bombe forcément Qobuzissime ! © MD/Qobuz
11,49 €

Amérique latine - Paru le 8 novembre 2011 | world village

Livret Distinctions 3F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Daniel Melingo est un personnage radical. Sa musique d’insomniaque et sa voix des bas-fonds surgissent du monde du tango des origines. Situé entre Tom Waits, Paolo Conte, Nick Cave et Corto Maltese, l’animal sait et affirme, après avoir fait le grand tour par un rock’n’roll déjanté, que la modernité est dans le passé. Ses histoires insolentes, sous forme de rêves éveillés, de tangos quelquefois et de polars, swinguées de cordes et de soufflets, de bruitages interlopes et de chœurs d’hommes de pontons et d’escales, sont un écho grinçant et quasi dadaïste à la folie d’un monde claudiquant, boosté aux stupéfiants.
11,99 €
7,99 €

Amérique latine - Paru le 23 juin 1997 | World Circuit

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il y eut le film (de Wim Wenders) et la tournée internationale (à New York et à Amsterdam) mais avant toute chose, il y eut la musique… En 1996, le chef d’orchestre Juan de Marcos González et le guitariste Ry Cooder réunissent des musiciens de tous âges pour monter un groupe qui revisitera le répertoire des grandes formations de La Havane des années 40 et 50. Les plus vieux d’entre eux se produisaient à l’époque dans un club baptisé Buena Vista Social Club. Mais si certains de ces touchants Cubains sont plus que septuagénaires, leur talent est intact. De cet étonnant casting, on gardera l’incroyable pianiste Ruben Gonzales, le crooner Ibrahim Ferrer ou la bouleversante Omara Portuondo, tous embarqué dans ce voyage dans le temps et les teintes sépias d’un Cuba révolu mais toujours aussi charmeur… © MD/Qobuz
55,99 €

Amérique latine - Paru le 30 octobre 2007 | WM Spain

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
8,91 €

Amérique latine - Paru le 30 mars 2018 | Daptone Records

Distinctions 4F de Télérama
Le premier album de l’Orquesta Akokán a été enregistré au Areito Studio 101, au sein du complexe de production musicale EGREM, où les grands de Cuba des années 40 et 50 ont marqué l’histoire et où le Buena Vista Social Club a vu le jour. Dès la première minute, nous sommes transportés « au cœur » (akokán en yoruba), d’un paradis disparu. Il y flotte un parfum de La Havane, quand le mambo et le cha-cha-cha étaient rois et les plaisirs coulaient à flots. Robes de cocktail et tuxedos semblent virevolter gaiement autour de la piste de danse sous les malices enivrantes des cuivres et percussions (conga, timbale, bongo ou cloche), d’un volubile piano et de la voix suave et gouailleuse de José “Pepito” Gómez, qui a rassemblé ce big band de jeunes et vieux virtuoses. Ils nous entraînent aux frontières de l’ivresse grâce à un savoir-faire oublié, une science dépoussiérée des grands orchestres festifs. Elégance, vitalité et bonne humeur caractérisent leur musique, mais cette légèreté ne les gêne en rien pour accomplir quelques figures complexes et étonnantes lors de courts et intenses solos. Cette première virée hors du sol américain du label Daptone s’avère aussi endiablée et excitante que leurs meilleures productions (l’afrobeat d’Antibalas, la soul puissante des regrettés Charles Bradley ou Sharon Jones & The Dap-Kings ou encore le funk hip-hop du Budos Band). © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
6,99 €

Amérique latine - Paru le 12 juillet 2004 | World Circuit

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Parue en 2003, cette collection de chansons d’amour au parfum nostalgique est le second album offert par le label World Circuit à la merveilleuse chanteuse cubaine Omara Portuondo que le monde a découvert par le biais du phénoménal succès du disque et du film Buena Vista Social Club. Pour l’accompagner, officient ici aussi quelques artisans cubains des épisodes flamboyants évoqués, tels le joueur de luth laud à 12 cordes Barbarito Torres, le joueur de tres à trois doubles cordes Papi Oviedo, le contrebassiste Orlando "Cachaito" Lopez, ou Manuel Galbán qui officie au piano ou à la guitare. Parmi les autres musiciens cubains venus renforcer cette fine équipe, on note la présence des guitaristes Carlos Emilio et Jorge Chicoy d’Irakere ou encore le jeune et étonnant pianiste Roberto Fonseca. Derrière la console du studio Egrem à La Havane, on retrouve l’alchimiste sonore britannique Jerry Boys. Danzóns, boléros, guajiras, rumbas ou mambos, Omara habite comme personne les styles nationaux et leur insuffle une nostalgie souriante, dans laquelle on devine la part langoureuse du vécu. A la magie cubaine vient s’ajouter une touche brésilienne via le concours du producteur Alê Siqueira (Veloso, Tribalistas), du guitariste Swami Jr. et du percussionniste Carlinhos Brown. Alors que le morceau d’ouverture célèbre les orishas (divinités) communs à la santeria cubaine et au candomblé brésilien, l’album se clôt en portugais sur la chanson Casa Calo signé Brown et J Costa, qui loue l’amour universel et s’éteint doucement sur la répétition d’un conseil auquel on ne peut qu’adhérer : Deixa o Amor Voar (Que l’amour vole !). © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
8,99 €

Amérique latine - Paru le 11 janvier 2014 | Latin Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
16,99 €
11,49 €

Amérique latine - Paru le 28 février 2014 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
11,99 €

Amérique latine - Paru le 13 mars 2007 | LUAKA BOP

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Si le Brésil reste le principal symbole sud-américain de métissage, les autres pays limitrophes recèlent eux aussi de perles d’ébène. Des pépites comme cette Susana Baca, grande voix péruvienne. L’ambassadrice des musiques afro-péruviennes malaxe ici la mémoire et les sons, mais aussi les influences multiples, qu’elles soient cubaines, colombiennes ou autres. Avec ce magnifique album paru en 1997 sur Luaka Bop, le label fondé par David Byrne des Talking Heads, le grand public découvre enfin cette chanteuse éblouissante et la langueur touchante de sa voix. Avec ce disque, les Andes et l’Afrique n’ont jamais semblées aussi proches… © MD/Qobuz
11,49 €

Amérique latine - Paru le 3 novembre 2014 | world village

Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
La grande dame de Cuba, dont les racines remontent aux belles heures du music-hall et des bals des années 40, est retournée en studio pour ré-enregistrer, plus d'un demi-siècle après, son tout premier disque, Magia Negra, qui date de 1958 et qu'elle avait gravé à l'âge de 25 ans, alors qu'elle faisait encore partie du fameux Cuarteto d'Aida... Dans cet album rempli d'émotion qui est aussi un splendide clin d'œil à l'histoire, la chanteuse, ultime survivante du légendaire Buena Vista Social Club, jongle avec les miroirs du temps qui passe, ici l'exubérance du jazz des grands orchestres et les mélodies de chansons populaires éternelles...
18,99 €
15,99 €

Amérique latine - Paru le 10 février 2015 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Grammy Awards
13,99 €

Amérique latine - Paru le 18 mai 2015 | Soul Jazz Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les années 70 furent, pour New York, des années de révolution permanente. Le punk rock, le disco, la musique minimaliste, le rap et la salsa s’y inventèrent en l’espace de quelques années, apportant les ingrédients de toutes les évolutions musicales de la fin du millénaire. Que ces mouvements soient le fruit de clashs entre plusieurs cultures est particulièrement vrai pour les musiques latines. Dominée par des ressortissants portoricains, la population latino new-yorkaise a pris ses quartiers à l’est d’Harlem, une zone rebaptisée El Barrio. C’est là que le terme de salsa a été inventé pour désigner l’ensemble des musiques hispanophones qui s’y sont perpétuées en se mélangeant et en incorporant l’influence des musiques afro-américaines telles qu’elles se sont définies à l’ouest de leurs parcelles. Nu Yorica ! présente les grands acteurs de cet âge d’or et surprend par la variété des expressions que l’on y retrouve. La clave des tambours sacrés bata mène souvent le tempo, parfois sans autre apport, comme sur le Amigos de Stone Alliance qui transite de Cuba à Rio. Les cuivres vont toujours bon train, quand ils n’ont pas le premier rôle, comme sur La Trompeta y la Flauta de Cachao. Le jazz n’est jamais très loin et le funk a inséminé les morceaux flamboyants de Ricardo Marrero, Cortijo Y Su Maquina Del Tiempo ou Joe Bataan. Enfin, l’inventivité contenue dans les longues suites avant-gardistes Un Dia Bonita d’Eddie Palmieri et Macho de Machito And His Orchestra, qui terminent chaque section de ce double programme, restituent bien le vent de liberté, chaud et fiévreux qui soufflait alors dans les rues de Spanish Harlem. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
9,99 €

Amérique latine - Paru le 24 septembre 2012 | Kasba Music

Distinctions Sélection FIP
16,99 €
11,49 €

Amérique latine - Paru le 12 novembre 2013 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
3,99 €
2,99 €

Amérique latine - Paru le 5 novembre 2013 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
8,99 €

Amérique latine - Paru le 3 mars 2017 | Movimientos Records

Distinctions Songlines Five-star review
10,99 €

Amérique latine - Paru le 1 janvier 2003 | Alpha

Distinctions 4 étoiles du Monde de la Musique
Musique traditionnelle andine / Ens. Sapukai, dir. Diana Baroni : O. Miño, guitare, tiple, chant, bombo, guapeo - F. Olivares, vihuela, guitare, tiple, chœur - L. Almada, harpe & percussions - R. Gûel, zampoña, quena, charango, aerophones, chant, guapeo, etc
9,99 €

Amérique latine - Paru le 7 octobre 2013 | Motema

Livret Distinctions Découverte JAZZ NEWS
Avec son combo qui fait sensation dans le Manhattan Midtown, il a réussi à envoûter la crème du public avec des admirateurs tels que Paul Simon, Paquito d’Rivera, Eric Clapton ou Quincy Jones, mais aussi Wynton Marsalis, John Scofield et Matt Dillon qui pour le coup participent à l'album ! Pedrito a fait de son QG, le Guantanamera, un rendez-vous complètement adictif pour mélomanes, critiques et artistes de tous poils. « Si quelqu’un peut remettre enfin la musique afro-cubaine sur le devant de la scène, c’est bien Pedrito Martinez » Sasha Frere-Jones, critique au New Yorker.
16,99 €
14,49 €

Amérique latine - Paru le 18 mars 2014 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
16,99 €
11,49 €

Amérique latine - Paru le 19 novembre 2013 | Michael Phillips Music, Ltd.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio

Le genre

Musiques du monde dans le magazine