Les albums

7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Afrodisiac est, et cela peut sembler facile, mais c'est pourtant l'inéluctable vérité, l'album idéal pour faire l'amour. L'instrumentation est un modèle de tension et de fébrilité, toujours haletante et sur le point d'exploser en un épanchement d'extases, assaillie par le saxophone baryton de Lekan Animashaun et les trompettes d'Eddie Faychum, et de Tunde Williams. Mais les percussions, la voix et les accords électriques de Féla Kuti gardent les sens sous contrôle, retardant pour le plus grand plaisir de l'auditeur l'échéance dionysiaque. L'album idéal pour faire l'amour certes, mais l'album idéal pour aimer tout simplement, d'un amour incandescent, excessif et flamboyant ; d'un amour byzantin. Amour fourmillant d'ivresses, que l'empereur de l'afrobeat dévore ici avec une lascivité incomparable. © René Obe/Qobuz
8,99 €

Afrobeat - Paru le 12 avril 2011 | Strut

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Au début du XXe siècle, s’inspirant du jazz, les musiciens de Côte-de-l'Or (l’ancien nom du Ghana) ont largement dominé la musique urbaine africaine avec un cocktail détonant nommé highlife. Mais leur suprématie s’est peu à peu estompée avec l’invention de l’afrobeat dans les années 70 par le Nigérian Fela Kuti, qui démarra sa carrière au son du highlife. Dès lors, ce rythme fougueusement funky et afrocentré a peu à peu envahi l’ambiance de toute l’Afrique de l’Ouest. Le chanteur-guitariste ghanéen Ebo Taylor, ami du « Black President », a consacré sa carrière au style d’origine nigériane. Tardivement découvert en Europe via l’album Love and Death sorti en 2009, Ebo Taylor a connu dès lors une reconnaissance internationale qui est naturellement passée par une remise à jour des œuvres de son glorieux mais continental passé. En 2011, le label anglais Strut Records remet la pendule Ebo Taylor à l’heure avec cette flamboyante compilation qui rassemble les joyaux que le Ghanéen a disséminés sur son chemin entre 1973 et 1980. Rythmiques implacables, cuivres rutilants, solos de guitare vifs et colorés et chants engageants étaient présents dans sa musique dès ses débuts. L’écoute de ses morceaux prouve qu’au sein de ses diverses formations (Uhuru-Yenzu, Asaase Ase, The Apagya Showband ou Super Sounds Namba, aux côtés des ses compatriotes chanteurs Pat Thomas ou C. K. Mann), comme en œuvrant pour son propre compte, Ebo Taylor a toujours su faire naître la magie. © Benjamin MiNiMuM/ Qobuz
6,99 €

Afrobeat - Paru le 8 juin 2009 | World Circuit

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
9,99 €

Afrobeat - Paru le 9 avril 2001 | Ninja Tune

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès son premier album qui parait en 2001, le collectif de Brooklyn ne passe pas par quatre chemins et se concentre sur sa raison d’être : l’afrobeat ! Mais plus qu’une tentative de relecture vaine des Saintes Écritures de feu Fela, Antibalas apporte une touche contemporaine et très personnelle avec des effluves funky héritées de James Brown ou des saveurs cubaines. Du groove en transe à goûter jusqu’au bout de la nuit. © CM/Qobuz
8,99 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 1979 | Comet Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec l’album Shakara, Fela Kuti est à un point crucial de sa carrière. Nous sommes en 1972 : il vient de connaître son premier succès continental avec Chop ’n’ Quench, de transformer le nom de son groupe Nigeria 70 en Africa 70, d’apprendre, en 24 heures selon la légende, à jouer du saxophone, d’adopter pour langue d’écriture le créole anglophone pidgin, touchant ainsi un plus large public. Il vient aussi de prendre possession du club de l’hôtel Empire à Lagos, rebaptisé African Shrine, le temple africain où il délivre chaque soir des concerts légendaires avec son groupe et sa myriade de danseuses. Tous les éléments du succès et de la légende sont réunis et ce Shakara, qui contient le morceau-titre et le fameux Lady, signe avec fierté le début de cette ère glorieuse pour le plus sulfureux et respecté des musiciens africains.Les deux titres épiques s’étirent chacun sur 13 minutes et des poussières. Fela, de son orgue Rhodes, dont le jeu n’est pas sans évoquer celui de Ray Manzarek des Doors, impulse la dramaturgie, Tony Allen imprime le rythme si spécifique de l’afrobeat et dirige les musiciens. Les guitares maintiennent la pression, les cuivres montent à l’assaut tels des guerriers, marquent les reliefs et les volutes de ces sensuelles épopées. Le chant impérial de Fela, auquel répondent les chœurs féminins, provoque aujourd’hui encore des frissons irrépressibles. Lady comme Shakara s’adressent aux femmes, d’une façon ambiguë qui a pu déclencher l’ire des féministes. Dans Lady, Fela distingue la simple femme africaine, docile, obéissante et serviable à son mari, de la lady éduquée et influencée par les mœurs occidentales qui se veut l’égal de l’homme. On sent chez Fela une préférence pour la première et une certaine crainte de la seconde, mais s’il est connu pour avoir épousé 27 Nigérianes le même jour, il a aussi été éperdument épris d’une lady métisse anglaise, Remilekun Taylor, qui lui a donné son fils Femi. Dans Shakara (fanfaron), il démonte les mécanismes des mâles dominateurs qui menacent les femmes de violence, mais dont le baratin n’est que vacuité. Quoi qu’on en pense, le discours musical est, lui, imparable et constitue l’essence d’un genre historique toujours en action. Aussi bons que soient ses descendants et multiples héritiers, l’afrobeat ne sera jamais aussi clairement pénétrant qu’à travers la voix du maître initiateur : Fela Anikulapo Kuti. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,99 €

Afrobeat - Paru le 8 mars 2019 | London Mobile Studios

13,49 €

Afrobeat - Paru le 10 novembre 2017 | BMG Rights Mgmt France SARL

Leeroy, l’ex-Saïan Supa Crew, fait son coming-out et annonce haut et fort sa passion pour l’afrobeat et l’œuvre de son fondateur l’immense Fela Kuti. L’idée du beat boxer était de passer derrière la console et les claviers, casquette de réalisateur artistique vissée sur la tête, pour rendre un hommage sincère et respectueux. Leeroy est donc parti à Lagos sur les terres nigérianes du Black President, à la rencontre de ses anciens musiciens Duro et Showboy, de ses deux fils Femi et Seun et quelques instrumentistes locaux jeunes et performants. Sa vision vitaminée et inventive de la musique de Fela a convaincu ces héritiers de s’associer à cette relecture moderniste. Pour revisiter cette poignée de morceaux emblématiques, Leeroy a aussi convié, derrière les micros, quelques fiers représentants de la black music actuelle. Son vieux complice Féfé, à qui Leeroy doit son initiation à l’afrobeat, prend le lead sur ITT (International Thief Thief), la soul sister d’origine tchadienne Noraa dévoile son chant sensible dans la version beatboxée de Zombie, la Germano-nigériane Nneka habite avec aplomb Look And Laugh et le Sud-Africain Nakhane offre une interprétation veloutée d’Authority Stealing. L’album se présente avec une pochette originale de Lemi Ghariokwu, responsable de la majorité de celle du Black President. Mission accomplie pour Leeroy qui a su conserver l’esprit et rajeunir le son des œuvres de Fela Anikulapo Kuti et prouver leur pertinence aujourd’hui comme demain. © BM/Qobuz
7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

5,99 €

Afrobeat - Paru le 1 mars 2012 | Born Bad Records

7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

8,99 €

Afrobeat - Paru le 13 octobre 2014 | Born Bad Records

7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

8,99 €

Afrobeat - Paru le 15 novembre 2004 | Comet Records

7,49 €

Afrobeat - Paru le 4 mars 2013 | Knitting Factory Records

9,99 €

Afrobeat - Paru le 31 mai 2010 | Comet Records

Sortie en 1999, Black Voice de Tony Allen a largement contribué au retour de l’Afrobeat sur le devant de la scène. Pour les dix ans de l’album, le label Comet propose une nouvelle version avec les sessions originales, agrémentées de 2 titres bonus - en exclusivité digitale.
6,99 €

Afrobeat - Paru le 22 février 2019 | FOKN Inc.

Le genre

Musiques du monde dans le magazine