Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Mike Oldfield - Tubular Bells

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Tubular Bells

Mike Oldfield

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Sorti le 25 mai 1973 sous le numéro de catalogue V2001, Tubular Bells est un disque marquant de l'histoire de la musique pop (au sens le plus large du terme) pour au moins trois raisons principales. C'est d'abord le tout premier disque sorti sous le label Virgin de Richard Branson, avec le fameux logo des deux vierges enlacées,, oeuvre de Roger Dean. Ce simple fait suffit à faire rentrer Tubular Bells dans l'histoire mais il doit moins au hasard qu'à l'incroyable talent de visionnaire du patron du label qui, au-delà de Mike Oldfield, pressentait l'arrivée de la musique électronique dite « planante », comme il anticipera quelques années plus tard l'émergence de la new wave.

La seconde raison est l'apparition d'un véritable musicien prodige en la personne de Mike Oldfield. Bassiste et guitariste de Kevin Ayers à dix-sept ans, il compose seul cette incroyable fresque sonore dont il joue de presque tous les instruments, dont les fameuses cloches tubulaires donnant leur nom à l'album, et un son si particulier à sa mémorable introduction. Divisé en deux parties, représentant chacune une face de 33 tours, Tubulars Bells est une sorte d'opéra rock cosmique qui entend donner une vision panoramique des styles musicaux de la planète. En ce sens, il est aussi un disque précurseur du New Age par sa dimension universaliste. Dans chacune des parties, Mike Oldfield procède à un étonnant mélange des genres, qu'il arrive à rendre cohérent. Passant du « Blues » au « Thrash », ou de « Ghost Bells » à « Russian », Mike Oldfield enregistre une oeuvre qui n'a pas d'équivalent et doit autant à l'electro qu'au folk et à la pop, voire à la world fusion.

Ce qui rendit Tubular Bells célèbre et constitue la troisième raison de son importance, est la présence de son thème d'introduction dans le film L'Exorciste de William Friedkin. Difficile d'imaginer le choc provoqué en 1973 par ce film d'épouvante mais l'introduction de « Tubular Bells, Part. 1 » n'y est pas pour rien avec son beat répétitif totalement avant-gardiste. Le film offrait de l'inédit et, avec ce morceau instrumental, une nouveauté sonore. C'est par le film que le disque est devenu l'un des albums les plus vendus des années 1970.

Album d'un virtuose, Tubular Bells eut aussi une influence considérable au fil des décennies. Le disque d'origine connut en effet pas moins de cinq « suites », allant de l'orchestrale à la purement electro, toutes réalisées par Mike Oldfield, avec un bonheur inégal. Son thème principal devint lui un maître-étalon de la musique de films fantastiques, des bandes originales de John Carpenter à celles de la série Scream. Beaucoup de disques reçoivent ce qualificatif mais rares sont ceux aussi authentiquement novateurs que Tubular Bells.
© ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2015

Plus d'informations

Tubular Bells

Mike Oldfield

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Tubular Bells Pt. I
00:26:00

Sally Oldfield, Vocals, AssociatedPerformer - Mike Oldfield, Producer, Engineer, Glockenspiel, Electric Guitar, Percussion, Piano, Timpani, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Simon Heyworth, Engineer, StudioPersonnel - Viv Stanshall, Speaker, AssociatedPerformer - Tom Newman, Engineer, StudioPersonnel - Mundy Ellis, Vocals, AssociatedPerformer - Nasal Choir, Vocals, AssociatedPerformer - Lindsay Cooper, Bass Guitar, AssociatedPerformer

℗ 2009 Oldfield Music Limited, under exclusive license to Mercury Records Limited

2
Tubular Bells Pt. II
00:23:16

Sally Oldfield, Vocals, AssociatedPerformer - Mike Oldfield, Producer, Engineer, Bass Guitar, Electric Guitar, Piano, Timpani, Vocals, Conductor/Piano, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Simon Heyworth, Engineer, StudioPersonnel - Tom Newman, Engineer, StudioPersonnel - Steve Broughton, Drums, AssociatedPerformer - Mundy Ellis, Vocals, AssociatedPerformer - Manor Choir, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 2009 Oldfield Music Limited, under exclusive license to Mercury Records Limited

3
Mike Oldfield's Single Theme From Tubular Bells
00:03:55

Mike Oldfield, Producer, Glockenspiel, Electric Guitar, Percussion, Piano, Timpani, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Tom Newman, Producer

℗ 2009 Oldfield Music Limited, under exclusive license to Mercury Records Limited

4
Sailor's Hornpipe Viv Stanshall Version
00:02:51

Mike Oldfield, Glockenspiel, Electric Guitar, Percussion, Piano, Timpani, MainArtist, AssociatedPerformer - Viv Stanshall, Speaker, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lindsay Cooper, Bass Guitar, AssociatedPerformer

℗ 1976 Oldfield Music Limited, under exclusive license to Mercury Records Limited

Descriptif de l'album

Sorti le 25 mai 1973 sous le numéro de catalogue V2001, Tubular Bells est un disque marquant de l'histoire de la musique pop (au sens le plus large du terme) pour au moins trois raisons principales. C'est d'abord le tout premier disque sorti sous le label Virgin de Richard Branson, avec le fameux logo des deux vierges enlacées,, oeuvre de Roger Dean. Ce simple fait suffit à faire rentrer Tubular Bells dans l'histoire mais il doit moins au hasard qu'à l'incroyable talent de visionnaire du patron du label qui, au-delà de Mike Oldfield, pressentait l'arrivée de la musique électronique dite « planante », comme il anticipera quelques années plus tard l'émergence de la new wave.

La seconde raison est l'apparition d'un véritable musicien prodige en la personne de Mike Oldfield. Bassiste et guitariste de Kevin Ayers à dix-sept ans, il compose seul cette incroyable fresque sonore dont il joue de presque tous les instruments, dont les fameuses cloches tubulaires donnant leur nom à l'album, et un son si particulier à sa mémorable introduction. Divisé en deux parties, représentant chacune une face de 33 tours, Tubulars Bells est une sorte d'opéra rock cosmique qui entend donner une vision panoramique des styles musicaux de la planète. En ce sens, il est aussi un disque précurseur du New Age par sa dimension universaliste. Dans chacune des parties, Mike Oldfield procède à un étonnant mélange des genres, qu'il arrive à rendre cohérent. Passant du « Blues » au « Thrash », ou de « Ghost Bells » à « Russian », Mike Oldfield enregistre une oeuvre qui n'a pas d'équivalent et doit autant à l'electro qu'au folk et à la pop, voire à la world fusion.

Ce qui rendit Tubular Bells célèbre et constitue la troisième raison de son importance, est la présence de son thème d'introduction dans le film L'Exorciste de William Friedkin. Difficile d'imaginer le choc provoqué en 1973 par ce film d'épouvante mais l'introduction de « Tubular Bells, Part. 1 » n'y est pas pour rien avec son beat répétitif totalement avant-gardiste. Le film offrait de l'inédit et, avec ce morceau instrumental, une nouveauté sonore. C'est par le film que le disque est devenu l'un des albums les plus vendus des années 1970.

Album d'un virtuose, Tubular Bells eut aussi une influence considérable au fil des décennies. Le disque d'origine connut en effet pas moins de cinq « suites », allant de l'orchestrale à la purement electro, toutes réalisées par Mike Oldfield, avec un bonheur inégal. Son thème principal devint lui un maître-étalon de la musique de films fantastiques, des bandes originales de John Carpenter à celles de la série Scream. Beaucoup de disques reçoivent ce qualificatif mais rares sont ceux aussi authentiquement novateurs que Tubular Bells.
© ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Translation Black Eyed Peas
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
À découvrir également
Par Mike Oldfield
In Concert Mike Oldfield
Crises (2013 Remaster) Mike Oldfield
Music Of The Spheres Mike Oldfield
Live at Carnegie Hall Mike Oldfield
Dans la même thématique...
McCartney III Paul McCartney
Letter To You Bruce Springsteen
Power Up AC/DC
Rumours Fleetwood Mac
Les Grands Angles...
40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Elton John : les 10 premières années

Que reste-t-il de la première partie de la carrière d’Elton John ? Une discographie foisonnante, un nombre incalculable de tubes, le tout dans un décor exubérant aux recoins parfois sombres. À l’occasion de la sortie du biopic qui lui est consacré (“Rocketman” de Dexter Fletcher), retour sur les années 1970 d’un artiste généreux.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Dans l'actualité...