Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Metallica - Ride The Lightning

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Ride The Lightning

Metallica

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Tout au long des huit titres qui composent Ride The Lightning, Metallica produit un tableau nuancé de la mort, exercice de variation qui s’offre le luxe d’un approfondissement progressif (du concret et politique « Fight Fire With Fire » au monstrueux « Call of Ktulu ») et dont le résultat est l’un des meilleurs albums du groupe. Ride The Lighting, le titre ainsi que l’illustration de la jaquette préparent l’auditeur au face à face avec la mort : Ride The Lightning (« Chevaucher l’éclair »), image d’un nouvel Icare dont le destin sera à nouveau de brûler comme le suggère l’image centrale de la chaise électrique. Elle est le symbole des contradictions d’une civilisation aux valeurs morales toujours subordonnées à l’ancienne loi du Talion (« Do unto others as they have done to you », puis toute la chanson « Ride the lightning ») : la mort ne se manifeste jamais que sur fond de non-sens.  

Le mot-clé de cet album est : variation. Variation des situations et des sentiments, depuis l’expérience de l’absurdité de la guerre (« For Whom The Bells Toll ») à l’invocation instrumentale de la créature du maître de Providence (« Call Of Ktulu », titre emprunté à la nouvelle de H.P. Lovecraft), en passant par une fine description psychologique de l’agonie lorsque tout sens de la vie est perdu (« Fade To Black » ou « Trapped Under Ice »).

La structure musicale est complexe, qui met en valeur les idées, mêlant au thrash/speed des nuances heavy, mais aussi de metal progressif. Ce dernier aspect est sensible dans l’économie générale de l’album (le chant modulé de « Escape », le doublage par une voix gutturale sur « Creeping Death », l’intro de « Fight Fire With Fire ») et plus particulièrement dans le très expressif « Fade To Black ». Là, le chant est tantôt lent et plaintif, accompagné d’une mélodie acoustique ; tantôt il exprime le sursaut d’une volonté tentant de reconquérir le sens de la vie : la guitare acoustique disparaît alors au profit d’un son saturé saccadé de riffs plus rapides, puis d’un solo distordu et torturé. Les impressions produites en deviennent plus complexes à l’image de l’introduction de « Fight Fire With Fire » qui donne un sentiment d’innocence (guitare acoustique) brutalement balayé par un riff violent et répétitif qui accompagne un chant cruel. De façon générale, les riffs sont saccadés et répétitifs, sur des tons graves évoquant le poids du destin ; des solos plus aigus et distordus apparaissent quant à eux comme des éclairs de folie (la fin de « For Whom The Bells Toll », sur fond de glas).  

 

Tout cela nous ramène au sentiment dominant du non-sens, puissamment illustré dans les deux derniers titres. « Creeping Death », c’est l’autre nom de Dieu venu délivrer son peuple par la mort des premiers-nés d’Egypte (Exode 11 à 12). La subversion est dans la voix trahissant le monstre, dans le rythme qui sonne comme l’annonce d’un mal tapi inéluctable. Ce titre conduit directement au dernier par son titre lovecraftien. Dieu serait-il la même chose que le grand Ktulu : un être d’outre-espace, friand de sang et cause de folie ? « Call Of Ktulu » fait la synthèse de l’album, dans la mise en scène d’une menace produisant la démence : la mélodie répétée, d’abord douce puis plus grave jusqu’à la saturation, culmine dans des riffs torturés et aigus, sur un rythme produisant un sentiment d’attente angoissée. Une énergie formidable se dégage de ce titre et de tout l’album : regarder l’absurdité de la mort en face est peut-être la seule manière de s’en délivrer, tandis que la folie se transforme alors en clairvoyance.

                                    

 
© ©Copyright Music Story Nicolas Kotasek 2016

Plus d'informations

Ride The Lightning

Metallica

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Fight Fire With Fire Remastered
Cliff Burton
00:04:45

Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, ComposerLyricist, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

2
Ride The Lightning Remastered
Cliff Burton
00:06:37

Dave Mustaine, ComposerLyricist - Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, ComposerLyricist, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

3
For Whom The Bell Tolls Remastered
Cliff Burton
00:05:10

Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, ComposerLyricist, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

4
Fade To Black Remastered
Cliff Burton
00:06:57

Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, ComposerLyricist, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

5
Trapped Under Ice Remastered
Kirk Hammett
00:04:04

Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

6
Escape Remastered
Kirk Hammett
00:04:24

Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

7
Creeping Death Remastered
Cliff Burton
00:06:36

Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, ComposerLyricist, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, Vocals, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

8
The Call Of Ktulu Remastered
Cliff Burton
00:08:53

Dave Mustaine, ComposerLyricist - Howie Weinberg, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Flemming Rasmussen, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Greg Fidelman, Editor, StudioPersonnel - Cliff Burton, AssociatedPerformer, ComposerLyricist, Bass (Vocal) - James Hetfield, Guitar, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Kirk Hammett, Guitar, AssociatedPerformer - Lars Ulrich, Drums, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Metallica, Producer, MainArtist - Kent Matcke, Editor, StudioPersonnel - Mark Whitaker, Producer

℗ 2016 Blackened Recordings, under exclusive licence to Universal Music International BV

Descriptif de l'album

Tout au long des huit titres qui composent Ride The Lightning, Metallica produit un tableau nuancé de la mort, exercice de variation qui s’offre le luxe d’un approfondissement progressif (du concret et politique « Fight Fire With Fire » au monstrueux « Call of Ktulu ») et dont le résultat est l’un des meilleurs albums du groupe. Ride The Lighting, le titre ainsi que l’illustration de la jaquette préparent l’auditeur au face à face avec la mort : Ride The Lightning (« Chevaucher l’éclair »), image d’un nouvel Icare dont le destin sera à nouveau de brûler comme le suggère l’image centrale de la chaise électrique. Elle est le symbole des contradictions d’une civilisation aux valeurs morales toujours subordonnées à l’ancienne loi du Talion (« Do unto others as they have done to you », puis toute la chanson « Ride the lightning ») : la mort ne se manifeste jamais que sur fond de non-sens.  

Le mot-clé de cet album est : variation. Variation des situations et des sentiments, depuis l’expérience de l’absurdité de la guerre (« For Whom The Bells Toll ») à l’invocation instrumentale de la créature du maître de Providence (« Call Of Ktulu », titre emprunté à la nouvelle de H.P. Lovecraft), en passant par une fine description psychologique de l’agonie lorsque tout sens de la vie est perdu (« Fade To Black » ou « Trapped Under Ice »).

La structure musicale est complexe, qui met en valeur les idées, mêlant au thrash/speed des nuances heavy, mais aussi de metal progressif. Ce dernier aspect est sensible dans l’économie générale de l’album (le chant modulé de « Escape », le doublage par une voix gutturale sur « Creeping Death », l’intro de « Fight Fire With Fire ») et plus particulièrement dans le très expressif « Fade To Black ». Là, le chant est tantôt lent et plaintif, accompagné d’une mélodie acoustique ; tantôt il exprime le sursaut d’une volonté tentant de reconquérir le sens de la vie : la guitare acoustique disparaît alors au profit d’un son saturé saccadé de riffs plus rapides, puis d’un solo distordu et torturé. Les impressions produites en deviennent plus complexes à l’image de l’introduction de « Fight Fire With Fire » qui donne un sentiment d’innocence (guitare acoustique) brutalement balayé par un riff violent et répétitif qui accompagne un chant cruel. De façon générale, les riffs sont saccadés et répétitifs, sur des tons graves évoquant le poids du destin ; des solos plus aigus et distordus apparaissent quant à eux comme des éclairs de folie (la fin de « For Whom The Bells Toll », sur fond de glas).  

 

Tout cela nous ramène au sentiment dominant du non-sens, puissamment illustré dans les deux derniers titres. « Creeping Death », c’est l’autre nom de Dieu venu délivrer son peuple par la mort des premiers-nés d’Egypte (Exode 11 à 12). La subversion est dans la voix trahissant le monstre, dans le rythme qui sonne comme l’annonce d’un mal tapi inéluctable. Ce titre conduit directement au dernier par son titre lovecraftien. Dieu serait-il la même chose que le grand Ktulu : un être d’outre-espace, friand de sang et cause de folie ? « Call Of Ktulu » fait la synthèse de l’album, dans la mise en scène d’une menace produisant la démence : la mélodie répétée, d’abord douce puis plus grave jusqu’à la saturation, culmine dans des riffs torturés et aigus, sur un rythme produisant un sentiment d’attente angoissée. Une énergie formidable se dégage de ce titre et de tout l’album : regarder l’absurdité de la mort en face est peut-être la seule manière de s’en délivrer, tandis que la folie se transforme alors en clairvoyance.

                                    

 
© ©Copyright Music Story Nicolas Kotasek 2016

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Metallica
S&M2 Metallica
Metallica Metallica
Master Of Puppets Metallica
Metallica Metallica
S&M Metallica

Playlists

Dans la même thématique...
Whoosh! Deep Purple
RAMMSTEIN Rammstein
Les Grands Angles...
Le trip hop en 10 albums

A l’aube des années 90, la vague trip hop submerge la Grande-Bretagne avec une électro influencée par la musique jamaïcaine et les beats rap. Rythmiques chloroformées et ambiances oppressantes, Massive Attack, Portishead, Tricky, Morcheeba et quelques autres inventent une sorte de soul music sombre, futuriste et parfois très cinématographique. Coup de zoom en 10 albums sur un genre aux frontières floues mais à l’influence nette.

La naissance du death metal suédois

Berceau d’une quantité incalculable de groupes de metal, la Suède s’est illustrée au niveau international au début des années 90 avec l’apparition soudaine d’une scène death metal féconde et dynamique. Petit retour en arrière pour comprendre comment s’est développée cette chapelle musicale et ce qui fait son originalité.

Know your Lemmy

Le 24 décembre 2017, Lemmy Kilmister aurait fêté ses 72 ans, dont plus de 40 à la tête de Motörhead, le groupe de rock'n'roll le plus bruyant de l'histoire. Un cancer foudroyant a finalement emporté celui qui était devenu une icône que l'on croyait immortelle, tant sa disparition avait été maintes fois annoncée puis démentie. Motörhead, qui s'est logiquement éteint avec lui, aura donc traversé quatre décennies avec des hauts et des bas. Et surtout beaucoup de malentendus, sans mauvais jeu de mot en rapport avec la puissance sonore dégagée sur scène...

Dans l'actualité...