Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Trio Polycordes - In Memoriam Frédérick Martin

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

In Memoriam Frédérick Martin

Trio Polycordes

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le compositeur français Frédérick Martin (1958-2016) n’a pas toujours fait les choses comme les autres. Parti peu après sa naissance pour l'Afrique – berceau de ses premières expériences musicales –, il a abordé la composition en autodidacte. Délaissant le lycée (et on ne parle pas même de Conservatoire…) à son retour en France, il officie plusieurs années comme simple copiste musical sans jamais renoncer à l'écriture : entre 1979, année de son premier opus, et 1989, son accession à la Villa Médicis (un certain « retour » au circuit plus traditionnel, quand même), une dizaine de compositions intègrent ainsi son catalogue. Après deux ans passés à l'Ircam (encore plus un retour au circuit « mainstream ») où il suit le cursus de composition informatique, Frédérick Martin est lauréat du programme Villa Médicis hors les murs.

Son œuvre, indique le site qui lui est consacré, se caractérise « par une esthétique tensionnelle et un style d'écriture concentré sur l'effort », et « porte un soin tout particulier à l'articulation musicale », même si le pauvre rédacteur de ces lignes n’a aucune idée de ce que cela peut bien signifier. Il n’en reste pas moins qu’il est l’auteur de quelque cent-soixante-six opus s'adressant à des effectifs variés – œuvres solistes, musique de chambre, œuvres orchestrales, contes musicaux pour enfants, et même deux essais sur le black metal !

Le présent album nous offre quelques œuvres pour guitare, mandoline et/ou harpe, en groupe ou en solo, dont Dowland’s Box en trois mouvements ; on ne devra pas s’étonner que les trois titres des morceaux s’égrènent ainsi : Dowland’s Box, Dowlan’s Box et enfin Dowlan Box, Martin ayant choisi de s’inspirer directement de Dowland dans le premier, de s’en éloigner quelque peu dans le deuxième, de s’en écarter encore plus dans le troisième, et s’il avait eu loisir d’en écrire un quatrième, il se serait sans doute appelé « Dowla Box » – précision apportée par le compositeur lui-même.

Dans une veine similaire, Ustvolst est (citons encore Martin) un « hommage à la compositrice russe Galina Ustvolskaya, mais un hommage inverse. La musique d'Ustvolskaya est souvent âpre et dramatique; ici, j'ai au contraire cherché une forme de douceur que pouvait seul rendre le trio homogène constitué par une mandoline, une guitare et une harpe; une douceur et une continuité de discours articulées autour des ressources de ces instruments, qui résonnent peu mais possèdent une attaque extrêmement claire. Le choix de la mandole et du mandoloncelle à la place de la mandoline, apporte un moelleux et une profondeur que celle-ci ne permet pas, et a guidé la composition comme la couleur dirige la main du peintre. » Pour mémoire, le mandoloncelle est une sorte de mandole grave. Cet album représente une très belle entrée en matière dans l’œuvre de Frédérick Martin, dont on ne peut qu’espérer que des musiciens un peu hardis se saisiront bientôt d’autres pièces. © SM/Qobuz

Plus d'informations

In Memoriam Frédérick Martin

Trio Polycordes

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Honor, Gradus, Dignitas, Op. 57 (Frédérick Martin)

1
Honor 00:03:52

Trio Polycordes, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

2
Gradus 00:05:19

Trio Polycordes, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

3
Dignitas 00:02:53

Trio Polycordes, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

Les bonnes pensées, Op. 66 (Frédérick Martin)

4
Le bélier 00:02:54

Florentino Calvo, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

5
La minute suspendue 00:04:34

Florentino Calvo, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

6
Le Kriss 00:03:16

Florentino Calvo, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

Dowland's Box, Op. 71 (John Dowland)

7
The Right Honourable The Lord Viscount Lisle, His Galliard, P38 00:02:53

Sandrine Chatron, Performer - John Dowland, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

8
Dowlan’s Box 00:04:14

Florentino Calvo, Performer - Jean-Marc Zvellenreuther, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

9
Dowlan Box 00:05:21

Trio Polycordes, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

10
Twisted Lullaby, Op. 125 00:02:30

Jean-Marc Zvellenreuther, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

11
Scritta Di Fausto, Op. 82 (In Memoriam Fausto Romitelli) 00:14:28

Florentino Calvo, Performer - Jean-Marc Zvellenreuther, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

12
Ustvolst, Op. 124 00:15:57

Trio Polycordes, Performer - Frédérick Martin, Composer

2017 LA FOLLIA MADRIGAL

Descriptif de l'album

Le compositeur français Frédérick Martin (1958-2016) n’a pas toujours fait les choses comme les autres. Parti peu après sa naissance pour l'Afrique – berceau de ses premières expériences musicales –, il a abordé la composition en autodidacte. Délaissant le lycée (et on ne parle pas même de Conservatoire…) à son retour en France, il officie plusieurs années comme simple copiste musical sans jamais renoncer à l'écriture : entre 1979, année de son premier opus, et 1989, son accession à la Villa Médicis (un certain « retour » au circuit plus traditionnel, quand même), une dizaine de compositions intègrent ainsi son catalogue. Après deux ans passés à l'Ircam (encore plus un retour au circuit « mainstream ») où il suit le cursus de composition informatique, Frédérick Martin est lauréat du programme Villa Médicis hors les murs.

Son œuvre, indique le site qui lui est consacré, se caractérise « par une esthétique tensionnelle et un style d'écriture concentré sur l'effort », et « porte un soin tout particulier à l'articulation musicale », même si le pauvre rédacteur de ces lignes n’a aucune idée de ce que cela peut bien signifier. Il n’en reste pas moins qu’il est l’auteur de quelque cent-soixante-six opus s'adressant à des effectifs variés – œuvres solistes, musique de chambre, œuvres orchestrales, contes musicaux pour enfants, et même deux essais sur le black metal !

Le présent album nous offre quelques œuvres pour guitare, mandoline et/ou harpe, en groupe ou en solo, dont Dowland’s Box en trois mouvements ; on ne devra pas s’étonner que les trois titres des morceaux s’égrènent ainsi : Dowland’s Box, Dowlan’s Box et enfin Dowlan Box, Martin ayant choisi de s’inspirer directement de Dowland dans le premier, de s’en éloigner quelque peu dans le deuxième, de s’en écarter encore plus dans le troisième, et s’il avait eu loisir d’en écrire un quatrième, il se serait sans doute appelé « Dowla Box » – précision apportée par le compositeur lui-même.

Dans une veine similaire, Ustvolst est (citons encore Martin) un « hommage à la compositrice russe Galina Ustvolskaya, mais un hommage inverse. La musique d'Ustvolskaya est souvent âpre et dramatique; ici, j'ai au contraire cherché une forme de douceur que pouvait seul rendre le trio homogène constitué par une mandoline, une guitare et une harpe; une douceur et une continuité de discours articulées autour des ressources de ces instruments, qui résonnent peu mais possèdent une attaque extrêmement claire. Le choix de la mandole et du mandoloncelle à la place de la mandoline, apporte un moelleux et une profondeur que celle-ci ne permet pas, et a guidé la composition comme la couleur dirige la main du peintre. » Pour mémoire, le mandoloncelle est une sorte de mandole grave. Cet album représente une très belle entrée en matière dans l’œuvre de Frédérick Martin, dont on ne peut qu’espérer que des musiciens un peu hardis se saisiront bientôt d’autres pièces. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Beethoven: 9 Symphonies Berliner Philharmoniker
Barbara Alexandre Tharaud
The Lion King Various Artists
À découvrir également
Par Trio Polycordes

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

La grande aventure du Fidelio de Beethoven

Basé sur un fait divers survenu en France pendant la Terreur révolutionnaire (l’histoire d’une jeune femme intrépide se déguisant en homme pour tenter de sauver son mari emprisonné au fond d’un cachot), l’unique opéra de Beethoven a connu une destinée mouvementée, remanié de part et d’autre au fil des années. Nouvelle preuve du génie musical du compositeur allemand, “Fidelio” lui a aussi permis de mettre en musique un livret répondant à ses opinions politiques.

Jonas Kaufmann en 10 disques essentiels

Avec son physique avantageux de jeune premier romantique, l’Allemand Jonas Kaufmann a modernisé l’image du ténor d’opéra, souvent considéré comme un bateleur impénitent. Outre sa voix puissante et variée, Jonas Kaufmann possède un répertoire immense, en plusieurs langues, à l’aise à l’opéra dans Wagner comme dans Verdi ou Puccini, chantant le lied ou l’opéra français à merveille. Grand admirateur de Fritz Wunderlich, il a commencé sa carrière “à l’ancienne”, en troupe dans de petits théâtres allemands avant de voler de ses propres ailes vers une carrière phénoménale. Après une année 2017 chaotique due à un hématome sur les cordes vocales, Jonas Kaufmann semble parfaitement rétabli et travaille sur de très nombreux projets. En 10 disques, Qobuz tente de couvrir toutes les facettes de son immense talent.

Dans l'actualité...