Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Don Bryant - Don't Give Up On Love

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Don't Give Up On Love

Don Bryant

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le retour de la vengeance de Don Bryant n’est pas l’ouverture d’un sarcophage d’où bondirait une énième momie de l’âge d’or de la soul music. Non, ce comeback inespéré, à 75 ans passés, d’un homme de l’ombre de la soul sudiste est des plus réjouissant. Pour les experts, Bryant fut un très solide songwriter ayant œuvré pour Solomon Burke, Albert King, Etta James et quelques autres mythiques gachettes du genre, mais surtout pour le label Hi Records de Willie Mitchell. Il passera même la bague au doigt de l’une des stars de cette essentielle maison de Memphis, l’immense Ann Peebles, avec qui il co-écrira en 1973 son tubesque I Can’t Stand The Rain… Pour ce Don’t Give Up On Love publié par Fat Possum, Don Bryant a embauché une sérieuse brochette de virtuoses locaux parmi lesquels des anciens de chez Hi Records comme l’organiste Charles Hodges, le clavier Archie “Hubbie” Turner et le batteur Howard Grimes, mais aussi le guitariste Joe Restivo et le bassiste Scott Bomar et, côté cuivres, Marc Franklin et Art Edmaiston du Gregg Allman Band. Sensuel et expressif sur It Was Jealousy, suave à souhait dans One Ain’t Enough et habité sur How Do I Get There?, Bryant chante avec la vigueur d’un jeune premier et la force de conviction d’un évangéliste. Et on sort de cette douche torride soul made in Memphis la larme à l’œil. © MZ/Qobuz

Plus d'informations

Don't Give Up On Love

Don Bryant

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
A Nickel and a Nail
00:04:46

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

2
Something About You
00:03:37

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

3
It Was Jealousy
00:04:12

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

4
First You Cry
00:04:33

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

5
I Got to Know
00:03:07

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

6
Don't Give up on Love
00:05:05

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

7
How Do I Get There?
00:03:55

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

8
Can't Hide the Hurt
00:02:55

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

9
One Ain't Enough
00:03:03

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

10
What Kind of Love
00:02:43

Don Bryant, MainArtist

(C) 2017 Fat Possum Records (P) 2017 Fat Possum Records

Descriptif de l'album

Le retour de la vengeance de Don Bryant n’est pas l’ouverture d’un sarcophage d’où bondirait une énième momie de l’âge d’or de la soul music. Non, ce comeback inespéré, à 75 ans passés, d’un homme de l’ombre de la soul sudiste est des plus réjouissant. Pour les experts, Bryant fut un très solide songwriter ayant œuvré pour Solomon Burke, Albert King, Etta James et quelques autres mythiques gachettes du genre, mais surtout pour le label Hi Records de Willie Mitchell. Il passera même la bague au doigt de l’une des stars de cette essentielle maison de Memphis, l’immense Ann Peebles, avec qui il co-écrira en 1973 son tubesque I Can’t Stand The Rain… Pour ce Don’t Give Up On Love publié par Fat Possum, Don Bryant a embauché une sérieuse brochette de virtuoses locaux parmi lesquels des anciens de chez Hi Records comme l’organiste Charles Hodges, le clavier Archie “Hubbie” Turner et le batteur Howard Grimes, mais aussi le guitariste Joe Restivo et le bassiste Scott Bomar et, côté cuivres, Marc Franklin et Art Edmaiston du Gregg Allman Band. Sensuel et expressif sur It Was Jealousy, suave à souhait dans One Ain’t Enough et habité sur How Do I Get There?, Bryant chante avec la vigueur d’un jeune premier et la force de conviction d’un évangéliste. Et on sort de cette douche torride soul made in Memphis la larme à l’œil. © MZ/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
The Complete Studio Albums Creedence Clearwater Revival
Folk Singer Muddy Waters
Live At The Regal B.B. King
À découvrir également
Par Don Bryant
You Make Me Feel Don Bryant
Precious Soul Don Bryant
I'll Go Crazy Don Bryant
A Nickel and a Nail Don Bryant
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Otis Redding, soul dans la nuit

Il y a 52 ans, l’étoile filante de la soul est tombée du ciel. À 26 ans seulement, Otis Redding n’avait eu le temps de ne publier que six albums de son vivant. Assez tout de même pour être considéré comme l’une des plus grandes voix du XXe siècle.

Les 10 titres qui ont fait la French Touch

Il y a vingt ans, la French Touch envahissait les clubs et les ondes radio du monde entier, installant l’Hexagone en bonne place sur la carte des musiques électroniques. Qobuz vous raconte l’histoire des 10 titres qui ont marqué cette période dorée pour les producteurs français.

Soul music, un œil dans le rétro

Depuis le début des années 2010, de nombreuses voix ressuscitent la soul sixties et seventies à coups d’albums enregistrés « à l’ancienne ». Entre Amy Winehouse, Leon Bridges, Sharon Jones, Michael Kiwanuka ou Curtis Harding, le groove vintage fait un come-back flamboyant.

Dans l'actualité...