Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Arthur Rubinstein - Brahms: Concerto pour piano No. 1 (Mono Version)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Brahms: Concerto pour piano No. 1 (Mono Version)

Arthur Rubinstein, CSO, Fritz Reiner

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Brahms: Concerto pour piano No. 1 (Mono Version)

Arthur Rubinstein

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Concerto pour piano No. 1 in D Minor, Op. 15 (Johannes Brahms)

1
I. Maestoso 00:21:35

Arthur Rubinstein, Piano - Fritz Reiner, Conductor - Chicago Symphony Orchestra (CSO) - Johannes Brahms, Composer

1955 - BNF Collection 2015

2
II. Adagio 00:13:39

Arthur Rubinstein, Piano - Fritz Reiner, Conductor - Chicago Symphony Orchestra (CSO) - Johannes Brahms, Composer

1955 - BNF Collection 2015

3
III. Rondo. Allegro non troppo 00:11:18

Arthur Rubinstein, Piano - Fritz Reiner, Conductor - Chicago Symphony Orchestra (CSO) - Johannes Brahms, Composer

1955 - BNF Collection 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Beethoven: 9 Symphonies Berliner Philharmoniker
Barbara Alexandre Tharaud
The Lion King Various Artists
À découvrir également
Par Arthur Rubinstein

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Orfeo Orchestra, le chaînon manquant du XVIIIe siècle français

Très actif dans la musique baroque française depuis ses premières parutions au début des années 90, l'Orfeo Orchestra, dirigé par György Vashegyi, a été, ces dernières années, distingué par le Palazzetto Bru Zane et surtout le Centre de musique baroque de Versailles pour sa série d'explorations discographiques ambitieuses du répertoire lyrique français – baroque et classique.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...