Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Date : du plus récent au moins récent et filtré par Franz Liszt, Alexander Gavrylyuk et 24 bits / 96 kHz - Stereo
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Piano Classics

Hi-Res
C’est l’un des thèmes les plus souvent variés du répertoire, si l’on excepte La Folia qui reste une vraie folie : le 24e Caprice de Paganini a ainsi été saisi par Liszt, Lutosławski, Rachmaninov, Szymanowski, Ysaÿe et même Benny Goodman, ainsi bien sûr que Brahms qui écrivit rien moins que deux cahiers de variations sur ce thème en 1863. Vingt-huit variations que Clara Schumann avait surnommées « les variations de la sorcière », pour les raisons que l’on imagine. Et voici que le sorcier pianistique Alexander Gavryluk, né en Ukraine en 1984 et désormais citoyen australien, décide de les enregistrer : sorcière + sorcier = étincelles ! Pour mémoire, Gavryluk fut lauréat des concours Rubinstein et Horowitz. Et il complète son interprétation des Variations de Brahms avec quelques moments non moins ensorcelés de Liszt, que sont la célèbre Méphisto-Valse, la Tarentelle et la Danse macabre d’après Saint-Saëns, réarrangée par Horowitz pour pimenter un peu le propos… Et pour se consoler de tant d’infernale magie, Gavryluk propose en contrepoids le Liebestod d’Isolde d’après Wagner, et une Consolation de Liszt –l’une des pièces les moins virtuoses qui soient du maître. © SM/Qobuz