Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 mai 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Après trois enregistrements consacrés au Trio "Dumky" et au Troisième Trio de Dvořák puis aux Quatuors avec piano n° 1 & 2 et enfin aux m>Quintettes avec piano et Bagatelles, Omri Epstein, Mathieu van Bellen et Ori Epstein terminent cette intégrale de la musique de chambre à clavier du compositeur tchèque avec les deux premiers trios : une évidente complicité lie les musiciens, qui partagent avec leurs auditeurs leur passion pour ce répertoire ainsi que leur plaisir de jouer ensemble. Le Trio en si bémol majeur, le premier à avoir survécu, est composé au printemps 1875 : il appartient à une période au cours de laquelle Dvořák forgeait et consolidait une vision plus conventionnelle de la forme et du style musical. Les oeuvres de cette année remarquablement prolifique montrent une nette cristallisation du style mélodique du Dvořák de la maturité. Dvořák commença à travailler à son Trio en sol mineur en janvier 1876, épuisé puisqu'il venait d'achever son opéra Vanda (B. 55) et accablé de chagrin après la mort de sa fille Josefa. Il devait certainement savoir que Smetana, dans des circonstances analogues, s’était également tourné vers le genre du trio pour exprimer sa tristesse à la mort de sa fille en 1855. © Alpha Classics
HI-RES8,99 €17,99 €(50%)
CD5,99 €11,99 €(50%)

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | IBS Classical

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 septembre 2019 | Foghorn Classics

Hi-Res Livret
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
C’est à un véritable travail de deuil que s’attèle Antonin Dvorak lorsqu’il entreprend la composition de son Stabat Mater en 1876. Très éprouvé par la mort de ses deux filles en bas âge, il met à son tour en musique le fameux texte de Jacopone da Todi, lui-même commentaire poétique d’après Saint-Jean, qui lui semble le plus propice à exprimer sa propre souffrance de père. Bien qu’utilisant le texte latin original, l’œuvre de Dvorak se démarque de ses grands modèles en inaugurant un ton spécifique à la musique tchèque et en réussissant à créer une synthèse de la culture populaire et de la musique savante. Homme du peuple, Dvorak jette avant tout un regard plein de tendresse sur l’humanité. Son œuvre est emplie d’une piété simple, exprimant la puissance de sa douleur. Écrit pour quatre voix solistes, chœur mixte et orchestre, le Stabat Mater est présenté ici dans sa version avec piano de 1876, plus proche du drame familial et intime que Dvorak voulait écrire. Craignant une grandiose exécution publique, il préféra d’ailleurs attendre trois ans pour que ce chef- d’œuvre soit enfin présenté en 1880. Mené des ténèbres à la lumière, le Stabat Mater de Dvorak, comme l’écrit son biographe français Guy Erismann, nous conduit « dans une espérance simple et humaine en une vie future pleine de lumière ». © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | SWR Classic

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 11 décembre 2019 | Signum Records

Hi-Res