Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

93 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique, Igor Stravinsky et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 janvier 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
Le Concerto pour violon de Stravinski, écrit en 1931, fut le début d’une longue et fructueuse collaboration entre le compositeur et le violoniste Samuel Dushkin ; ce dernier lui prodigua moult conseils techniques lors de la composition, et en assura la création – allant même jusqu’à détenir une exclusivité de cinq ans pour l’ouvrage ! Par la suite, Dushkin et Stravinski devaient faire des tournées en duo, pour lesquelles seraient arrangées de nombreuses pièces afin d’élargir le répertoire. Ce serait la Suite italienne d’après Pulcinella (le compositeur avait déjà concocté un premier arrangement pour duo, mais l’élargit sur les conseils de Dushkin), puis le Divertimento d’après Le Baiser de la fée et quelques petites pièces indépendantes, dont nombre nous sont ici présentées sous les doigts de fée de la violoniste russe Liana Gourdjia – lauréate du Concours Tchaïkovski, Premier Prix du Concours de Sion, une disciple de Jaime Laredo et, dans le domaine chambriste qu’elle affectionne, de Menahem Pressler et János Starker. En fin d’album, elle joue le Concerto pour violon qui devait lancer l’amitié entre Stravinski et Dushkin. © SM/Qobuz
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 18 mai 2018 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 19 juin 2015 | Berlin Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 10 mars 2015 | Les Belles Ecouteuses

Hi-Res Livret
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | Fuga Libera

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2019 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Piano solo - Paru le 17 janvier 2020 | Passavant Music

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 11 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Mariinsky

Hi-Res Livret
La situation historique de Stravinski dans la Russie d’aujourd’hui est assez ambiguë. Le jeune compositeur russe avait quitté son pays natal peu avant la révolution d’Octobre 1917 pour aller soigner sa femme en Suisse et ne plus y revenir avant 1962, lorsqu’il fut accueilli certes en triomphe, mais presque comme un compositeur étranger à son propre pays. C’est qu’entre-temps, Stravinski était devenu Français, puis Américain, tournant le dos à la politique de l’Union soviétique en devenant l'un des principaux acteurs de la création musicale occidentale. À la suite de l’effondrement du système communiste et de l’émergence de la Russie d’aujourd’hui, la musique de Stravinski est peu à peu entrée au répertoire des orchestres russes au même titre que des gloires nationales comme Tchaikovski ou Chostakovitch. Valery Gergiev nous offre ici la version originale si bigarrée de Pétrouchka (1911), avec son grand effectif et une métrique non encore standardisée par les révisions ultérieures pratiquées par le compositeur. Ici, la poésie du cirque règne en maîtresse, d’autant que les musiciens de l’excellent Orchestre du Mariinsky sont des virtuoses accomplis qui restituent à merveille la saveur populaire de la musique de Stravinski. Le langage est complètement différent dans Jeu de cartes, le ballet que le compositeur russe écrivit aux États-Unis pour le danseur et chorégraphe George Balanchine en 1936. C’est la pleine période de ce qu’on a appelé le néoclassicisme de Stravinski qui remonte à son ballet Pulcinella de 1920 ; mais d’une certaine manière, Pétrouchka n’était-il pas déjà un ballet « néo classique » ? Si le langage diffère, le sens parodique, que l’on trouve si souvent dans l’univers stravinskien, est présent dans les deux œuvres ; les citations étant d’origines populaires dans Pétrouchka (celle de Jambe en bois, chanson rendue célèbre par Dranem en 1908) et savantes dans Jeu de cartes qui mélange allègrement Le Barbier de Séville de Rossini à la 5e de Beethoven ou à La Valse de Ravel en un pot-pourri du plus plaisant effet. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 janvier 2020 | Aparté

Hi-Res Livret
Avec cet album, Pierre Génisson honore l'héritage du "King of Swing" et de ses succès planétaires : Benny Goodman. À la fois compositeur et chef d'orchestre, le clarinettiste natif de Chicago et chéri du public partagea toute sa carrière entre jazz et musique classique. C'est lui qui, le premier, ouvrit les portes du monumental Carnegie Hall – temple de la musique classique – au jazz et aux musiciens noirs, à l'occasion d'un concert légendaire en 1938. Si ses interprétations des standards du jazz sont passées à la postérité, son apport à la musique savante de son temps fut tout aussi considérable : il s'illustra ainsi dans le Concerto d'Aaron Copland, le Prelude, Fugue and Riffs de Leonard Bernstein ou encore Contrastes de Bartók. En réunissant sur ce disque ces œuvres emblématiques et des tubes indétrônables tels que Sweet Georgia Brown ou l’irrésistible Sing, sing, sing, Pierre Génisson fait briller la légende de son illustre prédécesseur et offre, aux côtés des musiciens survoltés du BBC Concert Orchestra, une magistrale démonstration de son talent. © Aparté
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 15 mars 2019 | RUBICON

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 1 décembre 2017 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Musique vocale profane - Paru le 9 juin 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Diapason d'or / Arte
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2013 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Daniele Gatti et l'Orchestre National de France apportent leur pierre à l'immense l'édifice des enregistrements du Sacre du printemps de Stravinsky. L'engouement pour cette oeuvre centenaire est intact et la liste des enregistrements réalisés à l'occasion de cet anniversaire est vraiment impressionnant. Cette nouvelle version de Daniele Gatti est couplée avec Petrouchka, ballet créé deux ans avant aux Ballets Russes sous la direction de Pierre Monteux.
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 23 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res
Cette réédition confronte deux œuvres commandées par les Koussevitzky à Boston : le Gloria de Poulenc, ici enregistré à New York en 1976 et la Symphonie de psaumes de Stravinski enregistrée à Londres en 1972. Les deux compositeurs se sont bien connus dans le Paris des années 1920 et Poulenc a toujours avoué son admiration et sa dette vis-à-vis de son aîné russe. La direction inspirée et robuste de Bernstein ne créée aucune hiérarchie entre eux, les deux œuvres étant portées par une réelle ferveur. Commandé par la Fondation Koussevitzky, le Gloria de Poulenc, créé par Charles Munch à Boston en 1961, est vite devenu très populaire des deux côtés de l’Atlantique. Inspiré par Stravinski autant que par le plain-chant, ce Gloria est cependant du pur Poulenc et porte la marque d’une foi authentique et joyeuse. La Symphonie de psaumes est largement antérieure. Créée par Ernest Ansermet à Bruxelles le 13 décembre 1930, une semaine avant la création à Boston, elle prend sa source dans la religion orthodoxe que Stravinski pratiquait dans sa jeunesse. « Il ne s'agit pas d'une symphonie dans laquelle j'ai introduit des versets de psaumes chantés. Bien au contraire : j'ai symphonisé le chant des psaumes », écrit le compositeur dans son autobiographie. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 28 août 2015 | Mariinsky

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 1 avril 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Opéra - Paru le 24 mai 2010 | Mariinsky

Hi-Res Livret