Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

102 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique, Warner Classics et 24 bits / 44.1 kHz - Stereo
HI-RES112,49 €
CD97,99 €

Opéra - Paru le 15 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte
HI-RES27,49 €
CD23,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2014 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
" Emmanuel Pahud, Paul Meyer, François Leleux, Gilbert Audin, Radovan Vlatkovi, rejoints par Eric Le Sage, ont le vent en poupe pour une anthologie unique. [...] D'un titre à l'autre se retrouvent la précision, la parfaite justesse, l'excellence des timbres, la clarté du discours et l'osmose entre les interprètes... " (Classica, mars 2015 / Pascal Gresset
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Classique - Paru le 15 novembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Voilà longtemps que Christina Pluhar s’intéresse à la musique vocale du XVIIe siècle italien, en particulier celle du compositeur Luigi Rossi, né vers 1597 dans la belle province des Pouilles. Il fut le compositeur attitré des Médicis à Florence, puis du cardinal Barberini à Rome. En France, le cardinal Mazarin lui commanda le premier opéra italien écrit spécifiquement pour la Cour de France. On peut donc dire que Rossi fut, en quelque sorte, aux origines des productions qu’un autre Italien, Lully, écrira plus tard pour Louis XIV. En 2005, Christina Pluhar avait enregistré la Lyra d’Orfeo, laissée dans les tiroirs avec son ensemble L’Arpeggiata, avec la voix de Véronique Gens dans toute sa plénitude, un gros problème juridique étant venu bloquer cette production discographique pendant près de quinze années. Le litige étant désormais levé, Christina Pluhar a complété son projet avec La Harpe de David, une nouvelle compilation originale d’œuvres de Luigi Rossi qu’elle a retrouvées avec ses assistants dans diverses bibliothèques. Son choix s’est porté sur une série de pièces virtuoses et théâtrales, étroitement pensées en fonction du texte, car Rossi mettait en musique les plus beaux poèmes de son temps. En engageant les meilleures voix du moment, Cécile Scheen, Giuseppina Bridelli, Philippe Jaroussky, Jakub Józef Orliński et Valer Sabadus, Christina Pluhar a mis tous les atouts de son côté pour faire revivre une musique envoûtante d’une incroyable richesse musicale. Le peu d’indications concernant l’accompagnement instrumental contenues dans les manuscrits laissent une liberté presque totale aux interprètes. Ils peuvent ainsi imaginer toutes sortes de combinaisons instrumentales pour épouser les mélismes compliqués et la virtuosité des lignes vocales voulues par le compositeur. L’interprétation se double ici d’une totale recréation. © François Hudry/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Musique concertante - Paru le 1 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
La précédente livraison du Festival de Lugano 2015 était particulièrement riche, avec nombre de moments choisis particulièrement exaltants (Trio de Brahms, Sonate à deux pianos de Poulenc). Le Festival 2016 verrait quant à lui un grand moment, l'immense Martha avait décidé de jouer sur scène, pour la première fois depuis plus de trente ans, Gaspard de la nuit de Ravel. Elle angoissait à l'idée de se mesurer à sa propre réussite d'il y a quarante ans - elle avait enregistré en 1974 pour Deutsche Grammophon un LP Ravel regroupant Gaspard, la Sonatine et les Valses nobles et sentimentales, resté dans toutes les mémoires, même s'il bénéficiait d'une prise de son décevante. Sur le vif, c'est évidemment toute la magie d'une sonorité qui se dévoile pleinement, et la permanence d'une vision. Le ton véritablement hanté du Gibet marque durablement, l'esprit feux follets de Skarbo éclate littéralement, quand Ondine, totalement lumineuse, crie ses réminiscences lisztiennes et se souvient tout autant d'Une barque sur l'océan écrite quelques années auparavant. La suite des témoignages de ce Festival de Lugano 2016 est tout aussi variée à qu'à l'habitude. On commencera par la rareté de répertoire que demeure le Concerto pour violon de Busoni, en ré majeur (comme ceux de Beethoven, Brahms, Tchaikovsky), portant lui aussi le numéro d'opus 35 (comme ceux de Tchaikovsky, Korngold) sous l'archet engagé de Renaud Capuçon. Côté deux pianos, un classique du répertoire Argerich, la Sonate pour deux pianos K. 448 de Mozart qu'elle aime régulièrement jouer avec ses amis depuis quelques années, ici avec Sergey Babayan. Sans oublier le très sincère Trio avec cor de Brahms avec le trio Capuçon, Angelich & Guerrier (en 2015, une version sans cor était inoubliable), ou surtout la Sonate de Bach par Martha Argerich et Tedi Papavrami, qui pourrait nous faire oublier de ne pas avoir par ce duo les cinq autres oeuvres écrites de Bach pour la même formation. On ne pourra pas une fois de plus passer sur le moment trop court du duo Tiempo & Lechner, toujours aussi excitant, ici dans deux danses de Falla. Durant cette édition 2016, Argerich jouait également le Concerto en sol majeur de Ravel. Peut-être pas sa version la plus extraordinaire, mais écouter ses phrasés, ses accents, ses nuances si personnelles dans l'Adagio assai demeure toujours une source d'émotion rare. Puisse ce festival de Lugano ressusciter dans quelques années avec la participation de généreux mécènes nostalgiques de tous ces moments incomparables. © PYL
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Opéra - Paru le 15 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Opéra - Paru le 15 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Opéra - Paru le 22 novembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Après son splendide enregistrement de l’opus magnum de Berlioz, son opéra Les Troyens, couvert de récompenses internationales, l’immense berliozien John Nelson signe une nouvelle version de La Damnation de Faust qui semble promise elle aussi à un beau succès. Pour cet enregistrement capté en concert par Daniel Zalay et ses ingénieurs du son à la Salle Erasme du Palais de la musique et des congrès de Strasbourg les 25 et 26 avril 2019, John Nelson retrouve l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, dont il aime la couleur typiquement française et la discipline toute germanique. L’effectif pléthorique aurait plu à Berlioz avec ses huit contrebasses et ses six harpes, entre autres. John Nelson connaît cette musique comme personne, il sait lui insuffler une énergie particulière en soignant les couleurs instrumentales si bien définies par le compositeur. Autour de lui est réunie une distribution de rêve avec le Faust magistralement incarné par le ténor Michael Spyres qui chante le français à la perfection et sait aussi incarner le personnage en jouant de la qualité de son timbre. Joyce DiDonato est une opulente Marguerite pleine de flamme et d’un engagement total. Nicolas Courcel campe un Méphisto hyperexpressif ; son timbre sombre contribue à la noirceur du personnage à l’ironie amère. Les Petits Chanteurs de Strasbourg et le puissant Chœur Gulbenkian complètent avec bonheur une distribution idéale. Nouveau jalon de l’enregistrement des principales œuvres de Berlioz sous la direction de John Nelson pour le label Erato, cet enregistrement très réussi précède Roméo et Juliette que les mêmes artistes enregistreront courant 2020. © François Hudry/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES28,49 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 5 septembre 2011 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Ce coffret regroupe une très belle équipe de chanteurs tels Sonia Prina, Ann Hallenberg, Max Emanuel Cencic et Topi Lehtipuu. Dirigés par Alan Curtis, ils interprètent Ezio de Gluck, une première pour le chef britannique, qui n'a enregistré que des ouvrages de Haendel jusqu'à ce jour, dont Berenice et Ariodante. Composé en 1750, Ezio se fonde sur un livret de Métastase, auteur prolifique. Cet opéra a été écrit bien avant les pièces dites « réformées » de Gluck que sont Orfeo et Alceste.
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2008 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 9 février 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Dès son passionnant premier album paru en 2009 qui confrontait Sibelius et Prokofiev, Vilde Frang imposait son nom à 23 printemps seulement… Deux ans plus tard, son violon rugueux, tendu accentua la modernité âpre de la sonate de Bartók, tandis qu'il respectait les origines folklorisantes de l'écriture de Grieg. Il y eut enfin un disque Tchaïkovski / Nielsen qui confirmait un peu plus ce talent fou et cette personnalité musicale singulière, tout sauf formatée… Cette fois, la violoniste norvégienne reconnue sur la scène internationale s’attaque à Mozart avec un opus réunissant le Concerto pour violon n°1 en si bémol majeur, K. 207, le Concerto pour violon n°5 en la majeur, K. 219 et la Symphonie concertante pour violon, alto et orchestre en mi bémol majeur, K.364. À ses côtés, Jonathan Cohen et son ensemble Arcangelo et, pour la Symphonie concertante, l'altiste Maxim Rysanov. Captivant d’entendre Vilde Frang dans Mozart comme de déguster sa conversation avec son collègue ukrainien. Un album pour étoffer un peu plus encore la palette d’une artiste là pour durer. © CM/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2010 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 4 septembre 2006 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2002 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 9 janvier 2012 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 2011 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Musiques pour le cinéma - Paru le 3 octobre 2014 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 2011 | Warner Classics

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res