Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Ballets - Paru le 1 mars 2019 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Fidèle à la musique française qu’il aime et il connait parfaitement, fidèle aussi à sa véritable boulimie d’enregistrements, Neeme Järvi propose ici trois partitions de ballet à la tête de l’Orchestre Symphonique National d’Estonie. L’occasion est trop belle de retrouver sous sa baguette Les Forains d’Henri Sauguet, partition étincelante écrite en 1945 dans le souvenir de Parade d’Erik Satie qui avait marqué le jeune Bordelais arrivé à Paris. Créé d’abord en version de concert sous la direction d’André Cluytens, ce ballet connaîtra son heure de gloire lorsqu’il sera dansé, la même année, dans une chorégraphie de Roland Petit et des décors de Christian Bérard. Il est assez étonnant que personne, à part le compositeur et cet éternel défenseur de la musique française qu’est Michel Plasson, ne songe à enregistrer une partition aussi habile, qui n’a pas à rien à envier aux œuvres contemporaines de Poulenc ou du jeune Dutilleux. Jacques Ibert écrivit Les Amours de Jupiter en cette même année 1945, juste après la fin de la guerre. C’est une allégorie mettant en scène les personnages d’Europe, Léda, Danaé, Ganymède et Junon. On découvre ici une musique à l’orchestration raffinée, utilisant des instruments rares et un grand effectif symphonique. Venant trois ans après l’enregistrement de Jacques Mercier et de l’Orchestre National de Lorraine, cette nouvelle version répare un peu l’injustice subie par certains compositeurs dont le « métier » est complété par une véritable inspiration. Jules Massenet avait quant à lui sacrifié au rite du ballet obligatoire pour tout spectacle donné à l’Opéra de Paris. Les séquences dansées d’Hérodiade s’insèrent dans chacun des quatre actes de cet opéra créé à Bruxelles en 1881 d’après un conte de Gustave Flaubert. Il sera monté à l’Opéra de Paris en 1921 seulement, dans une nouvelle version en quatre actes et ballet. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 octobre 2017 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Au début du XXe siècle, la « musique hongroise » était encore héritée des magyareries de Brahms et Liszt, qui s’approchent bien plus d’un mélange de salon viennois et de thèmes tziganes. Il fallut attendre les recherches ethnomusicologiques de Bartók et Kodály pour que la « vraie Hongrie » folklorique fasse son entrée dans les partitions savantes. On ne s’étonnera donc pas que la Sérénade Op. 3 de Leó Weiner, de 1906, comporte encore bien des aspects brahmso-liszto-viennois, alors que plus on avance dans le temps, plus son langage hongrois (et roumain, puisqu’il s’agit de la Hongrie historique, dont une large partie orientale fut perdue à la Roumanie après la Première Guerre) se porte vers la réelle sonorité folklorique. Cela dit, à la différence de Bartók et Kodály, Leó Weiner maintient dans ses harmonisations, ses transcriptions, un esprit symphonique post-romantique (le même qui régit les explorations folkloriques d’un Enescu, par exemple), sans les recherches harmoniques des deux collègues hongrois qui, eux, se saisissaient du même fonds populaire pour en faire une musique toujours plus savante, plus avant-gardiste, plus moderne. Jusque dans les Quatrième et Cinquième (et dernier) Divertimentos de 1951, le ton reste romantique. Et ô combien délicieux ! C’est Neeme Järvi et l’Orchestre national d’Estonie qui officient. © SM/Qobuz
HI-RES74,95 €
CD49,95 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | Chandos

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 29 avril 2016 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Non, non, ce n’est absolument pas une intégrale de l’œuvre orchestrale d’Ibert. Mais on y trouve, côte à côte, de célèbres chefs-d’œuvre tels que Escales et la Sinfonietta, et aussi de plus rares ouvrages de circonstance que sont l’Ouverture de fête, commandée par le Japon pour le 2600e anniversaire de la fondation de l’Empire, Bacchanale commandée par la BBC et Hommage à Mozart par la Radiodiffusion française, ou encore des musiques conçues pour le cinéma et la scène comme Sarabande pour Dulcinée, une pièce qu’il avait initialement prévue d’intégrer à la partition du Don Quichotte de Pabst mais retiré à la dernière minute ; ou aussi la suite Paris d’après une musique de scène pour une pièce de Romain Rolland, qui décrit avec truculence tour à tour le métro (et ses bruits aujourd’hui oubliés), la mosquée de Paris avec un amusant orientalisme, les faubourgs louches, un restaurant jazzeux en diable ou une parade foraine débordante de cirque. Tous ces immenses ouvrages de musique française de la première moitié du XXe siècle nous sont donnés par L’Orchestre de la Suisse Romande dirigé par celui qui fut à cette époque son chef attitré, le vieux briscard et grand routier discographique Neeme Järvi. © SM/Qobuz« Des vignettes ensoleillées d'Escales (1922) au chahut jazzy de la Bacchanale (1956), Järvi père brosse un magnifique portrait de Jacques Ibert, génial pince-sans-rire.» (Diapason, juin 2016 / François Laurent)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 janvier 2016 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
Quelque trente ans séparent les deux concertos pour violoncelle de Saint-Saëns, respectivement de 1872 et 1902. Et pourtant, dans tous deux – y compris le Premier, plutôt de la première maturité – le compositeur s’éloigne des modèles habituels et des standards. Le Premier est conçu en un seul mouvement, dans une forme cyclique, même si le langage harmonique et mélodique est du Saint-Saëns de la veine plus lyrique, celle par exemple du Cygne du Carnaval des animaux. Le Deuxième comporte deux mouvements, dans une écriture quasiment rageuse et orageuse, d’une virtuosité ébouriffante qui rendit sans doute l’ouvrage assez incompris lors de sa création en 1905. De nous jours, il reste encore l’un des concertos pour violoncelle les plus diaboliques du répertoire, et il faut la qualité d’un Truls Mørk, qui joue ici les deux ouvrages, pour en maîtriser toutes les subtilités. L’album se poursuit avec le Carnaval des animaux, justement, dans la version pour orchestre – la partition originale faisant plutôt appel à un quintette à cordes que le plein effectif de cordes de l’Orchestre Philharmonique de Bergen, mais la chose est désormais usuelle. L’on notera que l’Aquarium est joué avec l’harmonica de verre, auquel le manuscrit fait appel, plutôt qu’au célesta ou au glockenspiel trop souvent employés. Au piano, les deux stars canadiennes Louis Lortie et Hélène Mercier. Le présent programme s’achève avec deux bonbons, le Caprice-Valse « Wedding Cake » pour piano et cordes – Lortie en soliste – et la fantaisie Africa, effectivement terminée en Afrique où Saint-Saëns aimait à se rendre dès la seconde partie de sa vie, et dans laquelle il insère des accents plus ou moins arabisants tels qu’on pouvait les imaginer en 1891. Lortie encore au piano. © SM/Qobuz« [...] La maîtrise instrumentale de Truls Mørk, déjà remarquable en soi, est au service d'un jeu d'une étonnante souplesse de phrasé, d'un rubato très cadré comme s'il se souvenait de la tradition française des notes inégales. Neeme Järvi, toujours à l'écoute, obtient de ses musiciens qu'ils y répondent, instaurant un dialogue complice [...] L'osmose entre soliste, orchestre et chef ne laisse rien ignorer des subtilités de l'écriture. [...] Outre Le Cygne chaudement stylé de Truls Mørk, la singularité qui brille à chaque page du Carnaval des animaux suffirait à justifier sa présence aux côtés des concertos. Prise au sérieux, donc avec exigence et malice, cette version se classe parmi les meilleures de la discographie. [...] Louis Lortie offre deux pièces de genres : la piquante Caprice-Valse "Wedding-Cake", et la fantaisie Africa dont l'exotisme chromo et sentimental touche ou hérisse. Inutile de résister car, là encore, Nemme Järvi et l'Orchestre de Bergen prouvent que le mieux n'est pas toujours l'ennemi du bien.» (Diapason, mars 2016 / Gérard Condé)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 novembre 2015 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« C’est encore émoustillé par leur superbe monographie consacrée à Jacques Ibert (Diapason d’or, juin 2016), que l’on accueille ce bouquet ficelé par l’Orchestre de la Suisse romande et son chef Neeme Järvi autour de quelques Ouvertures fameuses d’Offenbach. [...] Järvi allège partout la sonorité de l’orchestre, avive le mordant des phrasés et ménage de superbes arrière-plans. [...] De quoi s’en fourrer jusque-là, sans craindre l’indigestion.» (Diapason, septembre 2016 / François Laurent)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Chandos

Hi-Res Livret
Sa Marche des gladiateurs est l’une des œuvres les plus célèbres au monde, et pas seulement auprès des mélomanes… car il n’est pas un cirque qui ne l’utilise, sous n’importe quelle forme, pour annoncer les clowns ou une attraction de premier plan. Mais sait-on qu’elle a été écrite par Julius Ernest Wilhelm Fučík en 1899 ? Bien que Tchèque de naissance et d’éducation – il étudia avec Antonín Dvořák, excusez du peu – Fučík ne fut pas l’un de ces compositeurs de la chose bohémienne ou morave. Son langage s’apparente volontiers aux viennoiseries telles que valses, polkas, marches, destinées souvent à des ensembles de musique militaire. Certains ont vu en lui le Sousa tchèque, et ils ont bien raison, car Fučík a su inventer un nombre de thèmes plus que mémorables et entraînants… Mais que l’on ne s’imagine pas que son langage se suffit de quelques idées géniales : le compositeur sait trouver d’innombrables tournures orchestrales des plus originales, que l’on n’imagine pas dans des marches, des polkas ou des valses. Outre la mondialement célèbre Marche des gladiateurs, ce délicieux enregistrement présente une belle brochette de pièces toutes plus réjouissantes les unes que les autres, irrésistibles en diable, et jouées avec truculence par le Royal Scottish Orchestra avec Neeme Järvi à la baguette. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 juin 2015 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 avril 2015 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2014 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2014 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 avril 2014 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2014 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 septembre 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Neeme Järvi et le Royal Scottisch National Orchestra présentent le meilleur de la série orchestrale de Richard Wagner, à l'occasion du bicentenaire du compositeur ! Au programme les Ouvertures des opéras Die Feen, Das Liebesverbot, Rienzi, Der Fliegende Holländer, la Faust-Ouvertüre et l'Ouverture de Columbus, et les Préludes de Lohengrin (Acte 3), Tristan et Isolde et Les Maîtres Chanteurs. Des enregistrements issus des références CHSA5077, CHSA5087, CHSA5092, CHSA5097
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 juin 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Neeme Järvi revient à la musique de Richard Strauss chez Chandos ! Josephslegende est un ballet créé à l'Opéra de Paris en 1914, basé sur un conte biblique qui narre les aventures de Joseph en Egypte, où Strauss met l'accent sur les passages sulfureux, lorsque Potiphar tente de séduire Joseph et finit par se suicider. Dans l'opéra Feuersnot (Jugement par le Feu), le personnage principal, Kunrad, est attiré par Diemut, une jeune fille qui rejette ses avances, pour se venger Kunrad persuade un sorcier d'éteindre tous les feux de la ville, qui ne pourront être rallumés que par "le corps d'une vierge en chaleur" ; l'opéra se conclut avec la scène d'amour enregistrée ici, dans laquelle Diemut sacrifie sa virginité, une scène qui a choqué les contemporains lors de la création en 1901. En complément de programme, Festmarsch opus 1, la première oeuvre publiée de Richard Strauss, écrite à 12 ans..
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 mai 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Neeme Järvi et l'Orchestre de la Suisse Romande entament une nouvelle série de musique française ! Le coup d'envoi est donné avec la musique orchestrale d'Emmanuel Chabrier, de l'ouverture de Gwendoline (opéra en deux actes sur un livret de Catulle Mendès créé en 1886) à l'ouverture et entractes de l'Etoile (opéra comique de 1877), en passant par les extraits de l'opéra Le Roi Malgré Lui, la pièce Espana, ou encore la Bourrée Fantasque orchestrée par Felix Mottl... Un véritable feu d'artifice musical !
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 avril 2013 | Chandos

Hi-Res Livret
Neeme Järvi et l'Orchestre Philharmonique de Bergen poursuivent l'enregistrement des œuvres orchestrales de Johan Svendsen dont voici le 3e volume. Dans les années 60, Svendsen compose la Symphonie n°1, dont l'orchestration est marquée par l'influence de la musique française. Les Deux Mélodies Islandaises sont nées d'un séjour aux Iles Feroe en 1867, et le Concerto pour violon (1870) se concentre sur les contrastes de timbre entre le soliste et l'orchestre, sur le modèle d'Harold en Italie. Une musique scintillante, à découvrir !
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 février 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Auteur de 11 symphonies, de nombreuses ouvertures de concert, de concertos et de poèmes symphonies, Joachim Raff est un compositeur helvético-allemand qui fut le secrétaire particulier de Franz Liszt pendant 6 ans. Il n'était plus qu'un nom gravé au fronton du Victoria Hall, la célèbre salle de concerts de Genève où Ernest Ansermet avait enregistré pour DECCA la quasi totalité de ses disques. Son successeur, Neeme Järvi, a redécouvert Raff et entrepris pour CHANDOS une intégrale des oeuvres de ce compositeur oublié. Il y a du pain sur la planche. Ce premier volume consacré à la Symphonie no 2 est des plus prometteurs. Datant de 1866, elle est certes imprégnée de Beethoven et de Mendelssohn, mais révèle le tempérament d'un authentique créateur. Järvi dirige ce premier volume avec panache à la tête d'un Orchestre de la Suisse Romande au meilleur de sa forme. FH