Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Steinway and Sons

Hi-Res
HI-RES23,98 €
CD15,98 €

Piano solo - Paru le 25 août 2014 | Lyrinx

Hi-Res Livret
C'était le 19 novembre 2012 au théâtre de La Criée à Marseille. L'enregistrement en public, pour Lyrinx, de l'intégrale des Nocturnes de Chopin, suivi de quelques inévitables retouches dont une à la suite d'une sonnerie de téléphone portable qui a tout gâché pendant le Nocturne en si bémol mineur et qu'il a fallu réenregistrer. Pianiste préférée du compositeur Maurice Ohana, Marie-Josèphe Jude prouve qu'elle est une interprète transcendant les styles et les époques et que l'atmosphère si particulière des Nocturnes de Chopin est aussi le sien. FH
HI-RES21,49 €
CD15,49 €

Piano solo - Paru le 29 octobre 2015 | La Musica

Hi-Res Livret Distinctions Pianiste Maestro - 4 étoiles de Classica
« Quel miracle de pouvoir encore enrichir un univers où l'on pensait que tout avait été dit et entendu ! Emmanuelle Swiercz réussit ce que peu d'interprètes obtiennent : la maîtrise dans l'abandon, la clarté dans le lâcher-prise. [...] Il y a beaucoup de noblesse et de sincérité dans ce piano "hors du temps" qui nous emmène au gré des tonalités dans une narration continue, celle d'un romantisme déjà tardif, susceptible de troubler certains puristes. [...] Cette lecture sincère et personnelle ne se rattache pas à une école ou une tradition. Elle ne cherche surtout pas l'imitation. Elle a été pensée en profondeur, comme l'aboutissement d'un parcours. [...] Un enregistrement solaire et humble à la fois.» (Classica, décembre 2015 / Stéphane Friédérich)
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Piano solo - Paru le 5 mars 2018 | Universal Music Ltd.

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 25 janvier 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
L'un des deux ou trois disques de Benedetti Michelangeli qu'il faut absolument connaître, réédité aujourd'hui en haute définition pour la première fois ... Ces enregistrements ont été réalisés à Munich (Plenarsaal der Akademie der Wissenschaften), de manière un peu éparse, entre octobre et novembre 1971. Ainsi, des séances ont successivement eu lieu entre les 13 et 18 octobre, puis les 24 et 29 octobre avec une interruption le 26, et enfin entre le 6 et 8 novembre. © Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Hey!blau Records

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Piano solo - Paru le 7 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La musique de Frédéric Chopin parle au cœur du grand pianiste norvégien comme peu d’autres compositeurs. Pour lui, les Ballades sont comme un résumé de la diversité des émotions, du souffle épique et de la beauté mélodique du compositeur polonais. « Je ne connais pas un autre compositeur qui a cette façon de m’atteindre », avoue Leif Ove Andsnes. En choisissant d’enregistrer dans son nouvel album les quatre Ballades avec trois Nocturnes choisis comme des intermezzos, afin de faire contraste et rompre par un songe le côté épique des Ballades, Andsnes a le désir de présenter un autoportrait de Chopin en même temps que le sien. Amoureux de ce corpus quasi littéraire depuis son adolescence, Leif Ove Andsnes attendait de pouvoir enregistrer ces quatre Ballades comme on caresse un rêve de longue date. Après un disque passionnant, et très réussi, consacré à des œuvres de Sibelius, voici qu’il s’est enfin décidé à enregistrer des œuvres qui ont accompagné toute sa carrière. Sensible à l’atmosphère des lieux, Leif Ove Andsnes a cherché l’endroit idéal pour réaliser cet enregistrement auquel il tient tant. Pas question pour lui de revenir au studio Teldex de Berlin qui manque d’intimisme. C’est finalement à la Sendesaal de Brême que le pianiste a trouvé l’acoustique idéale, particulièrement bien isolée et porteuse d’inspiration. Voilà sans doute pourquoi ce nouvel album sonne avec un accent de vérité propre à une sereine maturité et que le piano, magnifiquement réglé, chante avec une telle intensité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Piano solo - Paru le 1 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception
Fazil Say, qui avait fait ses débuts chez ce label avec son intégrale très, très remarquée des sonates de Mozart, se penche maintenant sur Chopin, mais le Chopin plus confidentiel, bien moins virtuose, celui des Nocturnes, dont il donne ici la quasi-intégrale enregistrée au Mozarteum de Salzbourg en mars 2016. C’est là une interprétation enflammée et quasiment symphonique, qui sort avec bonheur ces Nocturnes d’une certaine torpeur hyper-romantique que lui donnent trop souvent les interprètes ; on entendra, en plus de la musique de Chopin, quelques momentanés grognements de Say qui, comme Gould (mais dans une moindre mesure) aime parfois à fredonner en arrière-plan. © SM/Qobuz« [...] Une prise de son naturellement réverbérée sert son jeu fondu, mouvant, fuyant le métronome comme les accents nets. [...] Le calme profond du jeu se nourrit d'un son dense et résonnant longtemps, sans aucune brillance [...] c'est étrangement beau et jamais égotique ni précieux. Son raffinement est d'une autre nature : il est seul et joue pour lui-même." [...] (Diapason, octobre 2017 (Alain Lompech)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 10 mars 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Deutsche Grammophon a eu raison de proposer séparément ce programme inclus dans le coffret "Complete Chopin de Luxe Edition" publié il y a peu. En regroupant les œuvres pour piano et orchestre, à l'exception des deux concertos et en ajoutant un nocturne posthume comme un bis, Jan Liesiecki réalise un concert intéresssant car il restitue, sur un piano moderne, l'esprit des salons de l'Europe de 1830. [...] La fraîcheur de ton, la recherche de couleurs sont saisies sous les doigts du pianiste canadien qui restitue le caractère intimiste des œuvres. [...] Voilà un pianiste aussi racé que sensible qui offre un disque finalement original dans la discographie de Chopin.» (Classica, mai 2017 / Stéphane Friédérich)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 27 janvier 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Le Pollini nouveau est arrivé ! Des enregistrements réalisés entre mai 2015 et mai 2016 dans la mythique Herkulessaal de Munich, avec quelques-uns des ultimes chefs-d’œuvre de Chopin, voilà qui ravira les polliniphiles ; le jeu du vieux lion, toujours aussi énergique, toujours autant dénué du moindre pathos superflu, n’a rien perdu non plus de son éblouissante technique, une prouesse pour ce personnage hors-normes qui avait alors plus de soixante-treize ans. Si tant est que ce soit possible, son jeu a encore gagné en rigueur et en transparence, une condition quasi-indispensable pour le dernier Chopin qui, lui aussi, avait débarrassé son écriture de tous les éléments « décoratifs » qui pouvaient encore se trouver de-ci, de là, dans ses œuvres des périodes antérieures. La lecture y gagne encore en modernité. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 19 avril 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Lorsqu’il remporta en 2015 le Premier prix du prestigieux concours Chopin de Varsovie, le pianiste coréen Seong-Jin Cho savait qu’il serait illico lancé sur la voie d’une brillante carrière internationale. Pourtant, cet admirateur de Radu Lupu n’a rien d’un carriériste : certes, il tourne dorénavant dans les plus grandes salles de la planète – Carnegie Hall, Concertgebouw, Philharmonie de Paris, Herlukessaal à Munich, Mariinsky à Saint-Pétersbourg, une liste qui pourrait remplir cette page à ras bord –, mais à son jeune âge (il est né en 1994) Seong-Jin Cho n’en néglige pas pour autant les répertoires moins flashy de la musique de chambre, et cherche bien moins la gloire que la musique avant toutes choses. Ce disque Chopin, dans lequel il donne les quatre Ballades et un Premier concerto de Chopin tout en tendresse, tout en douceur, comme s’il s’excusait de se jouer des éléments virtuoses avec tant de facilité en les donnant toujours transparents et pianissimo, se concentrant avant tout sur la ligne mélodique – comme devait le faire Chopin lui-même ? –, est le meilleur témoignage de sa quête franchement différente de ce qui se fait trop souvent. Voilà un nom que l’on n’a pas fini de voir et d’entendre ; pour s’en souvenir : ce sont les trois premières lettres du nom de Chopin. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 avril 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Mercury (Universal France)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Vainqueur du prestigieux Concours Chopin de Varsovie en 2000, à l’âge encore bien tendre de dix-huit ans, le pianiste chinois Li Yundi (appelé simplement « Yundi » sur la couverture, car c’est là désormais son nom d’artiste, comme Solomon Cutner s’est fait appeler Solomon tout court) a débuté une carrière des plus brillantes dans le sillage de cette distinction, plus particulièrement, il convient de le préciser, dans le répertoire de Chopin et Liszt. Artiste exclusif pour la Deutsche Grammophon Gesellschaft jusqu’en 2008, il est ensuite « passé » chez EMI où il caressait l’idée d’une intégrale Chopin. De précédents volumes sont parus chez EMI depuis cette période. Ici, dans ce nouvel album pour la DGG, ce sont les 24 Préludes qu’il caresse ici, auxquels il rajoute les deux Préludes individuels qui n’appartiennent pas au cahier que l’on connaît. Les foules en liesse se ruent lors des concerts de Yundi. À vous de jouer. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 26 février 2016 | Mercury (Universal France)

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Li Yundi (à la chinoise, le nom de famille d’abord), puis Yundi Li à l’occidentale, puis Yundi tout court, est, sous quelque nom que ce soit, un désormais célèbre pianiste chinois ; né en 1982, il a remporté en 2000 le prestigieux Concours Chopin de Varsovie, un Premier prix –avec en prime le Prix de la Société Chopin et du conseil de la ville de Varsovie pour la meilleure interprétation d’une Polonaise ! Si l’on ajoute qu’il était le premier Premier prix depuis quinze ans, le plus jeune vainqueur et le tout premier Chinois ainsi distingué, ce sera peu dire que le répertoire chopinesque est son terrain de prédilection. Voici son ample et romantique interprétation des quatre Ballades, sans doute les ouvrages les plus « symphoniques » du compositeur, complétée par la douce Berceuse et quatre Mazurkas dont, en guise de salut final, l’intrigante Mazurka en la mineur, véritable acte de naissance du blues. © SM/Qobuz