Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 décembre 2011 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Et puisqu'à deux c'est mieux, les Black Keys ne changent pas la formule évidemment gagnante qui en fait la seule proposition viable et crédible de jouer le blues en 2011. Derrière ses futs, Patrick Carney propulse la guitare carnassière de Dan Auerbach dans des cieux sales à souhait. Mais cette fois, avec ce nouvel opus, le binôme de l'Ohio embarque sa hargne vers une furie nettement plus rock'n'roll. Enregistré dans le nouveau studio d'Auerbach à Nashville, ce septième album produit par Danger Mouse puise son inspiration dans le rock'n'roll tripal des Cramps et des Clash comme dans un rock 70's plus heavy où les guitares font évidemment la loi et les chours apportent une vitale touche soul. © MD/Qobuz
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 décembre 2011 | Nonesuch

Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Et puisqu'à deux c'est mieux, les Black Keys ne changent pas la formule évidemment gagnante qui en fait la seule proposition viable et crédible de jouer le blues en 2011. Derrière ses futs, Patrick Carney propulse la guitare carnassière de Dan Auerbach dans des cieux sales à souhait. Mais cette fois, avec ce nouvel opus, le binôme de l'Ohio embarque sa hargne vers une furie nettement plus rock'n'roll. Enregistré dans le nouveau studio d'Auerbach à Nashville, ce septième album produit par Danger Mouse puise son inspiration dans le rock'n'roll tripal des Cramps et des Clash comme dans un rock 70's plus heavy où les guitares font évidemment la loi et les chours apportent une vitale touche soul. © MD/Qobuz
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 mai 2010 | [PIAS] Cooperative

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Toujours aidés du producteur DangerMouse, les Black Keys font très mal avec Brothers. Difficile de rester de marbre quand les beats et les riffs vous transpercent, quand cette nonchalance bluesy vous donne des sueurs froides...
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 octobre 2012 | Nonesuch

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 juin 2019 | Nonesuch

Hi-Res Livret
Presque 20 ans que Dan et Pat rappellent à tous le mode d’emploi du rock’n’roll. Un tous qui les inclut. Une décennie après avoir quitté leur Akron natal de l’Ohio pour Nashville, les Black Keys accouchent de Let’s Rock, sorte de retour à la source d’un rock originel dans les veines duquel le sang blues est en ébullition. C'est donc logiquement que la guitare électrique y est célébrée de la première à la dernière minute. Le titre de l’album ne ment pas… Pour que le couple ait encore des choses à se dire, les infidélités ont été acceptées. Dan Auerbach a monté le label Easy Eye Sound, du nom de son studio de Nashville, sortant son second album solo, Waiting on a Song, et produisant une belle brochette d’albums signés Yola, Shannon & The Clams, Dee White, Sonny Smith, Robert Finley et autres Gibson Brothers. De son côté, Pat Carney a produit et enregistré de la musique avec Calvin Johnson, Michelle Branch, Tobias Jesso Jr., Jessy Wilson, Tennis, Repeat Repeat, Wild Belle, Sad Planets, Turbo Fruits et quelques autres. Et pour Netflix enfin, il a signé la BO de BoJack Horseman. De quoi stimuler leurs retrouvailles. « Cette période m’a permis d’y voir plus clair », précise Auerbach. « Et ça rend ces retrouvailles avec Pat encore plus agréables, juste grâce à cette longue coupure. Ce disque est le testament de cette sensation. »Dans les oreilles, Let’s Rock passe en revue tous les bons gros sons de guitares 70's vénérés par le tandem. Une vaste palette allant de Glenn Schwartz et Joe Walsh du James Gang à Billy Gibbons de ZZ Top, en passant par Stealers Wheel (Sit Around and Miss You ressemble énormément à Stuck in the Middle With You), T. Rex, Link Wray (période Polydor), Blue Öyster Cult et quelques autres. « Je ne voulais pas qu’on réfléchisse trop, ajoute Auerbach. Il fallait qu’on sente de la spontanéité. Je voulais être capable d’enregistrer quelque chose proche de Louie Louie en étant satisfait avec ça. Voilà, je cherchais les Troggs ! » « Moi c’était plutôt Down on the Street des Stooges que je visais », corrige Carney qui insiste sur son amour pour les « bonnes grosses chansons bien débiles ». « Ce sont mes préférées ! Et sur cet album, Dan et moi sommes arrivés à ce que nous voulions atteindre. Je jouais de la guitare électrique depuis un an dans mon studio et, pour la première fois depuis longtemps, lui en jouait aussi beaucoup. Le disque est donc une sorte d’hommage à cet instrument… On a adopté une approche simple et surtout éliminé tout le gras comme on le faisait auparavant. » Reste alors le filet ; l’essentiel en quelque sorte… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 mai 2014 | Nonesuch

Hi-Res
Après avoir visité, démonté, remonté, chahuté, cassé, déboité, déglingué et fait à peu près tout ce qui était possible de l’idiome blues, les Black Keys insufflent au genre une bonne dose de soul, voire de funk rock graisseux sur cet ambitieux huitième album studio. Avec Turn Blue, Dan Auerbach et Patrick Carney mettent les mains dans divers feux sudistes, qu’ils fussent rock (on peut penser aux mythiques Allman Brothers) ou plutôt soul (Curtis Mayfield). Il y a aussi du Led Zeppelin dans ce disque chamanique… Epaulés à la production par Dangermouse, les Keys proposent surtout un rock’n’roll kaléidoscopique, regardant certes dans le rétroviseur (seventies plutôt que sixties), mais que la haute tenue des compositions ne rend jamais passéiste. Chaud bouillant dans sa rythmique (les allures de sublime disco crade de Fever), Turn Blue est un ensorcellement marécageux bluesy, un sauna rock’n’roll souvent enivrant et la preuve que le duo de l’Ohio ne se repose pas sur ses lauriers… © MD/Qobuz
CD11,99 €

Rock - Paru le 31 mars 2008 | [PIAS] Cooperative

CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

Les Black Keys sont devenus au fil du temps un groupe très populaire, du genre à jouer dans les stades, en 2010 avec leur sixième album Brothers. Le design de la pochette était un hommage à un album controversé de Howlin’ Wolf (This Is Howlin’ Wolf’s New Album. He Doesn’t Like It…), et c’était un signe. Le signe que toute la musique qu’ils aiment, elle vient de là, elle vient du blues, même si on a le droit d’aller voir ailleurs. Ils ont commencé comme ça, en jouant du blues en duo dans leur Midwest industriel natal (Akron, Ohio), tout en rêvant des juke joints électriques du Mississippi. Les Black Keys n’ont jamais autant aimé le blues que sur Thickfreakness, leur deuxième album (et pour les amateurs de blues, leur meilleur). Le disque où Dan Auerbach taillait des steaks dans le ventre mou du blues en jouant de la guitare hachoir avec un son surpuissant, celui où le batteur Pat Carney semblait jouer pour se calmer les nerfs après une journée à l’usine. Ils avaient alors la foi, la rage et la faim au ventre, par encore lassés ni repus par le succès. Autant inspirés par le blues électrique du Nord du Mississippi (Junior Kimbrough notamment) que par le proto-punk (des Sonics, dont ils reprennent Have Love Will Travel, aux Stooges), les Black Keys inventaient alors leur propre mythologie. Ecouter ce disque très fort, c’est comme sortir la tête par la fenêtre d’une voiture qui roule vite sur une route cramée par le soleil. Sans les moucherons entre les dents. © Stéphane Deschamps/Qobuz
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 janvier 2008 | Alive Records

CD11,99 €

Rock - Paru le 11 septembre 2006 | [PIAS] Cooperative

A peine digéré Chulahoma, leur excellent mais court hommage à Junior Kimbrough sorti en mai 2006, que les très utiles Black Keys publient leur (véritable) nouvel album en septembre de cette même année, Magic Potion. Dan Auerbach et Patrick Carney ne changent évidemment pas leur formule gagnante guitare/batterie chourré au Blues Explosion de Jon Spencer. Energie, puissance, pas de chichi et toujours sous l'apparence gadget du riff qui tue et de l'uppercut de grosse caisse, un certain don pour la composition minimaliste mais réelle. Cette fois, l'accent mis sur le poids plutôt que sur la lourdeur flotte au-dessus de cette Potion magique. Une sorte de Zeppelinerie anorexique mais très efficace, avançant souvent avec la nonchalance de Crazy Horse. Surtout, les Black Keys possèdent un son qui leur est propre, une musique qui se nourrit exclusivement du passé et qui sonne exclusivement contemporain. Etonnant tour de passe-passe… © MZ
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 octobre 2010 | [PIAS] Cooperative

Les formules les plus simples sont souvent les plus efficaces. A l’instar des White Stripes auxquels ils furent souvent comparés, les deux musiciens des Black Keys enchaînent les albums à un rythme effréné. Une guitare, une batterie, un amour sans limite pour le blues et le guitariste Junior Kimbrough, autant d’ingrédients ayant contribué à forger l’identité d’un duo qui trouve encore le moyen de se réinventer. Si ils ont toujours aimé le vieux son traditionnel auquel ils ont su offrir un petit côté garage, Dan Auerbach et Patrick Carney ont cette fois réussi à intégrer de la soul à leur blues d’ordinaire assez rugueux. Un évolution que l’on doit en grande partie au projet Blakroc sorti en 2009. Les deux compères y ont joué le rôle d’accompagnateurs de luxe pour des invités de prestige issus de la scène hip hop comme Mos Def, Raekwon ou RZA. Une expérience qui ne les aura pas laissé indifférents. Brothers est le résultat de ce mix d’influences entre les racines des Black Keys et leur envies de groove. Un cocktail savoureux qui fait mouche dès la première écoute. Le son reste brut mais le voyage ne se limite pas au delta du Mississipi. On remonte doucement vers le Nord. A la fois dansant, rythmé mais toujours sombre, l’univers des deux musiciens de l’Ohio devient plus accessible sans jamais céder à l’appel du refrain gnagnan ou de la production sucrée. Un soupçon de blues rock plus british, un brin de bayou, une gamme plus soul de temps à autre et c’est toute la musique des Black Keys qui prend de l’ampleur sans que le son ne soit modifié. Un exploit qui se déguste à travers le bouillant « Everlasting Light », « Sinister Kid » ou l’excellent « Howlin’ for You ». Et comme on aime les belles alchimies, Danger Mouse revient produire un titre (« Tighten Up », premier single tiré de ce disque) après avoir déjà réalisé un album entier pour le duo (Attack & Release sorti en 2008). Se faire plaisir et avancer sans jamais rien renier de ses racines peur mener à de très beaux résultats. Un luxe que devraient s’offrir plus de groupes. Il suffit d’écouter Brothers pour s’en rendre compte. © ©Copyright Music Story Guillaume Ley 2015
CD5,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 mai 2006 | Fat Possum

HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 mars 2019 | Nonesuch

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,29 €
Go

Alternatif et Indé - Paru le 16 mai 2019 | Nonesuch

Hi-Res
CD7,99 €

Musiques du monde - Paru le 20 février 2016 | Coqueiro Verde Records

CD16,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 mai 2014 | Nonesuch

Après avoir visité, démonté, remonté, chahuté, cassé, déboité, déglingué et fait à peu près tout ce qui était possible de l’idiome blues, les Black Keys insufflent au genre une bonne dose de soul, voire de funk rock graisseux sur cet ambitieux huitième album studio. Avec Turn Blue, Dan Auerbach et Patrick Carney mettent les mains dans divers feux sudistes, qu’ils fussent rock (on peut penser aux mythiques Allman Brothers) ou plutôt soul (Curtis Mayfield). Il y a aussi du Led Zeppelin dans ce disque chamanique… Epaulés à la production par Dangermouse, les Keys proposent surtout un rock’n’roll kaléidoscopique, regardant certes dans le rétroviseur (seventies plutôt que sixties), mais que la haute tenue des compositions ne rend jamais passéiste. Chaud bouillant dans sa rythmique (les allures de sublime disco crade de Fever), Turn Blue est un ensorcellement marécageux bluesy, un sauna rock’n’roll souvent enivrant et la preuve que le duo de l’Ohio ne se repose pas sur ses lauriers… © MD/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 avril 2019 | Nonesuch

Hi-Res
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 octobre 2011 | Nonesuch

CD7,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | [PIAS] Cooperative

L'interprète

The Black Keys dans le magazine
  • Marcus King, un roi sudiste
    Marcus King, un roi sudiste Avec "El Dorado" produit par Dan Auerbach des Black Keys , le tout jeune songwriter de Caroline du Sud signe un cocktail explosif de rock, blues, soul et country. Vintage mais moderne !
  • Black Keys, retour aux sources
    Black Keys, retour aux sources Cinq ans après "Turn Blue", Dan Auerbach et Patrick Carney relancent les Black Keys, leur infernale bolide de classic rock jouissif...
  • Deuxième Dan
    Deuxième Dan Pour son second disque en solo, Dan Auerbach des Black Keys fait appel au grand John Prine...
  • Dan Auerbach présente The Arcs
    Dan Auerbach présente The Arcs Le nouveau projet du leader des Black Keys...
  • Black Keys et black soul
    Black Keys et black soul Quand Dan Auerbach et Patrick Carney mettent du groove dans leur blues...
  • Bombino, une vidéo-podcast
    Bombino, une vidéo-podcast Quand l’idole de la jeunesse touarègue se retrouve à Nashville invité par Dan Auerbach des Black Keys, le blues du désert prend une toute autre couleur. Un voyage que raconte ici Bombino.
  • Valerie June, on dirait le sud...
    Valerie June, on dirait le sud... Une nouvelle voix blues'n'soul produite par Dan Auerbach ce soir à la Flèche d'or...
  • QIBUZ / Lundi 11 février 2013
    QIBUZ / Lundi 11 février 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 28 janvier 2013
    QIBUZ / Lundi 28 janvier 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Black Clan ou Wu-Tang Keys ?
    Black Clan ou Wu-Tang Keys ? Quand les Black Keys et RZA croisent le fer…