Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - À paraître le 25 juin 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Jazz - À paraître le 11 juin 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Folk - À paraître le 4 juin 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Dance - À paraître le 28 mai 2021 | Nonesuch

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Blues - À paraître le 14 mai 2021 | Nonesuch

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 5 mai 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Blues - Paru le 3 mai 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 26 avril 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Blues - Paru le 15 avril 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Jazz - Paru le 13 avril 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Folk - Paru le 9 avril 2021 | Nonesuch

Hi-Res Livret
Elle semble bien loin l’époque où Rhiannon Giddens passait son temps à explorer l’histoire de la musique américaine noire old time avec les Carolina Chocolate Drops. Le succès venu et les années passant, elle s’est en quelque sorte affranchie de cette histoire qui la constitue, mais en partie seulement. On ne va pas encore confondre Rhiannon et Rhianna : c’est toujours la musique traditionnelle qui l’intéresse, mais plus seulement celle des USA. Une rencontre a sans doute été déterminante dans cette évolution, celle avec Francesco Turrisi, qui est devenu son compagnon. Italien vivant en Irlande, Turrisi est un multi-instrumentiste avec une vision contemporaine et panoramique des musiques traditionnelles. En 2019, Francesco et Rhiannon ont sorti un premier album ensemble, There Is No Other. Et ils ont le plaisir de vous annoncer la naissance du second, They’re Calling Me Home. Conçu en Irlande pendant le confinement, They’re Calling Me Home est l’album d’un couple-duo privé de voyages, mais pas de rêves d’ailleurs. Le répertoire est en partie constitué de morceaux traditionnels américains et irlandais, de chansons italiennes polyphoniques et de compositions. Mais c’est d’abord l’Irlande qui chante et enchante dans ce disque, ses paysages et sa culture qu’on entend dans une flûte, un tambour, une cornemuse, un violon. Ni Rhiannon Giddens, ni Francesco Turrisi ne sont du terroir irlandais. Pourtant, ils sont ici chez eux, parfaitement à l’aise sur cette frontière invisible entre musiques traditionnelles et musiques du monde. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 7 avril 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Folk - Paru le 6 avril 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 19 mars 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
CD2,29 €

Dance - Paru le 17 mars 2021 | Nonesuch

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 mars 2021 | Nonesuch

Hi-Res Livret
Obviously… « Une évidence » : c’est par le premier mot du premier morceau que les Bostoniens de Lake Street Dive ont choisi de nommer leur septième album, le troisième sur le prestigieux label Nonesuch. Depuis leurs débuts, Rachael Price, Mike «McDuck » Olson, Bridget Kearney, Mike Calabrese et Akie Bermiss aiment mêler les genres et se moquent des étiquettes contemporaines que l’on pourrait leur coller, de blue-eyed soul à indie-pop en passant par art-country ou pop-folk… Ils préfèrent suivre leurs instincts et leurs inspirations, du jazz classique à la soul des années 60 et au rock’n’roll, avec une admiration inconditionnel pour les Beatles, mais aussi pour les Drifters, Fleetwood Mac ou les Jackson 5. À l’évidence, la seule étiquette que l’on peut assigner à Lake Street Dive, c’est un amour pour la musique telle qu’elle se faisait avant, basée sur de vraies instruments plutôt que sur des samples et autres loops et logiciels devenues la norme dans la musique populaire. Hypotheticals est une ballade sautillante échappée directement des années 70. Ce doux sentiment de vintage continue en mode funk avec Hush Money et les neuf morceaux qui suivent… Nous sommes dans un Retour vers le futur musical, sympathique, non dénué d’ironie et surtout doté d’un optimiste à toute épreuve, bien loin de la sinistrose ambiante. Et ce décalage que Lake Street Dive cultive fait du bien. Rachael Price n’en oublie pas les combats d’aujourd’hui, comme lorsqu’elle chante sur Being a Woman, « If I complain they’ll blame my feelings / But look at the view from my glass ceiling » (« Si je me plains ils blâmeront mes sentiments / Mais regarde la vue de mon plafond de verre »). Autre combat, l’écologie et l’état de la planète sur Making Do : « What do I say to my baby girl ? / Leaving her with a half a world ? » (« Que dois-je dire à ma petite princesse ? La laissant avec la moitié d’un monde ? »). Autre détail qui a son importance, la présence comme producteur de Mike Elizondo. Un homme de l’ombre dont on croise le nom régulièrement depuis une vingtaine d’années aux côtés de Dr Dre, Eminem, Carrie Underwood ou Fiona Apple. Et Elizondo n’est sans doute pas pour rien sur la sophistication des arrangements et la production impeccable de cet album… © Yan Céh/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 mars 2021 | Nonesuch

Hi-Res
Obviously… « Une évidence » : c’est par le premier mot du premier morceau que les Bostoniens de Lake Street Dive ont choisi de nommer leur septième album, le troisième sur le prestigieux label Nonesuch. Depuis leurs débuts, Rachael Price, Mike «McDuck » Olson, Bridget Kearney, Mike Calabrese et Akie Bermiss aiment mêler les genres et se moquent des étiquettes contemporaines que l’on pourrait leur coller, de blue-eyed soul à indie-pop en passant par art-country ou pop-folk… Ils préfèrent suivre leurs instincts et leurs inspirations, du jazz classique à la soul des années 60 et au rock’n’roll, avec une admiration inconditionnel pour les Beatles, mais aussi pour les Drifters, Fleetwood Mac ou les Jackson 5. À l’évidence, la seule étiquette que l’on peut assigner à Lake Street Dive, c’est un amour pour la musique telle qu’elle se faisait avant, basée sur de vraies instruments plutôt que sur des samples et autres loops et logiciels devenues la norme dans la musique populaire. Hypotheticals est une ballade sautillante échappée directement des années 70. Ce doux sentiment de vintage continue en mode funk avec Hush Money et les neuf morceaux qui suivent… Nous sommes dans un Retour vers le futur musical, sympathique, non dénué d’ironie et surtout doté d’un optimiste à toute épreuve, bien loin de la sinistrose ambiante. Et ce décalage que Lake Street Dive cultive fait du bien. Rachael Price n’en oublie pas les combats d’aujourd’hui, comme lorsqu’elle chante sur Being a Woman, « If I complain they’ll blame my feelings / But look at the view from my glass ceiling » (« Si je me plains ils blâmeront mes sentiments / Mais regarde la vue de mon plafond de verre »). Autre combat, l’écologie et l’état de la planète sur Making Do : « What do I say to my baby girl ? / Leaving her with a half a world ? » (« Que dois-je dire à ma petite princesse ? La laissant avec la moitié d’un monde ? »). Autre détail qui a son importance, la présence comme producteur de Mike Elizondo. Un homme de l’ombre dont on croise le nom régulièrement depuis une vingtaine d’années aux côtés de Dr Dre, Eminem, Carrie Underwood ou Fiona Apple. Et Elizondo n’est sans doute pas pour rien sur la sophistication des arrangements et la production impeccable de cet album… © Yan Céh/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 mars 2021 | Nonesuch

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 mars 2021 | Nonesuch

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Folk - Paru le 3 mars 2021 | Nonesuch

Hi-Res

Le label

Nonesuch dans le magazine