Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 juin 2019 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Effaré par la pauvreté de la musique liturgique à Kiev, Tchaikovski, baigné par le chant orthodoxe dès son enfance, avait rédigé en 1875 un Bref manuel d’harmonie adapté à l’étude du chant religieux en Russie pour une institution moscovite. Peu après, il commence à réviser les œuvres complètes de Bortnianski en vue d’une nouvelle édition de « l’Orphée de la Neva » qui avait su renouveler la musique sacrée russe en combinant les styles orientaux et occidentaux. Quelquefois critiquée pour son hésitation entre plusieurs styles, la Liturgie de Saint-Jean Chrysostome de Tchaikovski veut redonner un nouveau souffle au culte orthodoxe. Elle a ouvert la voie à une pléiade de compositeurs purement religieux ou attirés par la tradition de l’Église russe, le plus génial étant Rachmaninov qui parviendra à réellement concrétiser le rêve de Tchaïkovski. Basé à Riga, le Chœur de la Radio Lettone (en anglais, le « Latvian Radio Choir ») est un ensemble de professionnels de très haut niveau possédant un répertoire particulièrement vaste et varié. Il fait souvent office de laboratoire de création en encourageant par sa qualité les compositeurs à écrire de nouvelles œuvres qui repoussent sans cesse les limites de la voix humaine. Fondé en 1940 par Teodors Kalniņš, un musicien légendaire dans son pays, le Chœur de la Radio Lettone est aujourd’hui co-dirigé par Sigvards Kļava, son chef principal et par Kaspars Putniņš. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 13 mai 2016 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Le compositeur letton Ēriks Ešenvalds (1977) a pendant deux ans été compositeur-en-résidence auprès du Trinity College de l’Université de Cambridge, où il avait à sa disposition l’un des meilleurs chœurs qui soient. Une aubaine pour ce musicien dont quelque soixante-dix pour cent de l’œuvre, jusqu’ici, est consacrée au chœur sous toutes ses formes. Parmi les ensembles qui se sont saisis de sa musique, on peut citer le Chœur de la Radio bavaroise, les Holst Singers, le Chœur du Merton College d’Oxford, le Chœur de la Radio lettonne, le Britten Sinfonietta, l’Orchestre national de Lettonie, et bien d’autres : malgré son jeune âge, Ešenvalds est donc un musicien international. Son style poursuit à la fois la tradition balte de grands défricheurs tels que Pärt, Vasks, Bacevicius et bien évidemment Tormis dont le répertoire choral est des plus imposants. Mais quelques personnalités de la sphère anglo-saxonne ne sont pas toujours loin, comme John Tavener ou même Britten sous certains aspects lyriques ; ainsi, sans doute, que des musiciens comme Ligeti. Voici sa Passion selon saint Luc, une partition enflammée et envoûtante, complétée par quelques autres pièces sacrées aux sonorités venus d’autres mondes : The First Tears d’après un conte populaire inuit, Lithany of the Heavens qui fait appel, entre autres, à un « bouteillophone » – dont les sonorités sont bien plus éthérées qu’éthyliques, rassurez-vous. Aux commandes, le Chœur de la Radio lettonne et son toujours excellent chef, Sigvards Klava. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 décembre 2015 | Mūzikas nams Daile

L'interprète

Sigvards Kļava dans le magazine