Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Duos - Paru le 29 janvier 2016 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
« Disciple de Chiara Banchini à Bâle, déjà saluée par trois Diapason d'or (Benda, CPE Bach, et récemment Caldara en dialogue avec Beyer) [...], Leila Schayegh nous laisse bouche bée dans un festin de couleurs et de phrasés orchestré avec le non moins virtuose Jörg Halubek. Ils disent travailler ces sonates ensemble depuis dix ans, on les croit sur parole. Ce n'est plus la barre de mesure qui les réunit mais l'élan proprement vocal des lignes — alors l'oreille suit l'écriture serrée le plus facilement du monde. [...] Grisante dans les tutti, la complémentarité des timbres prend des formes inattendues dans un Adagio où le jeu de luth contraste avec l'émission assombrie du violon, et celui où Halubek suspend ses guirlandes dans l'aigu sur les doubles cordes diaphanes. Et quelle main gauche du clavecin ! [...] Dans le dialogue toujours serré des six sonates, Halubek et Schayegh se répondent en toute liberté, avec une aisance joueuse et une palette sans précédent au disque.» (Diapason, mars 2016 / Gaëtan Naulleau)
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 4 mai 2018 | Accent

Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Auteur prolifique de musique sacrée et d'opéras, largement négligés par le disque, le compositeur tchèque Josef Mysliveček (1737-1781) a été mieux servi du côté de ses œuvres orchestrales [...] Nous découvrons grâce à Leila Schayegh trois de ses neuf concertos pour violon (1760-1772) : partitions splendides et assez concises, dont le raffinement d'écriture et la virtuosité inventive sont bien la signature d'un maître. [...] Le feu qui couve dans le jeu de Leila Schayegh, [...] le délié de ses articulations, le brio gracieux de ses phrasés nous permettent de découvrir ces partitions dans des conditions idéales [...] L'excellent Vaclav Luks et son formidable Collegium 1704 lui apportent un soutien à la fois opulent et coloré, d'une grande justesse stylistique. [...] » (Diapason, septembre 2018 / Jean-Luc Macia)
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 février 2017 | Pan Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Dans le domaine de la musique instrumentale, l’Europe de la première moitié du XVIIe siècle se transforme en un véritable « laboratoire » d’expérimentations. Le pouvoir expressif des instruments – basé sur l’art de la rhétorique vocale – fascine les compositeurs : remplacer le verbe, le mot qui a jusque-là été le sommet de la musique savante, par une poétique purement instrumentale mais tout aussi savante, indépendante de l’instrumentalité populaire ou folklorique, donne naissance à un nouveau répertoire, autonome, toujours éloigné des polyphonies vocales de la Renaissance. Parmi les instruments émergents, le violon occupe une place toute particulière. Carlo Farina (ca. 1604- 1639) baigne dans une ambiance particulièrement stimulante avec la présence notamment du violoniste Salomone Rossi, témoin des échos encore palpables de la création en 1607 de L’Orfeo de Monteverdi. En tant que violoniste, Farina quitte l’Italie en 1625 et s’installe à Dresde où il est engagé sous la direction de Heinrich Schütz comme Konzertmeister de l’orchestre de la cour. Entre 1626 et 1628, il se montre très productif en publiant cinq recueils de musique instrumentale dédiés à la famille des violons, variant les géométries de quatre à deux instruments : 104 pièces à quatre, 18 pièces à trois et 6 pièces à deux, un superbe répertoire. L’intégralité des œuvres pour deux instruments constitue le noyau central de cet album, autour duquel évoluent quelques prédécesseurs et contemporains : Steffan Nau, Pietro Melli et Michelangelo Rossi. Leila Schayegh joue sur un Guarneri de 1675, accompagnée du clavecin, de l’archiluth, de l’orgue, du violoncelle et de la viole de gambe selon ce qu’inspirent les partitions. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 5 avril 2019 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Ces quatre concertos pour violon de Jean-Marie Leclair prolongent l’exploration menée à bien par la violoniste suisse Leila Schayegh dans le répertoire de cet instrument chez Glossa, en faisant montre d’une sensibilité musicale et d’une virtuosité raffinée parachevées par une profonde compréhension historique. Né à Lyon, Leclair étudie dans sa ville natale, avant de se perfectionner à Turin et de s’installer à Paris (où il fut durant les premières années 1730 musicien de la cour de Louis XV) pour commencer une brillantissime carrière de concertiste jouant ses sonates pour violon seul ou à deux violons, et ses concertos. Dans ses notes écrites pour le livret, Leila Schayegh, titulaire de la chaire de violon baroque à la Schola Cantorum Basiliensis, commente que Leclair, admirable violoniste, tout en étant sous l’emprise de la musique italienne, ne désirait pas que ses œuvres se jouent trop rapidement ; et de fait, on vantait sa « netteté », une combinaison de technique impeccable et de perfection musicale. Ce premier volet d’une intégrale en cours des concertos pour violon de Leclair comprend les nº 2 et 6 des deux séries de concertos, Op. 7 et Op. 10. Le Concerto en sol mineur nº 6, op. 10 est souvent considéré comme le sommet de l’art du compositeur. Dans cette éblouissante démonstration de talent, Schayegh joue un Andrea Guarneri de la fin du XVIIe à la tête de La Cetra Barockorchester Basel, qui compte dans ses rangs Eva Saladin, « konzertmeisterin » et Sonoko Asabuki, troisième violon principal (les concertos de Leclair sollicitant souvent trois violons solistes). © Glossa
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Duos - Paru le 14 septembre 2018 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les sonates pour violon et piano de Brahms furent soumises à un dur criblage d’autocritique qui n’en laissa passer que trois, datant d’un âge mature et contemporaines, respectivement, du Concerto pour violon, du Trio pour piano en ut mineur et de la Sonate pour violoncelle No. 2. D’autres échos, intimes, y résonnent, provenant de lieder sur des poèmes de Klaus Groth. Cette atmosphère romantique d’un Brahms amoureux se reflète dans le jeu des interprètes de ce nouvel enregistrement Glossa : la violoniste Leila Schayegh et le pianiste Jan Schultsz. Schayegh joue sur une copie d’un violon d’époque avec un archet original du milieu du XIXe, tandis que le piano de Schultsz est un Streicher original de 1879. Les deux instrumentistes se proposent de récupérer la tradition interprétative que Brahms, évidemment, connaissait. Schayegh et Schultsz ont travaillé avec Clive Brown et Neal Peres da Costa afin de recréer « l'esprit au-delà de la lettre morte de la partition », en se focalisant avec le plus grand soin sur les questions interprétatives de la musique de cette époque. Et bien entendu, tout en nous offrant une réponse émotionnelle intuitive au lyrisme des deux premières sonates et au climat plus sombre de la Troisième qui imprègnent la musique de la fin du XIXe siècle. © Glossa« [...] La Suissesse signe la première version du genre complètement convaincante [...] Les interprètes [...] dialoguent avec une liberté proprement inouïe, sans garder les yeux rivés sur le texte imprimé. [...] Le pianiste sait pertinemment où rejoindre sa partenaire pour épouser et renforcer sa ligne lorsque la musique l'exige. S'il faut plusieurs écoutes pour faire le tour des idées induites par cette nouvelle approche, on saisit la poésie qui en émane dès la première audition. Cerise sur le gâteau, [...] chaque transition sonne comme l'évidence même, et l'architecture tient debout toute seule dans l'enchaînement des sections [...] » (Diapason, novembre 2018 / Nicolas Derny)
CD9,99 €

Classique - Paru le 9 novembre 2009 | Pan Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
Sonates I, II, V, IX, X & XII / Leila Schayegh, viole de gambe – Ilze Grudule, violoncelle – Jörg Halubek, clavecin
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2013 | Pan Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
Jean-Marie Leclair (1697-1764) fut le plus important violoniste du 18è siècle en France, considéré aujourd'hui comme le fondateur de l'école française de violon. Louix XV, non content d'avoir ce violoniste exceptionnel à sa cour, s'entoura également de Jean-Pierre Guignon (1702-1774) et peu après Louis-Gabriel Guillemain (1705-1770), avec lesquels Leclair entra dans une violente rivalité. De cette rivalité est née un répertoire fascinant que Leila Schayegh et Jörg Halubek ressuscitent aujourd'hui.
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2014 | Pan Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 février 2012 | Glossa

Livret Distinctions Diapason d'or
"Quand Franz Benda joue un adagio, on a l'impression qu'une sagesse éternelle nous parle depuis l'au-delà" aurait écrit le violoniste Johann Peter Salomon en 1798, lui-même élève de Benda et grand ami de Haydn et Beethoven. Les oeuvres du présent album sont une sélection de l'unique recueil conservé à Berlin, dont la particularité est que chaque pièce est accompagnées d'une ou deux versions ornementées supplémentaires, ce qui constitue une source inépuisable pour l'interprète. Sur cet enregistrement, la violoniste suisse Leila Schayegh, qui succède à Amandine Beyer et Chiara Bianchini à la Schola Cantorum Basiliensis, est accompagnée par le continuo de Vaclav Luks de Felix Knecht. Elle se glisse à merveille dans le style cantabile et touchant, richement ornementé et en même temps denué de toute prétention, qui était celui du compositeur. Magique !