Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Andrew Manze - Vaughan Williams Symphony No.5 / Symphony No.6

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Vaughan Williams Symphony No.5 / Symphony No.6

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra & Andrew Manze

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Bien qu’elles ne se suivent que de cinq ans, les Cinquième et Sixième Symphonies de Vaughan Williams – parmi ses plus imposants chefs-d’œuvre – ne pourraient pas être plus différentes l’une de l’autre. La Cinquième, écrite en pleine guerre en 1943, et dédiée à Jean Sibelius, semble une sorte d’appel à la paix, à la beauté, y compris dans ses moments les plus sombres et recueillis. La Sixième de 1948, par contre, donne l’impression d’évoquer les souvenirs les plus grinçants de la guerre. Non pas, bien sûr, que le compositeur ait le moins du monde tenté d’écrire de la musique à programme, mais on ne peut qu’être envoûté par les sonorités hurlantes, désespérées, terrifiantes, l’impossibilité de jamais se trouver sur un moment de repos tonal – le premier mouvement tangue entre le mi mineur et, juste à côté mais si loin, le fa mineur qui vient tout troubler. Au milieu de ce même mouvement, les saxophones – des saxophones, une rareté chez Vaughan Williams – viennent semer la zizanie avec une sorte de méchante réminiscence d’un apprenti sorcier devenu fou… des saxophones que l’on retrouve hurlants dans le diabolique scherzo, que n’aurait pas renié Chostakovitch. Le dernier mouvement se termine en totale queue de poisson, comme si quelqu’un avait soudainement éteint la bougie sans crier gare ; et ce d’autant plus que tout au long de ses dix minutes de durée, il ne quitte jamais, jamais le pianissimo et ne trouve jamais le moindre repos, ni mélodique – le discours erre sans fin – ni harmonique. Un immense coup de génie. C’est ici l’excellent Andrew Manze, décidément très à l’aise dans la musique anglaise, qui dirige un Orchestre de Liverpool des plus inspirés. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Vaughan Williams Symphony No.5 / Symphony No.6

Andrew Manze

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Symphony No. 5 in D Major: I. Preludio
00:11:00

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

2
Symphony No. 5 in D Major: II. Scherzo - Presto misterioso
00:04:53

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

3
Symphony No. 5 in D Major: III. Romanza - Lento
00:11:58

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

4
Symphony No. 5 in D Major: IV. Passacaglia - Moderato
00:09:41

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

5
Symphony No. 6 in E Minor: I. Allegro
00:07:09

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

6
Symphony No. 6 in E Minor: II. Moderato
00:09:29

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

7
Symphony No. 6 in E Minor: III. Scherzo - Allegro vivace
00:05:54

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

8
Symphony No. 6 in E Minor: IV. Epilogue - Moderato
00:10:03

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Orchestra, MainArtist - Andrew Manze, Conductor, MainArtist - Ralph Vaughan-Williams, Composer

(C) 2018 PM Classics Ltd (P) 2018 PM Classics Ltd

Descriptif de l'album

Bien qu’elles ne se suivent que de cinq ans, les Cinquième et Sixième Symphonies de Vaughan Williams – parmi ses plus imposants chefs-d’œuvre – ne pourraient pas être plus différentes l’une de l’autre. La Cinquième, écrite en pleine guerre en 1943, et dédiée à Jean Sibelius, semble une sorte d’appel à la paix, à la beauté, y compris dans ses moments les plus sombres et recueillis. La Sixième de 1948, par contre, donne l’impression d’évoquer les souvenirs les plus grinçants de la guerre. Non pas, bien sûr, que le compositeur ait le moins du monde tenté d’écrire de la musique à programme, mais on ne peut qu’être envoûté par les sonorités hurlantes, désespérées, terrifiantes, l’impossibilité de jamais se trouver sur un moment de repos tonal – le premier mouvement tangue entre le mi mineur et, juste à côté mais si loin, le fa mineur qui vient tout troubler. Au milieu de ce même mouvement, les saxophones – des saxophones, une rareté chez Vaughan Williams – viennent semer la zizanie avec une sorte de méchante réminiscence d’un apprenti sorcier devenu fou… des saxophones que l’on retrouve hurlants dans le diabolique scherzo, que n’aurait pas renié Chostakovitch. Le dernier mouvement se termine en totale queue de poisson, comme si quelqu’un avait soudainement éteint la bougie sans crier gare ; et ce d’autant plus que tout au long de ses dix minutes de durée, il ne quitte jamais, jamais le pianissimo et ne trouve jamais le moindre repos, ni mélodique – le discours erre sans fin – ni harmonique. Un immense coup de génie. C’est ici l’excellent Andrew Manze, décidément très à l’aise dans la musique anglaise, qui dirige un Orchestre de Liverpool des plus inspirés. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
So Peter Gabriel
Peter Gabriel 1: Car Peter Gabriel
Plays Live Peter Gabriel
Us Peter Gabriel
À découvrir également
Par Andrew Manze
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Bruno Walter, souvenirs d’un esprit disparu

Écouter les enregistrements de Bruno Walter à la lumière des splendides remastérisations publiées par Sony Classical, c’est s’abreuver à une culture humaniste. Immense chef d’orchestre, la musique est pour lui un sacerdoce, un art de vivre et un art de penser. Ses enregistrements ont conservé son art du chant, intense mais jamais sentimental, grâce à une ligne claire animée d’un rythme souple, assurant clarté, cohérence et vitalité.

Herbert von Karajan et les grands maîtres du classique

Trente ans après sa mort, l’Autrichien Herbert von Karajan (Salzbourg 1908 - Anif 1989) incarne toujours la figure du chef d’orchestre. À la tête de l’orchestre philharmonique de Berlin, qu’il a élevé au rang de marque mondiale pendant presque trente-cinq ans (1955-1989), il a méthodiquement réenregistré le cœur de son répertoire : Beethoven, Brahms, Bruckner, Verdi, Wagner, Strauss…

Histoire de labels : 5 questions à Klaus Heymann, fondateur de Naxos

A l'occasion du 30ème anniversaire de son label, Klaus Heymann a créé pour nous "sa" playlist de 30 plages, qui regroupe des enregistrements qui furent marquants dans l'histoire de Naxos, et d'autres plus récents, qui montrent la créativité et l'ambition actuelle de la marque.

Dans l'actualité...