Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Edgar Moreau - Offenbach & Gulda : Cello Concertos

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Offenbach & Gulda : Cello Concertos

Edgar Moreau

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Il commence sourdement par une marche rappelant curieusement celle du premier acte de Fidelio (Beethoven) annonçant la venue du sinistre Pizarro, une facétie qui ne fait que préparer la venue du soliste dans ce curieux Concerto militaire pour violoncelle de Jacques Offenbach, révélé en 2009 par l’enregistrement de Jérôme Pernoo pour Archiv Produktion. Aujourd’hui, c’est un de ses cadets de presque vingt ans qui enregistre à son tour cette œuvre créée à Paris en 1847 par son auteur au violoncelle, présentée ici dans une reconstitution minutieuse due à Jean-Christophe Keck, le spécialiste incontesté du compositeur allemand. Une œuvre éprouvante pour le soliste, par sa virtuosité comme pour sa durée exceptionnelle – plus de quarante minutes de musique.
Champion de l’hybridation musicale et du « cross-over » avant l’heure, le pianiste Friedrich Gulda étouffait dans le costume étriqué du musicien classique. Ouvert au jazz et à toutes sortes de musiques, il écrivit un concerto, véritable révélation de ce disque, pour le violoncelliste Heinrich Schiff en 1980. Composé pour un ensemble hétéroclite de musiciens, il mélange le big band, la fanfare de village et l’orchestre classique, recourant à l’amplification pour dégager la voix peu sonore du violoncelle. Il en résulte une partition déroutante qui mêle le jazz, la valse (Gulda est Viennois, ne l’oublions pas), les Ländler ou un paisible « ranz des vaches » avec les Alpes, suisses, bavaroises ou autrichiennes en toile de fond.
Au final, voilà un album délicieusement iconoclaste et aussi ébouriffant que la chevelure en bataille d’Edgar Moreau, qui a l’air de s’amuser beaucoup. C’est le benjamin des nombreux violoncellistes français d’aujourd’hui, qui, s’ils ne forment pas une « école » à proprement parler, perpétuent l’attrait que cet instrument a toujours eu en France depuis le temps où il a supplanté la viole de gambe. Triés sur le volet, les musiciens de l’ensemble Les Forces Majeures sont menés avec précision et humour par Raphaël Merlin. © François Hudry/Qobuz

Plus d'info

Offenbach & Gulda : Cello Concertos

Edgar Moreau

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Grand Concerto pour violoncelle & orchestre in G Major, "Concerto militaire" (Jacques Offenbach)

1
I. Allegro maestoso 00:14:38

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Jacques Offenbach, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

2
II. Andante 00:09:46

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Jacques Offenbach, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

3
III. Allegretto 00:18:07

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Jacques Offenbach, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

Concerto for cello, wind orchestra and band, Op. 129 (Friedrich Gulda)

4
I. Overture 00:05:00

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Friedrich Gulda, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

5
II. Idylle 00:07:52

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Friedrich Gulda, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

6
III. Cadenza 00:07:27

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Friedrich Gulda, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

7
IV. Menuett 00:04:00

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Friedrich Gulda, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

8
V. Finale alla marcia 00:06:42

Edgar Moreau, Cello - Les Forces Majeures - Raphaël Merlin, Conductor - Friedrich Gulda, Composer

2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2019 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

Il commence sourdement par une marche rappelant curieusement celle du premier acte de Fidelio (Beethoven) annonçant la venue du sinistre Pizarro, une facétie qui ne fait que préparer la venue du soliste dans ce curieux Concerto militaire pour violoncelle de Jacques Offenbach, révélé en 2009 par l’enregistrement de Jérôme Pernoo pour Archiv Produktion. Aujourd’hui, c’est un de ses cadets de presque vingt ans qui enregistre à son tour cette œuvre créée à Paris en 1847 par son auteur au violoncelle, présentée ici dans une reconstitution minutieuse due à Jean-Christophe Keck, le spécialiste incontesté du compositeur allemand. Une œuvre éprouvante pour le soliste, par sa virtuosité comme pour sa durée exceptionnelle – plus de quarante minutes de musique.
Champion de l’hybridation musicale et du « cross-over » avant l’heure, le pianiste Friedrich Gulda étouffait dans le costume étriqué du musicien classique. Ouvert au jazz et à toutes sortes de musiques, il écrivit un concerto, véritable révélation de ce disque, pour le violoncelliste Heinrich Schiff en 1980. Composé pour un ensemble hétéroclite de musiciens, il mélange le big band, la fanfare de village et l’orchestre classique, recourant à l’amplification pour dégager la voix peu sonore du violoncelle. Il en résulte une partition déroutante qui mêle le jazz, la valse (Gulda est Viennois, ne l’oublions pas), les Ländler ou un paisible « ranz des vaches » avec les Alpes, suisses, bavaroises ou autrichiennes en toile de fond.
Au final, voilà un album délicieusement iconoclaste et aussi ébouriffant que la chevelure en bataille d’Edgar Moreau, qui a l’air de s’amuser beaucoup. C’est le benjamin des nombreux violoncellistes français d’aujourd’hui, qui, s’ils ne forment pas une « école » à proprement parler, perpétuent l’attrait que cet instrument a toujours eu en France depuis le temps où il a supplanté la viole de gambe. Triés sur le volet, les musiciens de l’ensemble Les Forces Majeures sont menés avec précision et humour par Raphaël Merlin. © François Hudry/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?