Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

387 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique, Depuis 1 mois et 24 bits / 96 kHz - Stereo
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 15 octobre 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 16 octobre 2019 | Signum Records

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Le violoniste Leonidas Kavakos à plusieurs cordes à son arc : soliste acclamé, il pratique la direction d’orchestre – son premier amour – et la musique de chambre. Le double album que voilà rend compte des qualités d’un musicien polyvalent qui connaît son Beethoven. Il tient ici la partie soliste et assure la direction de l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise qui compte plus de 60 musiciens ! Fidèle à la pratique en usage à l’époque du compositeur, ce choix met en évidence l’écriture « égalitaire » de ce concerto. Certes virtuose, la partition n’est pas un faire-valoir du soliste : celui-ci respire avec ses pairs et partage avec eux tous les thèmes. Leonidas Kavakos manœuvre magistralement à la tête de cet imposant orchestre et tire de lui de somptueuses nuances, l’obligeant en retour à lui prêter une attention particulièrement soutenue. Héritier du classicisme viennois, Beethoven ouvre la voie aux Concertos de Brahms ou Sibelius, où le violon solo accompagne souvent l’orchestre de ses broderies acrobatiques. Aussi agile qu’à ses débuts, le soliste fait entendre non pas la célèbre cadence de Kreisler mais celle que Beethoven publia pour le piano. Ce moment de complicité avec l’orchestre se poursuit en petit comité dans le Septuor, Op. 20, première partition du genre où les musiciens sonnent comme un petit orchestre ; et enfin les Variations sur des chants populaires, Op. 105 pour piano et flûte (ou violon ad libitum). Commandées par un éditeur écossais alors que Beethoven compose sa Neuvième Symphonie, ces miniatures destinées aux amateurs ont la fraîcheur de mélodies souvent dansantes. Un très beau disque qui montre Beethoven sous un jour moins orageux que de coutume. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
Attention, écoute addictive ! Les musiciens de l’ensemble Lautten Compagney, fondé à Berlin-Est il y a trente-cinq ans, ont enjambé plusieurs siècles de musique pour assister à la rencontre des minimalistes américains (et apparentés) Philip Glass, Steve Reich, Meredith Monk et Wim Mertens avec l’Ars Nova de Guillaume Dufay. Intitulé Circle Lines, leur nouvel album pour Deutsche Harmonia Mundi réunit pièces anciennes et contemporaines dont l’alternance montre les parentés. Lautten Compagney revendique ainsi une vision circulaire et cyclique de l’histoire. À l’écoute du disque, on est charmé par l’homogénéité du programme. L’auditeur est d’autant plus troublé que les musiciens ont littéralement fait fusionner Dufay avec ses jeunes pairs : le continuum rythmique des cordes de Dance V de In the Upper Room de Philip Glass soulignent les lignes mélodiques de Par droit je puis bien et l’animent d’une force irrésistible ; de la même manière, et avec beaucoup de facétie ici, les cordes martelées avec le bois de l’archet et un ressort en zinc assurent l’ostinato rythmique de Clapping Music de Steve Reich et théâtralisent la mélodie de la chanson Se la face ay pale de Dufay. Grâce à leur intelligence musicale, leur grande complicité et leur immense talent, les musiciens de Lautten Compagney font entendre la géniale inventivité du contrepoint de la Renaissance, propre à mettre en valeur les musiques américaines. Même si vous ne goûtez pas ces répertoires, vous ne lâcherez pas ce disque ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Ne vous y trompez pas, ce visage juvénile est celui d’un violoniste de 18 ans avec la tête bien pleine et une technique aguerrie. Avant son Concerto de Tchaïkovski, son disque Bach, paru lui aussi chez Deutsche Grammophon, l’avait déjà prouvé. Chaque fois, Daniel Lozakovich s’entoure de formation de renom : l’Orchestre de chambre de la radio bavaroise dans Bach, le Russian National Philharmonic de Vladimir Spivakov – un très grand violoniste qui dirigea son premier récital en 2010 – ici dans Tchaïkovski. Le morceau de bravoure qu’est ce concerto est servi par un musicien à la sonorité ample et brillante, capable d’une virtuosité exacerbée et d’une mélancolie très tendre. Aux côtés de Spivakov, qui a lui-même enregistré cette partition, il est comme à la maison. Sa prise de son engagée cherche la plénitude du lyrisme sans renoncer à mordre les cordes. Il faut dire que le jeune soliste a parfait ses gammes auprès d’Eduard Wulfson à Karlsruhe. Cet élève des immenses Henryk Szeryng, Nathan Milstein et Yehudi Menuhin (rien que ça) aura transmis à son jeune disciple les qualités violonistiques de l’école russe. La curiosité gourmande de ce jeune artiste a fait le reste. Ainsi, la deuxième partie de son programme présente des pages où la mélancolie devenue musique fait du bien, comme dans l’air de Lensky d’Eugène Onéguine, un opéra que le violoniste adore et connaît par cœur. Son interprétation se nourrit de celles de Fritz Wunderlich ou d’Ivan Kozlovsky. Indéniablement, le violon de Daniel Lozakovich chante ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
Après avoir remporté le Concours Tchaïkovski à Moscou en 1986, Mario Brunello s’est imposé comme l’un des plus grands violoncellistes actuels. Musicien éclectique, il s’intéresse depuis quelques années aux pratiques d’interprétation historiquement informée et à la redécouverte du « petit violoncelle » à quatre cordes. Cet instrument, un peu plus petit que le violoncelle, est connu aujourd’hui pour sa présence dans certaines cantates de Bach, mais il était certainement plus largement utilisé aux XVIIe et XVIIIe siècles que ce que le répertoire connu peut laisser penser. Cet enregistrement des Sonates & Partitas pour violon seul inaugure une collaboration avec le label Arcana autour d’un « Bach Brunello Series », dans lequel des oeuvres importantes pour violon du compositeur seront jouées sur le petit violoncelle. Le livret comprend des textes du spécialiste de Bach Peter Wollny ainsi que d’Alessandro Baricco. « Je veux aborder les Sonates et Partitas “depuis la base”, dans tous les sens. Les violonistes “volent haut”, ils ont toujours la mélodie, ils voient la musique depuis le haut. Je ne propose donc pas une imitation du violon, mais plutôt une lecture spéculaire, la conquête du sommet par une autre voie. Regarder une montagne depuis le Sud ou depuis le Nord change la perspective, mais pas la substance. » (Mario Brunello) © Arcana
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Accentus Music

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
"Ce premier volet d’une intégrale s’impose d’ores et déjà dans la discographie", clamait le magazine Classica à réception du volume consacré aux Sonates n° 2, 6 et 8 de Prokofiev (Choc, 2016). Avec ce nouvel opus, Alexandre Melnikov a fait le choix de nous plonger dans trois périodes bien distinctes de la vie créatrice du compositeur, depuis les fulgurances de la 4e, peu jouée, jusqu’au geste ample de la toute dernière. Entre les deux, la 7e ramène une dernière fois l’auditeur dans l’univers inquiet propre aux trois « sonates de guerre ». Richter disait l’avoir apprise en quatre jours ! © harmonia mundi
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | UMC - Decca Gold

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 octobre 2019 | Solo Musica

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Wiener Symphoniker

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 octobre 2019 | Eudora Records

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 18 octobre 2019 | SOMM Recordings

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 octobre 2019 | Orchid Classics

Hi-Res Livret