Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 avril 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Énorme provocation ou innovation ? Les critiques ici sont trop faciles à monter contre Cameron Carpenter, et ce serait oublier quel virtuose il est, possédant une technique simplement ahurissante. Il inaugure avec cet album l'instrument de ses rêves : un orgue construit sur mesure, en collaboration avec les pionniers américains de l'orgue électronique Marshall et Ogletree. Jouer en concert et enregistrer sur un orgue numérique ...avant lui, personne n'avait osé sauter le pas. "Je veux combiner en un seul instrument l'orgue d'église "classique américain" et son homologue, l'orgue de cinéma" explique Cameron Carpenter.
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 mai 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret
La terre natale. Le pays de sa mère également. Comment comprendre ce Motherland qui sert de titre au troisième album de Khatia Buniatishvili qui parait chez Sony Classical. Pour cet enregistrement, la pianiste géorgienne ne s’est pas contentée d’un ou deux compositeurs mais d’une bonne dizaine. Après un disque Liszt en 2011 précédé d’un disque Chopin, elle réunit ici dix-sept pièces sous ce nom de Motherland. Un album sur lequel Jean-Sébastien Bach côtoie Arvo Pärt, Tchaïkovski, Mendelssohn, Debussy, Ligeti, Brahms, Chopin, Ravel, Scarlatti, Grieg, Kancheli, Dvorak ou bien encore Haendel...
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Piano solo - Paru le 22 août 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month - 4 étoiles Classica
Il a 3 ans lorsqu'on lui met les mains sur un clavier. Aujourd'hui, ce pianiste germano-russe, né en 1987, fait partie de ceux que l'on écoute avec attention, car il y a quelque chose de magique et de très personnel dans son jeu. Ce nouvel enregistrement des 6 Partitas de Bach chante avec un mélange de rigueur et de fantaisie, l'esprit de la danse y est constant avec une matière sonore ronde et pleine. Cet enregistrement est le fruit de quatre ans de travail acharné au bout desquels Igor Levit avoue avoir "trouvé la lumière et la fin du tunnel". Il a abordé ces pages d'une manière totalement détendue en ayant le sentiment d'avoir trouvé l'expression juste. Ce nouvel enregistrement de ce recueil si célèbre, et célébré par les interprètes depuis si longtemps, trouve ici un véritable accomplissement où l'intelligence du texte le dispute à une sonorité de rêve et à une expression venue du plus profond de l'être. Un très grand disque. FH
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 6 février 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 1 mai 2015 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 9 octobre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Year - 4 étoiles Classica
Igor Levit n'a pas froid aux yeux. Le jeune pianiste germano-russe aime se confronter aux massifs, aux chefs-d'œuvre les plus complexes, les plus déroutants de l'Histoire. Ce nouvel album en témoigne une nouvelle fois. Après la publication des Sonates Nos. 30 à 32 de Beethoven, puis des Six Partitas de J. S. Bach il y a quelques mois, il allie ces deux mêmes compositeurs dans le cadre d'un même projet, les relie entre eux par la forme de la variation, et assemble ainsi dans un seul geste les deux plus grands cycles de variations qui aient jamais été composées en Europe Occidentale, et qui dépassent par leurs dimensions, et par leur ambition structurelle, polyphonique, le principe même de la variation, et font éclater littéralement l'instrument. Dans les Goldberg, Bach élabore trente variations sur une seule ligne de basse, très belle au demeurant. Avec les Diabelli, Beethoven radicalise encore davantage son écriture pour clavier, et s'amuse parfois cependant avec distance des maîtres du passé. Levit ajoute ensuite à ces deux massifs, l'œuvre d'un compositeur d'aujourd'hui, Frederic Rzewski, né en 1938 dans le Massachusetts, autre partition aux dimensions importantes : The People United Will Never Be Defeated! , Rzewski part d’un « protest song » composé par le chansonnier chilien Sergio Ortega, « ¡El pueblo unido jamás será vencido! » (« Le peuple uni ne sera jamais vaincu »), écrit dans le sillage de l’élection d’Allende et devenu mondialement célèbre lors du coup d’état de la junte militaire en 1973. Deux ans plus tard, Rzewski développait sur le thème un immense tissu de variations, d’une durée d’une bonne heure, voyageant à travers tous les modernismes possibles et imaginables. C’est là un véritable condensé de la musique contemporaine de Schönberg jusqu’à son propre temps : atonalité, sérialisme, postmodernisme, postromantisme rachmaninovien même, ainsi que les plus récentes expériences sonores en tout genre que n’aurait pas renié John Cage. Dans ce triple album, Levit propose durant plus de trois heures sa propre ballade, infiniment variée, sur le thème de la variation à l’infini. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 20 novembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 20 novembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 26 février 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Après un premier enregistrement L’Heure exquise, rassemblant des transcriptions de mélodies françaises au violoncelle, Christian-Pierre La Marca a souhaité une nouvelle fois mettre à l’honneur le répertoire vocal, celui de la musique sacrée, dont les transcriptions pour violoncelle sont assurément bien rares. Tellement rares, à la vérité, que celles ici proposées ont été réalisées pour bonne partie par La Marca lui-même ou sur son instigation. Certaines transcriptions sont même des transcriptions de transcriptions, comme par exemple l’Adagio de Barber, initialement prévu pour quatuor à cordes, transcrit ultérieurement pour chœur à huit voix sous forme d’Agnus Dei, et c’est cette version que La Marca a fait transcrire pour violoncelle solo et quintette à cordes. Certaines pièces gardent leur partie vocale originale, tout en intégrant un contrechant de violoncelle adapté d’après l’accompagnement initial, comme le Panis angelicus dans lequel chante Philippe Jaroussky, ou l’Ave verum corpus de Mozart où apparaît Patricia Petibon. En fin de programme, La Marca propose quand même une œuvre originalement conçue pour violoncelle, voix et orgue – et pour lui en personne ! – par Thierry Escaich qui, pour l’occasion, tient la partie d’orgue, un poignant Alléluia Enluminures. Outre la beauté pure du violoncelle de La Marca et des musiciens de l’ensemble Les Ambassadeurs qui l’accompagnent, l’intérêt principal de la chose est que le mélomane se demandera, piste après piste et avec grande curiosité, comment diable telle ou telle pièce sera arrangée : le Miserere d’Allegri, « Erbarme dich » de la Passion selon saint Matthieu, et tant d’autres. Enregistré en juillet et octobre 2015 respectivement à la Salle Colonne et à l’église d’Auvers-sur-Oise. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 11 mars 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 3 juin 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Ce n’est pas sur n’importe quel orgue que l’enfant terrible de l’orgue international Cameron Carpenter joue ce choix d’œuvres de Bach : il s’agit d’un instrument construit sur mesure, pour lui, par la firme Marshall & Ogletree, un instrument « portable » – bon, il faut quand même quelques grands camions pour tout transporter, la console elle-même ne pesant pas moins d’une tonne. Mais quand même, l’instrument est démontable en plusieurs pièces, muni d’un invraisemblable arsenal de haut-parleurs spéciaux, d’amplificateurs dédiés, pour une richesse de sonorité que ne pourrait avoir aucun orgue. Car en plus des innombrables jeux, cet Op. 8 de Marshall & Ogletree permet de jouer dans un grand nombre de tempéraments et de diapasons, une chose impossible pour un orgue normal dont chacun possède son tempérament unique, un point c’est tout. De la sorte, Carpenter peut passer d’un tempérament à un autre au cours d’un seul et même concert, afin de s’adapter à ce qu’il estime être bon pour chaque pièce – ces œuvres ayant été conçues par Bach sur plusieurs instruments différents. Le monstre portable étant démontable, on peut aussi l’installer dans l’acoustique que l’on choisit… Certes, les puristes de la chose baroque risquent d’exploser en vol, au même titre que les faisaient fondre de rage les interprétations à la Gould. Disons que Carpenter nous offre une vision hyper-moderne de toute cette musique, avec des sonorités empruntées à mille palettes différentes, comme une sorte d’orchestre composé d’un nombre infini d’orgues. Extravagant bien sûr, intrigant absolument, et non moins fascinant car on croirait redécouvrir un Bach inouï, dans le sens initial du terme – et c’est d’ailleurs le cas. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 26 août 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 26 août 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Piano solo - Paru le 23 septembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
Tiens donc, Medtner : sans nul doute le compositeur russe le plus injustement négligé qui soit, né une petite dizaine d’années après Rachmaninov et Scriabine, exilé à Londres en 1936 et affligé d’un invraisemblable manque de chance… Avec ses trois concertos, d’innombrables pièces pour piano d’une immense qualité, des Romances, il mériterait tous les feux de la rampe. C’est justement avec la Cinquième Sonate de Medtner que le fulgurant pianiste Lucas Debargue avait créé la sensation lors de l’édition 2015 du Concours Tchaïkovski. Totalement inconnu, il devint rapidement le favori du public, mais n’obtint que le quatrième prix – le jury s’entre-déchira allègrement à l’énoncé du palmarès, d’ailleurs. L’estimant victime d’une injustice flagrante, l’Association des critiques musicaux de Moscou créa pour lui, de toutes pièces, un prix destiné « au pianiste dont la performance au concours est devenu un événement d’une véritable signification musicale ». Sa lecture enflammée et pourtant rigoureuse de cette ample sonate jette une lumière nouvelle sur cette musique incomprise. Debargue débute son programme avec une Toccata et Fugue de Bach – qu’il inscrit souvent en début de ses programmes de concert, une sorte de mise en doigts et en oreille – et poursuit avec une Sonate de Beethoven « sans nom », ce qui ne signifie pas qu’elle est anonyme ! La Septième Sonate, bien que datant de la première période, présente déjà bien des modernismes : quatre mouvements, une science du développement et de l’esquive déjà impressionnante, un deuxième mouvement d’ampleur et de contenu symphonique… Debargue vous surprendra par ses coloris, ses phrasés, ses articulations, d’un parfait naturel bien au-delà de toute idée de virtuosité. © SM/Qobuz« Lucas Debargue propose à nouveau un programme a priori composite dont il démontre l'unité par son jeu personnel et libre. [...] Ce récital confirme le formidable talent et la forte personnalité de Lucas Debargue, artiste hors normes.» (Classica, septembre 2016 / Stéphane Friédérich)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res