Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | Kairos

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
La musique russe du XIXe siècle est encore dominée par les répertoires italien et français mais les jeunes compositeurs ne l’entendent pas de cette oreille. À rebours de cette occidentalisation, ils s’emploient à recréer une continuité musicale propre à la Russie en valorisant les mélodies populaires. Modest Moussorgski opère ainsi une synthèse entre le folklore plusieurs fois centenaire de son pays et le langage romantique. Son opéra Boris Godounov est exemplaire de cette démarche : chaque personnage a son épithète thématique, à la manière des leitmotive wagnériens, et le discours exploite l’idiome populaire russe. L’écriture et l’harmonie impressionnent par un hiératisme qu’on identifie immédiatement comme russe. L’orchestration – on pense notamment à l’usage des cloches dans la deuxième partie du prologue, autrement dit la scène du couronnement – corrobore cette identité. Enfin, et c’est particulièrement saillant dans cette version, la vocalité de cette grande partition, proche de la prosodie de la langue, est éminemment lyrique. Le caractère choral de l’œuvre – de la chanson de Varlaam à l’auberge, par exemple, aux chœurs qui scandent la partition – la pare d’un réalisme grandiose jamais pittoresque. Kent Nagano et l’orchestre symphonique de Gothenburg ont choisi la version originelle, découpée en en sept grands tableaux, de Boris Godounov, dont le livret se refuse de sacrifier aux conventions du genre. D’où la longue censure de l’œuvre et la réorchestration de Rimski-Korsakov. C’est grâce à ce remaniement que Boris peut être représenté et, accédant aux scènes lyriques, gagner sa notoriété. Et être joué aujourd’hui dans sa version originelle de 1869 par un le jeune Alexander Tsymbalyuk, touchant de remords mais peut-être pas assez fou. On goûtera aussi l’excellent Pimène de Mika Kares. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | CapriccioNR

Hi-Res
C’est à peine si l’on connaît l’ouverture de cet opéra écrit à Salzbourg en 1801 par le jeune Carl Maria von Weber, à 15 ans, sous le regard attentif de son maître Michael Haydn. Selon ce dernier, cet opéra de jeunesse a été composé « selon les vraies règles du contrepoint, avec beaucoup de feu et de délicatesse et en parfaite adéquation avec le texte ». Si les dialogues de ce singspiel sont perdus, la musique nous est intégralement parvenue. L’œuvre est passée inaperçue à sa création en 1803 à Augsbourg.Œuvre charmante et légère, Peter Schmoll et ses voisins met en musique un médiocre livret inspiré du roman éponyme de Carl Gottlob Cramer, un écrivain resté célèbre pour ses histoires effrayantes. Sur fond de Révolution française, le récit suit des personnages déracinés qui se retrouvent dans les sous-sols d’un château en Allemagne. On retiendra l’aisance du jeune compositeur et son sens mélodique qui éclate dès la fin de la plaisante ouverture annonçant une joyeuse comédie où la politique n’a absolument rien à voir. Les numéros se suivent de manière assez conventionnelle. C’est surtout l’orchestration qui est insolite dans cette partition, où Weber emploie des instruments assez rares comme des flûtes à bec, des cors de basset, des piccolos et des trombones utilisés en solo. Cette nouvelle version, dirigée par Roberto Paternostro, a été enregistrée en concert le 23 janvier 2019 au célèbre théâtre An der Wien, salle historique construite sous l’impulsion de Schikaneder, imprésario et librettiste de La Flûte enchantée de Mozart. C’est aussi là que furent créées de nombreuses partitions de Beethoven, Johann Strauss fils et Franz Lehár. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 13 septembre 2019 | Dynamic

Hi-Res Livret
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Opéra - Paru le 30 août 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets
Une gageure. Voilà un album déroutant, provocateur et terriblement rafraîchissant. Avant de se lancer à corps perdu dans la « Trilogie Da Ponte-Mozart », Raphaël Pichon en explore la thématique avec malice en composant de toutes pièces un « pasticcio » en trois parties à l’aide d’œuvres antérieures de Mozart et de ses contemporains. Pour ce faire, Pichon et ses arrangeurs utilisent des airs de concert, nocturnes, canons, opéras inachevés, avec des personnages et des situations évoquant ceux de la trilogie. Ils ont ainsi conçu une délicieuse trilogie miniature, « comme des sortes d’apéritifs musicaux. » Le résultat est des plus plaisants car il permet de suivre l’évolution de la pensée de Mozart en même temps qu’il souligne une persistance de ses choix littéraires et des situations qu’il mettra en musique tout au long de sa courte vie. Il faut ajouter à cela une direction très vivante et des solistes se prêtant avec amusement à cette anticipation des chefs-d’œuvre à venir. Un régal pour gourmets. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | Opera Rara

Hi-Res Livret
Dans la mythologie slave, les willis (ou vily) sont des créatures fantastiques comparables aux nymphes grecques. Elles sont souvent liées au ballet (Giselle) et à l’opéra romantique. C’est ce thème que le jeune Puccini a choisi pour participer à un concours organisé par l’éditeur de musique Sonzogno à Milan. Ce premier opéra a pour cadre la Forêt Noire et met en scène des fiancées mortes la veille de leurs noces, qui se rassemblent à minuit pour rechercher le jeune homme qu’elles forceront à danser jusqu’à ce que mort s’en suive. Créée en 1884, l’œuvre obtient un vif succès, la presse n’hésitant pas à la qualifier de « chef-d’œuvre » en soulignant, avec justesse, que ce jeune homme est « le compositeur que l’Italie attendait depuis longtemps. » Si Le Villi nous apparaît un peu faible avec le recul, et aux côtés des chefs-d’œuvre que Puccini a composés ultérieurement, il est tout de même étrange qu’il demeure à ce point méconnu. Ce coup d’essai est déjà un coup de maître, et l’habileté comme le langage de Puccini nous saute ici aux oreilles. À la tête d’un casting de stars, Sir Mark Edler nous restitue ici un opéra qui n’a pas été entendu depuis sa création. Sa version tient compte de la révision, en deux actes, effectuée par Puccini et éditée dans la nouvelle édition critique de Ricordi. Un enregistrement très réussi qui donnera peut-être des idées aux directeurs d’opéras pour une représentation scénique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | Royal Concertgebouw Orchestra

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 30 août 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | Glossa

Hi-Res Livret
Avec « The Farinelli Manuscript », Ann Hallenberg, accompagnée par Stefano Aresi et Stile Galante, offre une lecture étincelante des arias chantées par le castrat Carlo Broschi, durant ses ving-trois années passées en Espagne (et recueillies dans un volume envoyé à l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche). Décrite comme « une force de la nature », dotée d’une colorature impeccable et d’une pureté de timbre hors pair, la mezzo-soprano suédoise nous offre une représentation fougueuse de la musicalité de Farinelli qui émerveilla l’audience de la cour espagnole. Invité à résider à Madrid alors qu’il était à l’apogée de ses facultés en 1737, Farinelli donnait régulièrement des concerts pour les reines d’Espagne, Elisabetta Farnese et Maria Barbara de Bragança ainsi que leurs époux respectifs, Felipe V et Fernando VI, en chantant quelques huit ou beuf arias durant ces soirées. Selon l’état des recherches actuelles, nous pouvons reconnaître parmi les différentes calligraphies des partitions du manuscrit celles de musiciens actifs à Madrid : Niccolo Conforto, Giovanni Battista Mele ainsi que Farinelli. Le recueil contient aussi des arias d’autres compositeurs italiens éminents de l’époque : Giay, Latilla et Giacomelli. Hallenberg chante les ornements ajoutés et les da capo inclus dans le manuscrit de Farinelli, tandis que d’autres embellissements sont fournis par Aresi qui suit l’instrumentation précise, l’effectif et la disposition des interprètes dans l’espace en accord avec les archives de la cour. Aresi est aussi l’auteur de l’essai accompagnant le livret, qui participe à la démystification de la désinformation historique concernant les années madrilènes de Farinelli. © Glossa
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 13 septembre 2019 | Cypres

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | DUX

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | Odradek Records

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 septembre 2019 | Signum Records

Hi-Res