Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 mars 2020 | BIS

Hi-Res Livret
Généralement impitoyable envers ses propres œuvres, Edvard Grieg avouait une certaine fierté à l’égard de ses trois Sonates pour violon et piano. Il les résuma laconiquement lui-même dans une lettre : « La première est naïve et riche en références, la seconde d’inspiration nationale, et la troisième ouvre de nouveaux horizons. » Comme les trois Sonates de Brahms qui leur sont contemporaines, celles de Grieg constituent un apport important au répertoire violonistique romantique. Bouffée d’air frais apportée au genre du duo, la Sonate en fa majeur, op. 8 fut créée à Leipzig en 1865 avec grand succès. Changement d’atmosphère avec la Sonate en sol majeur, op. 13 dans laquelle souffle le vent « patriotique » qui commence à balayer tous les pays d’Europe à l’époque des constructions nationales. Composée vingt ans plus tard, la Sonate en ut mineur, op. 45 est la dernière œuvre (achevée) de musique de chambre du compositeur norvégien. Créée comme la première à Leipzig et avec son auteur au piano, elle reçut un accueil débordant d’enthousiasme. Grieg appréciait beaucoup le jeu dynamique de la violoniste tchèque Wilma Norman-Neruda, avec laquelle il joua plusieurs fois sa Troisième Sonate. Un dynamisme qu’il qualifiait toutefois de « féminin » en ajoutant « qu’il ne pouvait certes être comparé à la grande énergie masculine » : Grieg n’échappait donc pas aux préjugés de son temps. Gageons que la puissance et le jeu « viril » de la violoniste Eldbjørg Hemsing, magnifiquement soutenue par son partenaire Simon Trpčeski, aurait certainement modifié son jugement. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 mars 2020 | BIS

Hi-Res Livret
La précocité de Mendelssohn reste un objet de stupéfaction. Semblable à celle de Mozart, elle dépasse toutefois cette dernière en termes de qualité et de densité expressive. Lorsqu’il compose, à 16 ans, son fameux Octuor dont l’écriture parfaite ne cesse de nous éblouir, le garçon a déjà de nombreuses œuvres derrière lui : douze symphonies pour cordes, plusieurs concertos et cinq opéras. Composé selon lui « dans le style d’une œuvre symphonique orchestrale », cet Octuor est le premier écrit en huit parties et non un double quatuor comme ses prédécesseurs. Offerte à son professeur Eduard Ritz, la partition restera toujours un excellent souvenir pour son auteur qui le regarda tout au long de sa courte vie avec tendresse. Georges Enesco (ou Enescu) fut lui aussi un talent précoce inscrit au Conservatoire de Paris à l’âge de 14 ans comme compositeur, violoniste et pianiste. Il est à peine plus âgé que Mendelssohn (19 ans) lorsqu’il compose son Octuor à cordes en 1900. C’est la première œuvre dans laquelle il évolue vers son propre langage, se détachant peu à peu des influences romantiques. Si l’œuvre de Mendelssohn repose avant tout sur la mélodie, celle du jeune Enesco est construite sur un contrepoint savant, avançant avec souplesse et détermination. « Un ingénieur lançant sur le fleuve son premier pont suspendu n’éprouve pas plus d’angoisse que je n’en ressentais à noircir mon papier réglé », devait-il avouer des années plus tard. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 février 2020 | BIS

Hi-Res Livret
La production de chants et de chansons (« Songs ») a toujours été très vivace sur le continent britannique depuis les œuvres pour luth et consorts du XVIIe siècle, avec John Dowland en particulier, jusqu’au XXe siècle où le genre est devenu aussi intellectuel que raffiné. Pour son nouvel album avec le pianiste Joseph Middleton, la soprano anglaise Carolyn Sampson a choisi des pièces composées au cours des 120 dernières années, en omettant volontairement la musique de Britten et de Tippett, largement enregistrée et donc connue du public. C’est la désinvolture un peu décalée de Walton qui ouvre les feux de ce plaisant album et qui le referme. Tout commence avec une pièce de circonstance décrivant divers aspects de la vie londonienne pour s’achever avec des extraits de Façade, une œuvre écrite sous l’influence du Groupe des Six et d’Erik Satie, et qui avait fait scandale à Londres lors de sa création en 1923, propulsant du même coup son jeune auteur sur le devant de la scène britannique. Entre les deux, c’est un tourbillon de « vignettes » qui nous est proposé, signées Ralph Vaughan Williams, Frank Bridge, Roger Quilter et Huw Watkins, dont les Five Larkin Songs ont été commandées par Carolyn Sampson. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 janvier 2020 | BIS

Hi-Res Livret
En présentant un disque consacré à ses propres transcriptions, le violoncelliste suisse Christian Poltéra évoque d’une manière particulière l’amitié qui unissait le couple Schumann avec Johannes Brahms et Joseph Joachim. La Sonate n° 2 en ré mineur de Schumann est réunie à la Sonate n° 3 de Brahms, dans la même tonalité et pour la même formation. C’est le ton sérieux et passionné de ces deux œuvres pour violon et piano qui justifient l’habile adaptation de Christian Poltéra, secondé par la pianiste anglaise Kathryn Stott. On pourra toujours discuter d’un tel procédé, certes habituel à l’époque baroque, mais beaucoup moins courant au XIXe siècle où les œuvres étaient fortement connotées à l’expression et aux possibilités techniques d’un instrument précis. Les deux compositeurs aimaient la sonorité profonde et le pouvoir expressif du violoncelle. Schumann écrivit un splendide concerto pour cet instrument et Brahms trois sonates et un concerto en partage avec le violon. Clara Schumann est représentée par une minuscule mélodie, elle aussi transcrite pour violoncelle et piano, mais son sourire inonde toutes les œuvres de son mari et de son fidèle ami Brahms. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 janvier 2020 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 janvier 2020 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 janvier 2020 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 décembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
On jurerait l’ouverture d’un drame romantique de langue allemande. C’est d’ailleurs ce que la critique a reproché à Paul Dukas après la création de Polyeucte - Ouverture pour une tragédie de Corneille aux Concerts Lamoureux en 1892 : pas très ars gallica tout ça. Cette grande partition déploie en effet un lyrisme que le chantre de Bayreuth nous a habitués à associer aux forêts des légendes germaniques – et pas à l’alexandrin de Corneille. Ainsi, le thème désolé des premières mesures, magnifique unisson des altos et des violoncelles, a tout à la fois l’emphase et la sobriété d’un leitmotiv wagnérien. On regrette que cette œuvre, leçon d’harmonie et d’orchestration, soit si peu donnée en concert – L’Apprenti Sorcier, placé en dernière position de ce couplage, et sa fortune cinématographique ont eu raison d’une bonne partie de la production de Dukas. L’Orchestre national des Pays de la Loire et son chef Pascal Rophé poursuivent leur troublante exploration des œuvres du tournant des XIXe et XXe siècles avec une partition plus immédiatement « française » à l’oreille : le ballet d’Albert Roussel intitulé Le Festin de l’araignée et créé en 1913 juste avant celui de Debussy (Jeux). Toujours aussi opulente, son orchestration se met au service de l’agrandissement d’un petit coin de verdure. La luxuriance des timbres, souvent traités en soliste, agit comme un microscope sur le monde mystérieux de nos jardins. Inspirée des Souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre, cette pantomime au prélude enchanteur anime un bestiaire certes miniature mais dont le quotidien touche au tragique. D’une inspiration (Corneille) à l’autre (Fabre puis Goethe), Pascal Rophé modèle son orchestre comme s’il interprétait une partition contemporaine, c’est-à-dire avec la précision d’un orfèvre. Que ce soit dans le choix des œuvres ou dans la direction artistique, Bis fait décidément du beau travail. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 décembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 novembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Trios - Paru le 4 octobre 2019 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
En Russie, le trio avec piano est la formation privilégiée de l’hommage en musique. Il revêt volontiers un caractère élégiaque, exprimé souvent dès le titre ou dans les indications de mouvement. Le Trio en la mineur, Op. 50 s’épanche ainsi d’abord généreusement dans un Pezzo elegiaco qui entremêle passionnément le violoncelle et le violon. Ensuite, un thème populaire et ses variations défilent avec une invention gourmande comme autant de matriochkas. Les interprètes (Vadim Gluzman au violon, Johannes Moser au violoncelle et Yevgeny Sudbin au piano) sont chez eux dans cette musique qu’ils jouent avec chaleur et intensité. On aime les sonorités que trouve le piano dans la cinquième variation, sobrement accompagné d’une pédale ténue des cordes. Les musiciens s’enfoncent un peu plus encore dans ce climat délicieusement nostalgique avec le Trio en fa dièse mineur d’Arno Babadjanian. Ce dernier pétrit le son avec une grandiloquence magnifique. Son lyrisme aux accents populaires se déploie dans un langage romantique et un environnement harmonique tendu. On retient son souffle jusqu’au Tango d’Alfred Schnittke, arrangé pour l’occasion de cet enregistrement pour le label Bis par Yevgeny Sudbin. La nostalgie atteint là son point culminant. Pas question de flancher dans cette pièce qui exige à la fois souplesse – danse oblige – et robustesse. Des qualités que possèdent nos trois compères, parmi lesquels Vadim Gluzman fait preuve d’un charisme digne de David Oïstrakh, créateur du trio de Babadjanian. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Mélodies - Paru le 4 octobre 2019 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Des mélodies de compositeurs grecs du XXe siècle, qui se formèrent à Berlin, Munich ou Vienne, dialoguent, dans ce programme très original, avec des lieder de leurs modèles ou professeurs autant qu’avec les traditions helléniques (mélismes et syncopes, inflexions modales, rythmes à 7/8). […] Un atout majeur du disque est l’excellence de Kerstin Mörk, dont l’intelligence imparable dans le jeu des timbres, des variétés rythmiques, des climats, s’affirment plus d’une fois par son éloquence sans écraser la voix. Les deux partenaires convainquent avant tout dans le corpus grec, fécond en découvertes.  […] Une notice substantielle achève de rendre l’album très recommandable.» (Diapason, février 2020 / Jean-Philippe Grosperrin)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | BIS

Hi-Res Livret