Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Variété francophone - Paru le 13 septembre 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 7 juin 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
Pour son seizième album, Maxime Le Forestier réussit l’exploit de rester égal à lui-même, à la fois dans le fond et la forme. Son regard ironique et tendre sur le monde reste inchangé, au sein de chansons que l’intéressé qualifie de « sociétales ». Dans Les Ronds dans l’air (sur une mélodie du guitariste Manu Galvin), il vilipende le trop-plein de paroles sur la toile, tandis que dans Ça déborde, il évoque le désastre écologique de notre époque. Et dans La Vieille Dame (dont le texte a été diffusé sur Internet pendant la campagne présidentielle de 2017), il essaie de comprendre pourquoi certains citoyens se tournent vers le vote extrémiste. Mais Le Forestier peut aussi se montrer sous un jour plus introspectif, faisant le bilan de sa vie avec une remarquable sagesse (Dernier Soleil, sur une musique de Julien Clerc ; Mon Ruisseau, sur une musique de Philippe Lafontaine et en duo avec son fils Arthur Le Forestier).L’album se caractérise par une simplicité orchestrale qui se trouve à la juste hauteur du regard parfois critique mais toujours élégant et bienveillant de Maxime Le Forestier. La plupart du temps, il n’est accompagné que d’une guitare, d’une contrebasse et de percussions discrètes. Mais dans Les Filles amoureuses, le violon jazz de Fiona Monbet vient virevolter autour de la charge du chanteur contre le machisme – ou plus précisément contre la soumission intérieure de femmes s’asservissant librement : « Les filles tombent amoureuses de n’importe qui. » Et dans Paraître, c’est le piano qui vient chambouler le système orchestral dépouillé de l’album. Dans ce petit clin d’œil à Hamlet (« Paraître ou ne pas être / Ouh la la la question que voilà »), Maxime Le Forestier vient chatouiller une époque dans laquelle celui qui ne montre pas tout de lui n’existe pas. Mais toujours avec tendresse, sans jugement, et avec une légèreté musicale (d’inspiration latino en l’occurrence) qui prouve que l’interprète de San Francisco ne conçoit pas la colère dans l’agressivité mais dans la douceur. © Nicolas Magenham/Qobuz 
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 12 octobre 2018 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
Au printemps 2018, quelques semaines après le décès de sa mère Maurane, Lou Villafranca décida de retravailler les maquettes les plus abouties que la chanteuse avait eu le temps d’enregistrer pour un album hommage à son compatriote Jacques Brel. Après deux années d’absence dues à un problème aux cordes vocales, Maurane effectuait son retour avec ce projet qui lui tenait tant à cœur, Brel étant l’un de ses héros. Sa fille lui permet de réaliser ce rêve à titre posthume. L’émotion est palpable dans la plupart de ces reprises, principalement grâce à la voix intense, chaleureuse et enthousiaste de Maurane, souvent accompagnée d’une formation dépouillée dans laquelle domine le piano (La Chanson des vieux amants, La ville s’endormait, Fils de…, Voir un ami pleurer) ou la guitare sèche (Orly, Quand on a que l’amour). Dans d’autres titres, la musique est plus incongrue, assez éloignée des versions originales, l’exemple le plus frappant étant Vesoul, où l’accordéon musette est remplacé par une couleur bossa/jazz. Pour le morceau final, le très attendu Ne me quitte pas, Maurane fait preuve d’une sobriété et d’une gravité exemplaires. Une manière très digne de sortir de scène pour l’artiste belge. À noter que Lou Villafranca est également à l’origine du dessin ornant la pochette du disque. © Nicolas Magenham/Qobuz 
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Variété francophone - Paru le 18 mai 2018 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Variété francophone - Paru le 1 mars 1986 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Variété francophone - Paru le 18 mars 1991 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 10 novembre 2017 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret
Après une tournée triomphale avec les Vieilles Canailles, Eddy Mitchell reste sur le terrain d’une certaine nostalgie en revisitant ici ses propres classiques. Les tubesques Sur la route de Memphis, Lèche-bottes blues, Toujours un coin qui me rappelle, M'man ou bien encore La Fille du motel trouvent dans ces relectures une seconde jeunesse car Claude Moine alias Schmoll alias Monsieur Eddy les entonne toutes avec un casting renversant de pointures d’hier et d’aujourd’hui. Un gang cinq étoiles dans lequel on croise Johnny Hallyday, Laurent Voulzy, Pascal Obispo, Alain Souchon, Julien Clerc, Arno, Renaud, Christophe, Sanseverino, Maxime Le Forestier, Michel Jonasz, Arno, Calogero, les Brigitte, Thomas Dutronc, William Sheller, Keren Ann, Ibrahim Maalouf, Laurent Gerra et Jacques Dutronc ! Cerise sur ce gâteau goûtu, la chanson-titre inédite qui ouvre les hostilités. La bien-nommée Même tribu tout au long de laquelle chaque invité vient chanter avec le maître de cérémonie. © CM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 10 novembre 2017 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Variété francophone - Paru le 21 juillet 2017 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Variété francophone - Paru le 9 juin 2017 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 août 2016 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Variété francophone - Paru le 7 octobre 2016 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Variété francophone - Paru le 25 mars 2016 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1983 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Variété francophone - Paru le 25 mars 2016 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Variété francophone - Paru le 25 mars 2016 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Variété francophone - Paru le 5 février 2016 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret
Sa place, elle l’a déjà. A chaque nouvel enregistrement, Joyce Jonathan confirme qu’elle est une voix qui compte sur la scène de la chanson française. A constater une fois de plus avec Une place pour moi sur lequel celle qui fut révélée en 2010 avec Sur mes gardes a co-écrit et enregistré un titre avec Vianney (Les Filles d'aujourd'hui). Un troisième album pétillant montrant quelques belles cambrures folk ça-et-là et au cœur duquel l’amour (avec un grand A, évidemment) joue un rôle central. © CM/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Variété francophone - Paru le 23 octobre 2015 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret
Lorsqu’on a 73 ans passés, mieux vaut jouer les crooners que les rockers. Mais l’exercice est des plus périlleux et tout le monde ne passe pas si facilement cette sinatraesque épreuve du feu… Avec Big Band, Eddy Mitchell non seulement réussit ce pari osé mais signe l’un de ses plus brillants albums. Classieux et cuivré, classique et contemporain, voilà comment pourrait être qualifié ce disque aux allures vintage. Crooner à vif entre swing et romance, Monsieur Eddy a enregistré son disque au mythique Studio Capitol de Los Angeles, accompagné de son alter-égal Pierre Papadiamandis, et de la crème des musiciens américains dirigés par Rob Mounsey, arrangeur notamment pour Aretha Franklin et Steely Dan. L’ancien leader des Chaussettes Noires revisite même Fly Me To The Moon et Hurt. Comme quoi, Eddy peut aisément faire du Franky… © CM/Qobuz

Variété francophone - Paru le 4 septembre 2015 | Universal Music Division Polydor

Distinctions 4F de Télérama
Téléchargement indisponible
Voilà plus de dix ans que la Grande Sophie surplombe la scène française, apparaissant comme une artiste à part entière avec son univers à la fois pop et lyrique et son écriture raffinée. Avec ce septième album, l’artiste élargit encore son spectre, dégainant des surprises musicales qui témoignent d’une sensibilité grandissante et étalant sa pudeur à travers ses textes intelligemment écrits. Elle cosigne la réalisation du disque avec un trio de musiciens (Ludovic Bruni, Vincent Taeger, Vincent Taurelle) et se fait notamment accompagner sur une chanson par sa consœur Jeanne Cherhal. Marqué par les doutes et les craintes face à la fuite du temps, Nos Histoires est l’œuvre d’une artiste complète qui parvient à s’imposer une fois de plus comme une figure incontournable de la chanson française. © LG/Qobuz
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Variété francophone - Paru le 27 avril 2015 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res