Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 5 juillet 2019 | Alba

Hi-Res Livret

Musique de chambre - Paru le 7 juin 2019 | Avie Records

Livret
Téléchargement indisponible

Musique de chambre - Paru le 7 juin 2019 | Odradek Records

Téléchargement indisponible
16,49 €
10,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 mars 2019 | Fuga Libera

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Comme toutes les rencontres, celle entre Leonard Bernstein et Maurice Ravel a son potentiel. Le mélange des rythmiques et de l’engagement chez l’un ou du raffinement mélancolique des palettes sonores chez l’autre est riche de promesses. Mais la question n’est-elle pas tant d’apprécier la rencontre que de comprendre ce qu’elle fait émerger ? C’est ce « quelque chose » de l'ordre de l’entre-deux que proposent d’explorer les musiciens du trio Zadig et l’oeuvre Asfar du compositeur Benjamin Attahir, nous offrant ainsi l’occasion d’éprouver ce qui, dans la démarche créatrice moderne, cherche à se jouer de la frontière et des limites stylistiques, en nous dévoilant de fertiles pays qui s’y cachent. © Outhere Music
29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 décembre 2018 | RecArt

Hi-Res
29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Cedille

Hi-Res Livret
15,99 €
11,49 €

Trios - Paru le 16 novembre 2018 | NoMadMusic

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« [...] Composés pour le Trio Talweg, les Trois Moments de Tomás Gubitsch, célèbre figure du tango contemporain, viennent conclure ce programme. Les Talweg y creusent la veine rythmique : les attaques claires, nerveuses, et les silences chargés d’harmoniques se révèlent particulièrement adaptés aux exigences de ce répertoire. Des choix éclectiques et pertinents, un jeu ciselé d’une sobriété efficace, un équilibre sur le fil, entre contrôle et abandon : voilà les ingrédients de ce bel album, apport discographique appréciable, en particulier pour le Círculo de Turina. Chaudement recommandé. » (Classica, février 2019 / Fabienne Bouvet)
8,99 €
5,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 octobre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
10,49 €
6,99 €

Duos - Paru le 28 septembre 2018 | Indésens

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« [...] D'une formidable présence, la violoniste russe Tatiana Samouil, qui enseigne aujourd’hui à la Chapelle musicale Reine Elisabeth de Belgique, a collectionné les prix et constitué, assez discrètement, une belle discographie. Elle se sent parfaitement à l’aise dans le répertoire français, sous toutes ses formes. [...] dans la Sonate en sol de Ravel, elle parvient à conjuguer un lyrisme prenant et une précision mécanique parfaite [...] la Sonate de Fauré est d’autant plus réussie que sa lecture est sobre. Le duo fonctionne parfaitement, dans l’équilibre des volumes et le dialogue permanent. [...] » (Classica, février 2019 / Jacques Bonnaure)
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 septembre 2018 | Orchid Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 septembre 2018 | Centaur Records, Inc.

Hi-Res
23,49 €
16,49 €

Piano solo - Paru le 31 août 2018 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Depuis que les premiers compositeurs ont donné à leurs pièces des titres tels que « nocturnes » ou « sérénades », il existe de la musique spécifiquement destinée à évoquer le crépuscule ou la nuit. Par contre, ce n’est qu’à partir de l’ère romantique que la nuit a commencé à rimer, musicalement du moins, avec inquiétude, voire terreur. Les Phantasiestücke de Schumann (1837) comportent au moins un mouvement nocturne dans lequel la nuit est présentée sous un jour (ose-t-on dire) quasiment terrorisé : In der Nacht, un des plus grands moments schumanniens, concentré en à peine quatre minutes. Soixante dix ans plus tard, Ravel poussait la terreur encore plus loin avec Le Gibet, le mouvement central de Gaspard de la nuit – encore la nuit –, un gibet où les pendus balancent doucement au son de la cloche nocturne ; tandis que Scarbo qui referme le triptyque évoque un gnome de cauchemar. Enfin, si En plein air de Bartók ne se passe pas forcément la nuit de bout en bout, le quatrième mouvement, Musiques nocturnes, reste l’un des moments les plus inquiétants de toute la littérature pianistique. Né à Budapest en 1968, Dénes Várjon a étudié auprès de György Kurtág et d’András Schiff. Lauréat des prix Liszt ainsi que des concours Géza Anda et Leo Weiner de Budapest, il se produit dorénavant aux festivals de Salzbourg, Lucerne, Davos, ou encore avec l’Orchestre de Chambre de Vienne, la Tonhalle de Zürich, l’Academy of St. Martin-in-the-Fields, la Kremerata Baltica. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 juillet 2018 | Delos

Hi-Res Livret
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 23 mars 2018 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 9 mars 2018 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Après un premier disque autour de la « Sonate de Vinteuil » (allusion à Marcel Proust) avec sa sœur Maria au violon, Nathalia Milstein enregistre un album en solo aussi intelligemment conçu, avec une judicieuse mise en regard des 10 Pièces Op. 12 de Prokofiev et du Tombeau de Couperin de Ravel qui procèdent de la même démarche de retour aux formes musicales du XVIIIe siècle. Mais si l’œuvre de Ravel date de la maturité du compositeur, celle de Prokofiev a été écrite par un jeune homme de quinze ans qui s’essaye à la composition. Il la révisera quelques années plus tard, mais cela reste une œuvre de jeunesse. Quant à la Quatrième Sonate, elle repose sur de « vieux cahiers », ceux sur lesquels le très jeune Prokofiev notait des idées musicales. Écrite en trois parties, elle est grave en son premier mouvement, ironique et délibérément néo-classique dans son Finale. L’Andante central demeura un des morceaux préférés de son auteur. Tout d’abord élève de son père Sergueï Milstein au Conservatoire de Musique de Genève, Nathalia étudie ensuite à la Haute École de cette même ville dans la classe de Nelson Goerner qui ne reçoit qu’un petit nombre d’élèves, avant de se perfectionner avec d’autres pianistes et de remporter plusieurs concours internationaux. Elle est l’invitée de nombreux festivals comme ceux de la Roque d’Anthéron, de la Folle Journée de Nantes, des Flâneries de Reims ou encore des Sommets Musicaux de Gstaad. © François Hudry / Qobuz 2018
11,99 €
7,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 mars 2018 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Livret
Le violoniste canadien Blake Pouliot (né en 1995) a remporté en 2016 le Concours Manulife de l’Orchestre Symphonique de Montréal, ce qui lui a donné l’occasion de se produire avec ce bel orchestre peu après dans le Concerto de Korngold. Le Toronto Star l’a décrit comme « un de ces talents particuliers que l’on ne rencontre qu’une fois dans sa vie », alors que La Presse de Montréal le voyait comme « clairement, absolument, indubitablement un virtuose ». Avec de telles cartes de visite, Pouliot se lance à la fois dans une belle carrière internationale qui l’a déjà vu se produire avec tous les orchestres canadiens, puis nombre d’autres aux États-Unis ; et il propose un tout premier enregistrement consacré aux Sonates de Ravel et Debussy, couplage raffiné et dangereux à la fois, considérant la considérable concurrence discographique disponible depuis des lustres. Il s’en acquitte avec grand talent et conviction, préférant privilégier la clarté et la proximité plutôt qu’un quelconque aspect purement virtuose de surface dont cette musique, en vérité, n’a en rien besoin. On y (re)découvre donc l’aspect coloriste, français, spirituel de Ravel qui même dans son second mouvement Blues reste parisien jusqu’au bout de l’archet. On se plaît à imaginer que lors de la création en 1927, c’est ainsi qu’Enesco au violon et Ravel au piano auraient pu la jouer. Quant à la Sonate de Debussy, plus ou moins son dernier ouvrage achevé, il représente la quintessence de son langage, dépouillé de tous les éventuels pelléassismes pour revenir à une conception héritée de Rameau et Couperin. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 mars 2018 | Genuin

Hi-Res Livret
13,49 €
8,99 €

Quatuors - Paru le 16 février 2018 | Calliope

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
« [...] Le Quatuor Joachim semble s'être montré particulièrement soucieux du travail des sonorités, mais sans aucun maniérisme, et de précision rythmique et polyphonique. Avec cela, il conserve toujours un style chambriste. Le son est allégé, même dans les moments les plus puissants comme le finale de Ravel. Dans les passages les plus complexes, l'auditeur n'a jamais l'impression d'un texte abscons tant le tissu est clair et le discours bien mené.» (Classica, février 2018 / Jacques Bonnaure)
16,49 €
10,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 février 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le jeu de la violoniste moldave Patricia Kopatchinskaja ne laisse pas indifférent, tant il se détache de celui de mille et un collègues plus « lisses » et plus consensuels. Il suffit pour cela d’écouter son explosive lecture de Tzigane de Ravel, où elle ose tout et même le reste : résultat extravagant, mais en vérité, elle est parfaitement à la mesure absolue de la partition, que bien trop de violonistes jouent de manière « proprette » : après cette écoute, vous ne voudrez jamais plus entendre autrement Tzigane. Kopatchinskaja murmure, rage, rêve, s’évanouit, écorche, surgit, explose, caresse, griffe, ondule, siffle, gifle, le tout pendant les quelque dix minutes que dure ce morceau de bravoure, d’humour et surtout de provocation. Sans doute Bartók, peu farceur, ne pouvait-il pas trop goûter l’allusion pseudo-hongroise de Ravel – n’ayant pas compris que le compositeur français ne faisait que mettre une bombe dans le pseudo-hongrois-tzigane à la viennoise –, à en juger par sa Deuxième Sonate pour violon et piano, dogmatiquement magyare et bartókienne à la fois, un morceau assez râpeux, il faut bien le dire. Beaucoup moins râpeuse est la somptueuse Sonate de Poulenc, écrite en 1943, au ton parfois tragique – même si le facétieux Poulenc fait sa Résistance personnelle en intégrant, dans chacun des trois mouvements, une citation voilée de Tea for Two, chanson interdite sous l’Occupation. En guise de respiration (pour la violoniste), la pianiste Polina Leschenko nous offre la courte mais efficace Valse d’après Coppélia de Dohnányi, petit clin d’œil franco-hongrois s’il en est, en prélude au plus grand qu’est Tzigane en couronnement d’album. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 février 2018 | Accentus Music

Hi-Res Livret