Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 22 janvier 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
« [...] le Trio Wanderer propose une confrontation lumineuse entre l’œuvre du maître allemand dans sa maturité et la plume impétueuse de ses premières pages musicales. Alors que nous connaissons mieux la seconde version du Trio op. 8 – retravaillée en 1890 par un compositeur assagi – les Wanderer s’attachent à la truculente version originale, créée en 1855. Brahms la taxait de « mauvaise », sans toutefois la brûler. Le choix est osé et assumé. Les musiciens bravent les maladresses d’écriture, donnent de l’élan aux longueurs amoureuses grandiloquentes, croquent avec fièvre les jaillissements éparpillés. Les enjeux sont tout autres dans le magistral Quatuor avec piano en do mineur. Secrète et poignante confession d’un homme rattrapé par ses démons [...], le chef-d’œuvre se débarrasse des notes superflues et dévoile un discours intérieursombre et cérébral, d’un dramatisme contenu. Les Wanderer se font amoureux frissonnants, arrogants aux torses bombés, vieux barbus introvertis, hommes rongés par les sentiments… Ils incarnent tous ces personnages et leurs états d’âmes, posent des images fantastiques. Leur manière est très vocale, tant dans les contrastes de timbres, d’attaques, que dans l’unité du phrasé, la liberté des tempos et des impulsions rythmiques.» (Diapason, mars 2016 / Claire Wyenicki)