Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Sous le concept "Nocturnes", la pianiste ukrainienne parcourt les émotions de la nuit à travers un programme français (Debussy, Satie, Decaux, Fauré, Ravel). Natacha Kudritskaya possède le sens de la mise en scène. Son interprétation, tour à tour éclatante, inquiétante, questionnante, violente, tendue, fait soudain place à l'épure irisée, au dépouillement en restant toujours expressive et passionnante.
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 3 novembre 2015 | Fuga Libera

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Fuga Libera

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 13 avril 2018 | Fuga Libera

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Des œuvres « françaises » (Ysaÿe étant quand même Belge…) des années 1877 pour la Première Sonate de Fauré jusqu’à Extase d’Ysaÿe de 1908, voilà ce que nous propose la violoniste française Aténik Khourdoïan, une habituée désormais du Concertgebouw d’Amsterdam, du Philharmonique de Radio-France, de l’Orchestre de Marseille, de la Roque-d’Anthéron, de la Grange du Meslay, du Festival d’Aix-en-Provence, de France-Musique et de France-Culture – dont on précisera également qu’elle est premier violon solo de la Monnaie de Bruxelles. Son choix illustre tout un pan de la création hexagonale d’alors, celle qui reste résolument à l’écart de la route tracée un peu « dans son coin » par Debussy, puisque Saint-Saëns, Fauré et Ysaÿe resteront toujours dans le giron du romantisme français d’écriture rigoureuse, si l’on veut. On appréciera à sa juste valeur l’exploit d’Aténik Khourdoïan dans le Caprice en forme de valse de Saint-Saëns, dans la délirante transcription signée Ysaÿe. Voilà une superbe carte de visite pour cette violoniste dont on n’a pas fini d’entendre parler. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 31 janvier 2020 | Azul Music

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - À paraître le 28 février 2020 | Azul Music

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 14 février 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Ses minauderies perpétuelles et son extravagance peuvent agacer comme subjuguer ses auditeurs. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Patricia Petibon ne laisse personne indifférent et ce n’est pas son nouvel album qui mettra fin aux divisions. Consacré à l’amour, la mort et la mer, il propose 22 escales à travers poètes et musiciens ayant chanté l’un ou l’autre, voire les trois ensemble. C’est le marin compositeur Jean Cras qui nous embarque pour ce voyage au long cours où les époques et les styles se confrontent et se complètent. Fauré est au coude à coude avec John Lennon, alors que Poulenc côtoie Yann Tiersen. Cet éclectisme bienvenu comporte quelques perles, comme Le Chant des lendemains, une mélodie composée par Thierry Escaich sur un poème d’Olivier Py, qui le chante en duo avec Patricia Petibon. Au piano, Susan Manoff est la complice souriante de cette cantatrice décalée qui aime faire voler en éclats ce que le récital peut avoir de figé. Autour d’elles, l’accordéon de David Venitucci, la cornemuse irlandaise de Ronan Le Bars et les percussions de Philippe Marchand, alias Yula S, donnent de la couleur à l’ensemble, sans oublier les cris gutturaux de la Petibon et les bruitages incluant la mer et les cormorans. Plus vrai que nature. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Après un premier album consacré à de rares musiques de scène composées par Gabriel Fauré, voilà qu’Ivor Bolton et son Orchestre Symphonique de Bâle poursuivent l’exploration de la musique de Fauré qui n’aura désormais plus guère de secrets pour eux. On retrouve dans cet enregistrement la luminosité de l’orchestre helvétique dans quelques pages concertantes du compositeur français, sa Berceuse et la Romance pour violon et orchestre, la célèbre Elégie pour violoncelle et la Ballade pour piano et orchestre. Respectivement premier violon et premier violoncelle solos de l’orchestre bâlois, Axel Schacher et Antoine Lederlin sont également membres du Quatuor Belcea. Quant au pianiste suisse Oliver Schnyder, il poursuit une carrière internationale en tant que soliste et chambriste, en particulier avec le Oliver Schnyder Trio qu’il a fondé en 2012 à Zurich. Le reste de l’album est consacré à la limpide suite d’orchestre Masques et bergamasques et à la célèbre Pavane Op. 50 dans sa version purement instrumentale. La véritable découverte de cet enregistrement est l’extrait d’une Symphonie en fa majeur que Fauré n’a pas désiré faire figurer dans son catalogue. Longtemps connu dans une transcription pour piano à quatre mains, cet « allegro » a été enregistré grâce à la nouvelle édition des œuvres de Fauré par l’éditeur allemand Bärenreiter, comme d’ailleurs l’ensemble du disque, réalisé d’après les dernières recherches musicologiques. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 21 janvier 2013 | Masterworks

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 30 août 2019 | Paraty

Hi-Res
Dans ce nouveau programme, le Duo Palissandre - Vanessa Dartier & Yann Dufresne - vous propose une mosaïque d’œuvres reflétant une esthétique française singulière qui se transforme au fil des siècles : le raffinement de la musique baroque pour clavecin du grand théoricien et humaniste Jean-Philippe Rameau dans deux extraits de la Nouvelle Suite en la ; la trop rare musique classique du compositeur et guitariste clermontois Antoine de Lhoyer dans un de ses chefs-d’œuvre : l’Opus 31 No. 3 pour deux guitares ; une transcription de la suite Dolly, la seule pièce de Gabriel Fauré écrite pour piano quatre mains, dans laquelle on peut apprécier tout son génie harmonique et son talent de mélodiste ; le célébrissime Clair de lune, extrait de la Suite bergamasque de Claude Debussy, compositeur emblématique du renouveau de la musique française du XXe siècle ; la Toccata de Pierre Petit, œuvre dédiée au duo de guitare historique Presti-Lagoya, pièce rondo parsemée d’hommages aux compositeurs qui l’ont marqué en cette fin de XXème siècle : Gershwin, Stravinsky. © Paraty
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 mai 2018 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 31 mai 2019 | Paraty

Hi-Res Livret
Après plus de trente années d’intense activité, le répertoire que notre quatuor a aimé, exploré et défendu, est particulièrement vaste. Plusieurs singularités s’y expriment, et l’une d’entre elles se trouve mise en lumière dans cet enregistrement : notre passion pour le répertoire avec voix. Les très riches histoires du quatuor à cordes, de la mélodie française et du lied germanique sont souvent parallèles, mais curieusement ne se sont qu’extrêmement peu croisées (Schoeck, Wellesz, Schoenberg, Eisler, Hindemith, Milhaud qui ont écrit pour voix et quatuor ne sont pas les auteurs les plus demandés). Aussi nous abordons certains cycles grâce à des transcriptions que nous commandons ou que nous réalisons nous-même (Haydn, Schumann, Dvořák, Brahms, Mahler). En réponse aux riches couleurs harmoniques de Berlioz, le quatuor à cordes de Gabriel Fauré, son intimité toute symboliste, son harmonie si finement ciselée, « sa pensée épurée jusqu’au seuil de l’abstraction et de l’évanescence » (Jean Chantavoine, Le Ménestrel, 19 juin 1925), s’est imposé. En regard des Nuits d’été et afin de poursuivre notre singulier parcours poétique avec Jean-Paul Fouchécourt, notre cher partenaire de quintette nous a proposé la vision fauréenne du Lamento de Gautier (Fauré garde le titre original "La chanson du pêcheur" alors que Berlioz choisit "Sur les lagunes"). Pour développer ce dialogue à distance entre les deux compositeurs nous est venue l’envie de confronter le Clair de lune de Paul Verlaine par Fauré à celui de Gautier par Berlioz (Au cimetière). Ainsi est né "Clairs de lune", album au titre plus poétique, plus onirique que musical, album très personnel de notre quatuor, un programme amoureux de la mélodie pour voix et quatuor à cordes. © Paraty
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 23 septembre 2016 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Bâti autour de la Sonate de Franck pour violon et piano – dans une transcription signée Jules Delsart et avalisée par le compositeur ; on notera que la partie de piano ne bouge pas, seul le violoncelliste transpose une ou deux octaves plus bas, ce qui offre des équilibres tout à fait différents et met en lumière bien des aspects des chacune des parties que la clarté sonore du violon gomme parfois – et de la rare Sonate pour violoncelle seul d’Eugène Ysaÿe, le programme de la violoncelliste Camille Thomas avec Julien Libeer au piano est une conversation autour de la musique belge et française de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. La Sonate de Franck, explique la jeune virtuose, renvoie au monde de Proust, de sorte que les deux compères ont souhaité compléter le programme d’œuvres de leurs contemporains qui auraient pu être joués dans les salons mondains de l’époque. Des « madeleines » musicales donc offrant une vue d’ensemble du romantisme francophone avec toutes ses ambiguïtés : la séduction immédiate vs. la construction rigoureuse à l’allemande, des notions bien plus mêlées que ce que l’on croit dans ce répertoire. Nommée aux Victoires de la musique dans la catégorie « Révélation soliste instrumentale » cuvée 2014, la violoncelliste franco-belge Camille Thomas a été choisie par la radio musicale de la RTBF pour représenter le pays au Concours de l’Union européenne de la radio-télévision où elle a remporté le Premier prix et la distinction « Talent of the Year ». Quant au pianiste Julien Libeer, il a étudié auprès de Maria João Pires, et il se produit dorénavant avec l’Orchestre National de Belgique, le Philharmonique de Bruxelles, le Sinfonia Varsovia ou encore le New Japan Philharmonic. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 11 octobre 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 1 février 2013 | Masterworks

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 25 février 2015 | Masterworks

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 13 octobre 2017 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Comme toujours, l’immersion dans toutes les strates d’une oeuvre permet de recréer un monde, avec son esprit, ses couleurs, ses parfums, ses idiomes, ses idéaux, et d’en mieux saisir les évolutions, les singularités et les sources d’inspiration. Le pianiste Philippe Cassard est bercé depuis son enfance par la musique de Gabriel Fauré et joue désormais la quasi totalité de son répertoire. Le pianisme caressant de la Ballade évoque ces touches noires que Chopin chérissait. La partie centrale du Nocturne n°2 semble surgir d’une Bunte Blätter de Schumann. Celle du Nocturne n°4 fait penser à l’extase de Tristan et Isolde, de Wagner. La Fantaisie, composée par un homme de presque soixante-quinze ans atteint de surdité, fascine par sa vigueur, son énergie inépuisable, sa luminosité et les arabesques cristallines du piano. Le Prélude de Pénélope est une page impressionnante, grandiose, d’un souffle exceptionnel. Voici un formidable hommage à Gabriel Fauré ; cet aristocrate du phrasé, ce lyrique éperdu, cet amoureux de poésie aura tracé un sillon affranchi des dogmes, que les interprètes du monde entier empruntent désormais avec ferveur. © La Dolce Volta« Épaulé par Jacques Mercier à la subtile direction, le pianiste se montre dynamique et détendu mais toujours transparent, « sans rien qui pèse ou qui pose ». Dans les Nocturnes n° 1 et n° 2, encore marqués par le romantisme, comme dans ce n° 11, tellement plus émacié mais où il convient d’éviter toute sécheresse, Philippe Cassard fait preuve d’une parfaite alliance de force et de délicatesse.» (Classica, novembre 2017)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Si Le Secret est bien le titre d’une mélodie que Gabriel Fauré composa sur un poème assez mièvre d’Armand Silvestre, il ne semble pas qu’elle ait inspiré le titre du présent album intitulé « The Secret Fauré », pris plutôt dans une acception de rareté et d’intimité. Ivor Bolton, à la tête de l’Orchestre Symphonique de Bâle dont il est le directeur artistique, propose un choix très subtil constitué d’extraits de musiques de scène ou pour la scène : Caligula, Pénélope, Shylock, Pelléas et Mélisande, mélangées à quelques mélodies orchestrées par Fauré ou plus probablement par ses amis, tel Charles Koechlin. La soprano russe Olga Peretyatko, nouvelle reine internationale du bel canto, prête sa voix à l’art si discret de Fauré. Oubliées ses nombreuses Traviata de Berlin, du MET ou de Vienne, au profit d’un chant d’une pudique limpidité. À ses côtés, le ténor Benjamin Bruns et le chœur de femmes Balthasar Neumann complètent ce disque qui consacre un certain esprit français vu d’ailleurs, fait d’un mélange d’insouciance, d’élégance discrète et d’un je-ne-sais-quoi de futilité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 28 janvier 2013 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Chacun avec son style propre et ses couleurs particulières, Bizet, Fauré, Debussy et Ravel ont su porter un regard émerveillé sur le monde de l’enfance. Dans leurs œuvres pour piano à quatre mains dédiées à l’univers enfantin, qui sont bien autre chose que de simples pièces de salon, ils transportent l‘auditeur dans le pays du rêve tendre, voluptueux, touchant et vrai.