Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Classique - Paru le 13 avril 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Classique - Paru le 10 février 2017 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES4,99 €
CD3,49 €

Classique - Paru le 13 juin 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES6,99 €
CD4,99 €

Classique - Paru le 18 juin 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES11,99 €15,49 €(23%)
CD8,49 €10,99 €(23%)

Classique - Paru le 31 janvier 1971 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES11,99 €15,49 €(23%)
CD8,49 €10,99 €(23%)

Classique - Paru le 28 mars 1974 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES15,49 €21,49 €(28%)
CD10,99 €14,99 €(27%)

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Et pourquoi pas, s’il vous plaît, coupler le Concerto pour violon de Brahms avec le Premier de Bartók ? Certes, l’assemblage est probablement une première dans le domaine discographique, mais après tout, Brahms et Bartók partagent une même recherche de filiation magyare – celle de Brahms provient plutôt des traditions tziganes-viennoises que purement hongroises, mais le cœur y est – ainsi, et c’est le plus important, que cette tendance à la phrase mélodique ample, infinie, que le violon est si apte à dérouler, bien plus que le piano par exemple. Par ailleurs, seuls trente petites années séparent les deux ouvrages : 1878 pour l’un, 1908 pour l’autre… Le Concerto de Bartók vient avec sa petite histoire : le compositeur l’avait offert en cadeau d’amour (pas réciproque…) à la jeune Stefi Geyer, qui garda la partition par-devers elle jusqu’à sa mort sans jamais la jouer. Entre-temps, Bartók avait écrit un autre concerto trente ans plus tard, dont un pensa longtemps que c’était le seul et unique dans son genre. Le « premier » concerto ne fut créé qu’en 1958 sous la houlette de Paul Sacher. Pour le présent enregistrement avec Antonio Pappano, la violoniste-star néerlandaise Janine Jansen (*1978), autant à l’aise dans le grand répertoire concertant (on lui doit un autre couplage inédit : le Concerto de Beethoven côtoie celui de Britten !) que dans le monde de la musique de chambre dans lequel elle évolue avec passion ; elle joue un Stradivarius de 1727. Le Brahms a été enregistré en public à Rome en février 2015, le Bartók à Londres en août 2014. © SM/Qobuz« En une seule phrase, celle de son entrée après le tutti introductif du concerto de Brahms, Janine Jansen promet un voyage exaltant. Dès qu'elle prend la parole, on tend l'oreille, attentif à la respiration de son chant. Cet élan naturel, qui ne force jamais le trait, évoque irrésistiblement Milstein, c'est tout dire. Au-delà d'une maîtrise instrumentale princière, et des timbres célestes d'un précieux Stradivarius de 1727 qu'elle exploite dans toutes les tessitures et toutes les nuances, la soliste habite chaque ligne d'un mélange de verve et de grâce qui fait parler le moindre détail. [...] Janine Jansen remet en lumière le Concerto n° 1 de Bartók. [...] Elle s'y montre, là encore, envoûtante, trouvant dans la ferveur et la poésie troublée de cette page un terrain tout aussi propice à l'expression de son tempérament et de son art. Splendide.» (Diapason, mars 2016 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES15,49 €21,49 €(28%)
CD10,99 €14,99 €(27%)

Classique - Paru le 26 février 2016 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Il n’y a pas à chipoter : la Fantaisie sur un thème de Tallis de Vaughan Williams est l’une des plus somptueuses pièces qui soit pour orchestre à cordes, de tout le répertoire planétaire. C’est du violon que Pinchas Zukerman mène ce chef-d’œuvre à la tête du Royal Philharmonic, ainsi bien sur que l’une des autres grandes réussites de Vaughan Williams, The Lark Ascending (« L’Envol de l’alouette ») pour violon solo et orchestre à cordes. Autre grand tube britannique, Salut d’amour d’Elgar, que le tout jeune musicien avait écrit en 1888 pour son épouse (sous le titre germanisant Liebesgruss, que l’éditeur de la version pour violon solo et cordes changea en un plus gaulois salut d’amour…). La truculente Sérénade pour cordes du même Elgar, encore un immense succès, permet au Royal Philharmonic de déployer ses juteuses mais toujours transparentes sonorités de cordes. La musique anglaise pour cordes du tournant du XXe siècle, voilà un merveilleux répertoire, pas encore moderne, déjà plus vraiment romantique, d’une immense fraîcheur, qu’il convient de ne jamais négliger. Enregistré à Londres en septembre 2015. © SM/Qobuz« [...] La Fantaisie d'après Tallis trouve dans cette version de 1920 son expression la plus spontanée et la plus intense. Le Royal Philharmonic y respire dans son aire avec une suave aisance. Zukerman est venu à Elgar via l'hypnose que lui procura l'écoute de son Concerto pour violoncelle par Jacqueline du Pré. Il aime tout particulièrement diriger sa musique et cela s'entend dans la maîtrise du geste directionnel plein et dense, tout en restant d'une souplesse et d'un lyrisme achevés. La Sérénade, Op. 20 comme la virtuose Introduction and Allegro laisse à nouveau se déployer toute une science orchestrale dont Zukerman se montre le guide charismatique. [...] Pour qui ne connaît rien à ce monde musical, c'est une introduction parfaite, pour les autres, il y a une place dans votre discothèque pour ce disque mâle, sans guimauve et fort bien enregistré.» (Classica, septembre 2016 / Xavier de Gaulle) 
HI-RES15,49 €21,49 €(28%)
CD10,99 €14,99 €(27%)

Classique - Paru le 8 juin 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
En baptisant son album « The Golden Age » (« L’Age d’or »), le violoniste Ray Chen souhaitait évoquer une époque où les violonistes Fritz Kreisler et Jascha Heifetz parcouraient le monde tandis que l’encre des partitions de Claude Debussy, Erik Satie, Max Bruch, Cyril Scott et George Gershwin était à peine sèche. Chen a conçu son bouquet comme une grande effloraison majeure bordée de fleurs plus petites, mais dont la taille cache souvent une perfection des plus exquises. Ainsi le Premier Concerto de Max Bruch, un ouvrage certes majeur mais musicalement très classique de 1866, est-il entouré de quelques perles de Gershwin, Ponce ou Scott réécrites par Heifetz et Kreisler, sans oublier les délicieux clins d’œil de Stephan Koncz (né en 1984) à Satie dans The New Satiesfaction ou Debussy dans sa réécriture du Clair de lune. C’est Stephan Koncz lui-même, par ailleurs violoncelliste au Philharmonique de Berlin, qui tient la partie de violoncelle dans les réécritures pour quatuor à cordes. Quant à Ray Chen, il remporta en 2008 le Concours Menuhin et l’année suivante le Concours Reine Elisabeth de Bruxelles, deux somptueux sésames pour la grande carrière internationale qu’il mène désormais en inséparable compagnie du Stradivarius ayant appartenu à Joseph Joachim. © SM/Qobuz
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 27 septembre 1972 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 22 mai 1970 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 2 février 1970 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 1976 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 1971 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Un album festif avec la voix ailée et si bien timbrée de la jeune soprano russe Julia Lezhneva. Comme le temps des voix russes lourdes et capiteuses semble bien éloigné ! La cantatrice lance ses aigus avec une hardiesse qui fait mouche dans Vivaldi, Handel, Porpora et dans cet Exsultate, jubilate que Mozart écrivit pour le castrat Rauzzini en 1773. L'Ensemble Il Giardino Armonico dirigé par Giovanni Antonini lui donne la réplique avec une maestria toute italienne. FH
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret