Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 janvier 2019 | Ramée

Hi-Res Livret
La jalousie, la tendresse, la solitude, la passion, l’inaccessibilité, le désir, la sensualité, la frustration, l’amour, la luxure et la perte sont tous présents, selon différentes combinaisons, dans Ossesso. Les maîtres anciens nous font partager leurs expériences de façon douloureusement imagée. Tromboncino et Gesualdo témoignent d’une tendance aux émotions obsessionnelles, dans leur musique comme dans leur vie, et précèdent ainsi Phil Spector, Sid Vicious ou Bertrand Cantat. Voici une sélection de madrigaux d'amour et d'affliction résolument touchants qui illustrent la gamme complète des sentiments et des émotions de leurs compositeurs, que ce soit à la fin du Moyen Âge ou à la Renaissance, entrecoupés de quelques pièces instrumentales. © Outhere Music
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2012 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Pièces de Dalza, Encina, Escobar, La Torre, Ribera, Fernandez, Ghiselin, Anchieta... / Arianna Savall (voix, harpe, perc.) - Petter Udland Johansen (voix, violon, perc.) - La Morra
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 mai 2013 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 11 mars 2016 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
L’ensemble helvétique La Morra, fondé en 2000 par la flûtiste et claveciniste suisse Corina Marti et le luthiste polonais Michal Gondko, et dont le nom se réfère à la célèbre œuvre instrumentale de Heinrich Isaac, s’est spécialisé dans l'interprétation de la musique européenne du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Il rend ici hommage au pape Léon X, fils de Laurent le Magnifique – un Médicis –, grand protecteur des arts même s’il n’hésita pas, pour alimenter entre autres ses fastueuses fêtes, à vendre force indulgences et charges ecclésiastiques, mais cela nous aura entre autres donné nombre de tableaux de l’un de ses protégés, Raphaël. L'ensemble renforce son effectif habituel (clavecin, luth, viole, flûte) avec cinq voix masculines pour illustrer les polyphonies de Josquin, Mouton, Bruhier et Isaac. Le pape lui-même n’hésitait pas à toucher à la musique, ainsi qu’en témoignent quelques pièces de sa main ici enregistrées. Hormis les orfèvres, les musiciens, venus de toute l’Europe, étaient les artistes les mieux payés de la caisse papale. L’enregistrement offre quelques œuvres de compositeurs de l’entourage du pape : Antoine Bruhier, Heinrich Isaac, Elzéar Genet, Bernardo Pisano, tout un pan de pièces écrites pendant le premier quart du XVIe siècle – Léon papisa de 1513 à sa mort en 1521. Pièces sacrées, mais aussi pièces profanes conçues pour les appartements privés du souverain pontife, alternent entre ensemble vocal d’une part, chant accompagné au luth ou même pièces purement instrumentales d’une autre. Plongez au cœur de la fin du Moyen Âge italien, une époque aussi trouble et violente qu’elle fut flamboyante et flambeuse. © SM/Qobuz« [...] La sensibilité particulière du pape Leo – son nom latin, qui se traduit par « le lion » – à l’égard de la musique inspire à La Morra un tour d’horizon lumineux. [...] Les timbres droits et sobres des chanteurs, qui se mélangent en une ronde harmonie, servent à la perfection la somptueuse austérité des extraits des rares Lamentations de Jérémie de Carpentras (le maître de chapelle du pape, dont les œuvres sont précieusement conservées à la bibliothèque vaticane) et de Pisano, chanteur de la chapelle Sixtine : autant de perles dénichées dans une vingtaine de manuscrits et d’imprimés de ce XVIe siècle naissant. [...] La musique instrumentale, spécialité maison du collectif bâlois, n’est pas en reste [...] Les instruments se marient dans une splendide variété de sonorités, percutantes ou suaves, avec un équilibre minutieux. S’y ajoute une pincée de solos de luth et de clavecin par les deux fondateurs de l’ensemble, juxtaposant la finesse d’un Da Milano à l’énergie presque exubérante d’un Cavazzoni, qui préfigure l’école vénitienne de clavier.» (Diapason, avril 2016 / Jacques Meegens)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2012 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 mai 2012 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Le terme « Division-Musick » est utilisé au 17e siècle pour décrire un style improvisatoire de diminution typiquement anglais. Les musiciens utilisent de courtes mélodies de basse appelées grounds comme base pour des diminutions complexes et virtuoses : commençant avec des mélodies simples et lentes sur une mélodie de basse, elles s’achèvent dans des diminutions très rapides et virtuoses après un nombre variable de répétitions de la mélodie. Les chanteurs comme les instrumentistes pratiquent cet art de la diminution, mais l’instrument préféré pour les diminutions est à l’époque la division viol. Cet enregistrement a pour but de donner un aperçu de la virtuosité anglaise durant la période baroque.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 septembre 2015 | Ramée

Hi-Res Livret
Et qu’est-ce donc, demanderez-vous fort justement, qu’une « brunette », hormis ce que l’on soupçonne déjà ? Rien de plus qu’une brunette, une petite dame aux cheveux bruns… mais par effet de métonymie, les paroles d’une célèbre chanson de l’époque Le beau berger Tircis (« Ah ! Petite brunette, tu me fais mourir ») ont donné leur nom à des pièces musicales vaguement inspirées de ces thèmes arcadiens. Les Brunettes anciennes et modernes appropriées à la flûte de Michel Pignolet de Montéclair datent de 1695, les Suites de Pierre Philidor de 1717 ; quant aux deux flûtistes qui nous permettent de découvrir ces adorables duos pour flûtes traversière, la Québécoise Marie-Céline Labbé et l’Autrichienne Marion Treupel-Franck, toutes deux disciples à divers moments de Bartold Kuijken, elles jouent ici des copies modernes d’instruments de Jean-Hyacinthe Rottembourg dont les originaux datent des années 1730. Des sonorités tendres et émouvantes pour une musique qui nous ramène dans cette France royale du début du XVIIIe siècle, férue de pastorales, de bergers et de bergères… © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 24 septembre 2013 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 février 2014 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | Ramée

Hi-Res Livret
Avec l’aide de Cupidon, le sculpteur Pygmalion donne vie à sa création bien-aimée. Cet enregistrement nous offre deux versions de cette célèbre histoire. Le fameux opéra en un acte Pigmalion de Jean-Philippe Rameau, où le deus ex machina répond aux désirs de Pygmalion, est suivi de la petite perle méconnue de Georg Benda, qui porte le même nom : un monodrame saisissant pour voix parlée et orchestre où nous pouvons imaginer le sculpteur traversant un conflit intérieur entre désir et réalité. L’étoile montante Korneel Bernolet dirige son Apotheosis Orchestra et une équipe de jeunes partenaires : le haute-contre canadien Philippe Gagné campe le passionné Pygmalion dans l’opéra-ballet de Rameau, Lieselot De Wilde tient le rôle de sa femme Céphise et Caroline Weynants celui du divin Amour. Morgane Heyse assure le rôle de la statue enchantée dans les deux oeuvres. Le basse-baryton allemand Norman D. Patzke fait ses débuts comme acteur dans un rôle parlé dans le monodrame de Benda. © Ramée/Outhere
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - À paraître le 8 novembre 2019 | Ramée

Hi-Res Livret
HI-RES20,99 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 12 octobre 2018 | Ramée

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Quatre siècles après leur publication en 1610, les Vêpres de Monteverdi causent encore bien des soucis aux interprètes ; l’ouvrage, très composite et hétéroclite, devait-il être donné en entier, ou bien la partition était-elle une sorte de self-service ? Les indications portées par le compositeur lui-même sèment le doute, puisqu’il est par exemple indiqué que l’on peut se passer des ritournelles instrumentales. Sans oublier que le déroulement de la liturgie faisait appel à tel ou tel numéro, tel passage de la Bible, en fonction du calendrier, alors que les Vêpres semblent être conçues sans liturgie précise… Voici donc un enregistrement de cet immense chef-d’œuvre « sans les instruments concertants », autrement dit sans les passages purement instrumentaux – la version la plus élaborée ferait appel à une quinzaine d’instrumentistes –, tandis que les parties du chœur sont confiées à des voix solistes plutôt que de grandes masses chorales. Il en résulte un ouvrage beaucoup plus intimiste, peut-être tel qu’on l’aurait entendu dans de moins grandes églises que par exemple Saint-Marc de Venise. Attention, « sans instruments concertants », ne signifie pas a capella ! Par conséquent on entend ici l’orgue, le luth, le clavecin, la sacqueboute, la viole de gambe et le cornet – ainsi que la phalange de chanteurs bien sûr – de l’excellent ensemble Ludus Modalis menés par le ténor Bruno Boterf. L’auditeur familiarisé avec la version en grand format aura sans doute l’impression de découvrir une nouvelle œuvre de Monteverdi. © SM/Qobuz