Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Piano solo - Paru le 24 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res
Clôturant un célèbre programme en deux parties consacré à Mozart et Chopin, qu'il a joué dans plus de 200 concerts à travers le monde, Lang Lang revenait en novembre 2013 au légendaire Royal Albert Hall de Londres pour deux récitals à guichets fermés, avec pas moins de huit rappels, battant ainsi le record d'Evgeny Kissin dans la même salle. Cet album de 120 minutes, qui englobe le récital complet, permet de revivre une expérience de concert inoubliable. Les trois premières sonates de Mozart captées ici au dernier récital de Lang Lang au RAH font également partie du nouvel album Mozart.
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
L’ « Année Beethoven » (1770-2020) a ceci de bon qu’elle oblige musiciens et éditeurs à faire preuve de créativité puisque toute l’oeuvre du compositeur a été enregistrée à tour de bras depuis plus d’un siècle. Saluons donc le deuxième volet du projet « Beethoven’s World » (Le monde de Beethoven) de Reinhard Goebel présentant trois compositeurs et deux premières mondiales au disque. Le violoncelliste-compositeur allemand Bernhard Romberg (1767-1841) ne comprenait rien à Beethoven qu’il trouvait excentrique et injouable, ce qui en dit long sur la difficulté de comprendre les novateurs. Son Concerto pour deux violoncelles en la majeur ne dépasse guère les conventions de son époque avec son mélange de virtuosité et de frivolité. Quant à Joseph Eybler (1765-1846), il fut l’ami de la famille Haydn et de la famille Mozart. C’est à lui que Constanze fit appel pour terminer le Requiem de feu son mari, tâche qu’il interrompit vite par respect pour Mozart. On lui doit un immense catalogue d’œuvres religieuses et beaucoup de musique de chambre. Son Divertimento « für die Faschingsdienstag » (Divertissement pour un mardi de carnaval), écrit en 1805, est de la même veine que les nombreuses danses écrites par Beethoven à la même époque. Le Symphonie concertante pour deux violoncelles d’Anton Reicha qui ouvre ce programme est moins rare au disque, et d’une toute autre nature. On y décèle une écriture plus dynamique mêlant adroitement les éléments virtuoses à un certain dramatisme. La qualité des œuvres de tels suiveurs et l’excellence de leur interprétation ne saurait toutefois masquer ce qui les sépare du génie unique et solitaire de Beethoven. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
L’ « Année Beethoven » (1770-2020) a ceci de bon qu’elle oblige musiciens et éditeurs à faire preuve de créativité puisque toute l’oeuvre du compositeur a été enregistrée à tour de bras depuis plus d’un siècle. Saluons donc le deuxième volet du projet « Beethoven’s World » (Le monde de Beethoven) de Reinhard Goebel présentant trois compositeurs et deux premières mondiales au disque. Le violoncelliste-compositeur allemand Bernhard Romberg (1767-1841) ne comprenait rien à Beethoven qu’il trouvait excentrique et injouable, ce qui en dit long sur la difficulté de comprendre les novateurs. Son Concerto pour deux violoncelles en la majeur ne dépasse guère les conventions de son époque avec son mélange de virtuosité et de frivolité. Quant à Joseph Eybler (1765-1846), il fut l’ami de la famille Haydn et de la famille Mozart. C’est à lui que Constanze fit appel pour terminer le Requiem de feu son mari, tâche qu’il interrompit vite par respect pour Mozart. On lui doit un immense catalogue d’œuvres religieuses et beaucoup de musique de chambre. Son Divertimento « für die Faschingsdienstag » (Divertissement pour un mardi de carnaval), écrit en 1805, est de la même veine que les nombreuses danses écrites par Beethoven à la même époque. Le Symphonie concertante pour deux violoncelles d’Anton Reicha qui ouvre ce programme est moins rare au disque, et d’une toute autre nature. On y décèle une écriture plus dynamique mêlant adroitement les éléments virtuoses à un certain dramatisme. La qualité des œuvres de tels suiveurs et l’excellence de leur interprétation ne saurait toutefois masquer ce qui les sépare du génie unique et solitaire de Beethoven. © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES9,49 €
CD6,49 €

Classique - Paru le 13 mars 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res