Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

204 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique, Leonard Bernstein et 24 bits / 96 kHz - Stereo
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Classique - À paraître le 6 septembre 2019 | LSO Live

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - À paraître le 23 août 2019 | Berlin Classics

Hi-Res

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | Sony Classical

Téléchargement indisponible
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 juin 2019 | Cypres

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | haenssler CLASSIC

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 17 mai 2019 | IBS Classical

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Navona

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 avril 2019 | CLAM Klang Records

Hi-Res
HI-RES29,98 €
CD19,98 €

Classique - Paru le 14 avril 2019 | Grong Musikkproduksjon

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 22 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 mars 2019 | Fuga Libera

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Comme toutes les rencontres, celle entre Leonard Bernstein et Maurice Ravel a son potentiel. Le mélange des rythmiques et de l’engagement chez l’un ou du raffinement mélancolique des palettes sonores chez l’autre est riche de promesses. Mais la question n’est-elle pas tant d’apprécier la rencontre que de comprendre ce qu’elle fait émerger ? C’est ce « quelque chose » de l'ordre de l’entre-deux que proposent d’explorer les musiciens du trio Zadig et l’oeuvre Asfar du compositeur Benjamin Attahir, nous offrant ainsi l’occasion d’éprouver ce qui, dans la démarche créatrice moderne, cherche à se jouer de la frontière et des limites stylistiques, en nous dévoilant de fertiles pays qui s’y cachent. © Outhere Music
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 22 février 2019 | Piano Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 7 décembre 2018 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Bernstein, Copland, Ives, Mahler, Strauss, Pärt, Duruflé, Messiaen, Martin, Liszt et Richard Rodgers, voilà les compositeurs honorés par Anne Sofie von Otter, accompagnée à l’orgue – là est l’originalité de l’album, outre l’éclectisme du répertoire – par Bengt Forsberg. Quelques collègues musiciens se joignent pour l’une ou l’autre piste : violon, violoncelle, harpe, alto et même guitare électrique pour l’aria de Mass de Bernstein. Détail touchant, l’orgue utilisé est celui de l’église Saint-Jacques de Stockholm, la même église dans laquelle la toute jeune Anne Sofie fit ses premiers pas vocaux comme membre du chœur d’abord, puis rapidement en soliste, notamment dans la Passion selon saint Jean. C’est aussi dans cette église qu’elle donna ses premiers concerts en tant que soliste voici plus de trente-cinq ans, précisément avec le même Bengt Forsberg. Le programme, alternant entre l’anglais, l’allemand et le français, avec une touche de latin pour les incursions dans le monde sacré. Et s’achève sur une quasi-improvisation d’après « Climb Ev’ry Mountain » de la comédie musicale The Sound of Music (en français : « La Mélodie du bonheur »), car Von Otter aime, depuis quelques années, franchir les barrières entre les époques et surtout les genres. © SM/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Tantara Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES25,99 €
CD22,49 €

Classique - Paru le 24 octobre 2018 | WM Japan

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | Orfeo

Hi-Res Livret
« American Concertos », … manière de parler ! Deux des trois compositeurs ici représentés sont nés en Europe, l’un en Hongrie, l’autre dans l’actuelle République Tchèque, respectivement Miklós Rózsa et Erich Wolfgang Korngold. Mais il est vrai que la majeure partie de leur carrière se déroula aux États-Unis, et que leurs concertos pour violon datent de leur exil états-unien, 1945 pour Korngold, 1953 pour Rósza ; par ailleurs, les deux ouvrages furent créés par rien moins que Jascha Heifetz, un beau passeport pour l’éternité. Plus spécifiquement états-unien, sans doute, est la Sérénade pour violon, cordes et percussion d’après le « Symposium » de Platon, écrite en 1954 par L. Bernstein et créée par Isaac Stern. Le compositeur y évoque en musique cinq discours en l’honneur d’Eros, où le violon caresse délicatement les lignes selon l’humeur d’Agathon, Aristophane, Pausanias et autres figures. L’album se referme, on est en droit de se demander pourquoi, par une œuvre qui n’a rien de rien d’un concerto pour violon : les Danses symphoniques de West Side Story de Bernstein. Sans doute l’Orchestre de Tampere voulait-il mordicus faire « son » « West Side » discographique. © SM/Qobuz.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 31 août 2018 | Champs Hill Records

Hi-Res Livret
Si le baryton britannique Thomas Allen est l’une des stars les plus demandées sur les scènes lyriques internationales, avec largement une cinquantaine de grands rôles à son répertoire, il n’en méprise pas pour autant d’autres genres moins prestigieux, du moins dans la sphère de l’opéra : Broadway et Hollywood des quelques décennies suivant les années 1940. On y joue à la corde raide entre « musiques sérieuse » et jazz, revue et comédie musicale, opérette et musical. George Gershwin, Cole Porter, Jerome Kern ou encore Kurt Weill, le Weill de New York, pas du tout celui de Berlin, car il y a un monde entre les deux. Selon Allen, qui ne voit pas de différence de respectabilité entre la planète lyrique et la scène de Broadway et Hollywood, « ces sons sont les égaux des répertoires habituels que l’on chante, il faut seulement trouver l’art et la manière de les chanter. Dans ces versions pour voix et piano, il se trouve une intimité intérieure que je m’attelle à découvrir ». Et nous faire partager, avec au piano Stephen Higgins et, pour quelques « songs », la complicité de Lucy Crowe – elle-même une spécialiste d’opéra baroque mais aussi de Richard Strauss ou Janáček ! Comme quoi les genres se mêlent et s’entrechoquent… Quant au titre de l’album, il emprunte celui de September Song de Weill, tiré de la comédie musicale de Broadway Knickerbocker Holiday de 1938 – sachant que Weill s’était installé à New York dès 1935, pour les tristes raisons que l’on sait. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Symphonies - Paru le 24 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik - 5 étoiles de Classica
La Deuxième Symphonie de Leonard Bernstein, « The Age of Anxiety », d’après le poème éponyme de W. H. Auden, est une œuvre de la relative jeunesse du compositeur-chef-d’orchestre, puisqu’elle date des années 1948-1949 – tout juste la trentaine donc. La symphonie se présente comme une suite de variations, mais non pas des variations à partir d’un thème initial. Non : chacune des variations reprend des éléments de la variation précédente, la varie à son tour, et ainsi de suite. On pourrait donc parler d’une forme de métamorphose ininterrompue. Comme on peut se l’imaginer, Bernstein mêle des éléments symphoniques classiques avec des éléments de jazz, en particulier dans la partie de piano solo – ici tenue par Krystian Zimerman, qui eut la chance de se produire maintes fois avec Bernstein. C’est à sa manière une sorte d’hommage pour le centenaire de la naissance du compositeur, d’autant que, selon ce qu’indique Zimerman dans le livret, Bernstein lui aurait demandé « s’il voulait bien jouer cette symphonie avec lui pour ses cent ans ». Promesse presque tenue, si ce n’est que l’orchestre est le Philharmonique de Berlin, le chef Sir Simon Rattle. © SM/Qobuz« Trente ans après l'avoir donnée avec Bernstein, Zimerman magnifie avec Rattle cette symphonie concertante, déambulation existentielle et nocturne trouée de silences. » (Diapason, décembre 2018)