Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Date : du plus récent au moins récent et filtré par Classique, Arno Piters et Channel Classics Records
HI-RES12,60 €18,00 €(30%)
CD8,39 €11,99 €(30%)

Classique - Paru le 23 septembre 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Le titre de cet album, qui comprend deux premières discographiques mondiales (Grunelius et Fischer) est emprunté à l’œuvre du compositeur et pianiste allemand Wilhelm von Grunelius ; l’inspiration de cet opus pour Flügelhorn (le bugle, en bon français), cordes et timbales provient du poème éponyme de Baudelaire – Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres / Adieu, vive clarté de nos étés trop courts. – Entre bugle et trompette, il n’y a qu’un pas que franchit allègrement le trompettiste-star néerlandais Wim van Hasselt, ancien trompettiste au Concertgebouw d’Amsterdam avant de se lancer dans une brillante carrière de soliste. Outre l’ouvrage de Grunelius, Hasselt propose la Sonate pour trompette et piano de Hindemith, un rare – et superbe – ouvrage d’un compositeur bien trop négligé, Karl Amadeus Hartmann, dont le Concertino pour trompette et sept instruments solistes de 1933 est un véritable chef-d’œuvre, sombre et ample, débordant de couleurs instrumentales noires en cette époque noire. L’album se referme sur une étonnante cantate de Iván Fischer, plus connu comme (très excellent d’ailleurs) chef d’orchestre : Eine Deutsch-Jiddische Kantate (« Une cantate allemande-yiddisch ») pour soprano, trompette et orchestre, inspirée de tournures yiddisch certes, mais tout autant inspiré de Hindemith et ses propres incursions dans le monde sacré, de Bach et de Kurt Weill. © SM/Qobuz