Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 août 2019 | Passacaille

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Voilà des enregistrements de concert qui offrent un démenti cinglant à la réputation de lenteur du grand Otto Klemperer. L’image du vieil homme hémiplégique dirigeant les symphonies de Beethoven avec une lenteur sépulcrale est balayée ici par ces deux versions de concert de la Symphonie n° 101 dite « L’Horloge » de Haydn et de la Symphonie n° 4 de Brahms enregistrées en concert à Munich en 1956 et 1957, à la tête de l’excellent Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise, un des meilleurs d’Allemagne. Ce Haydn-là est mordant et joyeux à souhait. Le Presto initial s’élance avec une alacrité pétillante qui donne le ton à tout l’album. Ce qui nous rappelle combien Otto Klemperer était, dans sa jeunesse, un chef toujours sur les barricades pour défendre la musique contemporaine et les grands œuvres du répertoire avec un sens du style où la grandeur le disputait à la vivacité. Sa conception de la Quatrième Symphonie de Brahms alterne une certaine massivité (Allegro giocoso) à une versatilité des tempos que n’osent plus les chefs d’aujourd’hui. Le Finale, par lui savamment construit, souligne la filiation entre Brahms et les grands contrapuntistes de l’histoire de la musique, le couronnement de cette écriture étant la citation d’une cantate de Bach et l’utilisation d’une passacaille sur laquelle s’échafaude tout ce magistral morceau. Pris dans un tempo relativement modéré en son début, le mouvement s’achève, comme Brahms l’indique sur sa partition (Più Allegro), dans un tourbillon fatal et libérateur. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
C’est en 1774 que Joseph Haydn fait graver son premier opus pour clavier seul et que Mozart aborde à son tour ce genre musical. Les cinq sonates présentées ici datent toutes des années 1773-1783, décennie qui va voir très vite le pianoforte devenir le medium favori d’un nouveau style d’écriture pour le clavier, au détriment du clavecin. Restait à trouver l’instrument pour parler cette langue nouvelle : le pianoforte allemand de la fin du XVIIIe enregistré par Jérôme Hantaï nous fait entendre une voix unique, expressive et chantante. © Mirare
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Musideco Classical

Hi-Res
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Evidence

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Cantus Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 4 juillet 2018 | DLM

Hi-Res Livret
HI-RES12,24 €17,49 €(30%)
CD8,74 €12,49 €(30%)

Classique - Paru le 13 avril 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Par un chassé-croisé organisé par les impénétrables voies du marché, un pianiste français enregistre tous ses disques en Angleterre (Jean-Efflam Bavouzet chez Chandos) alors qu’un pianiste anglais, Paul Lewis, enregistre les siens pour le label français harmonia mundi. Ils partagent tous les deux un véritable amour pour Haydn. Si le Français enregistre des sonates du compositeur autrichien depuis ses débuts, Paul Lewis a attendu d’avoir assimilé les trente-deux Sonates de Beethoven et celles de Schubert pour revenir à la source même de ce répertoire. Pour son premier album consacré uniquement à Haydn, il a choisi quatre sonates, 32, 40, 49 et 50, lui permettant de déployer tout son registre expressif en délaissant une fois pour toutes le côté dépréciatif de « Papa Haydn » dont on a trop longtemps affublé ce génial inventeur de musique. Sous les doigts de Paul Lewis la musique de Haydn n’est pas celle d’un précurseur, aussi génial soit-il, mais bien celle d’un classique viennois qu’il interprète avec une grande échelle de nuances, une sonorité fluide d’une belle beauté plastique, faisant chanter le clavier en soulignant le côté espiègle et joyeux de Haydn aussi bien que sa mélancolie passagère. © François Hudry/Qobuz
HI-RES13,41 €
CD8,91 €

Classique - Paru le 26 mars 2018 | Melodiya

Hi-Res Livret
Une seule tête avec deux corps, c’est en ces termes que la pianiste Ludmilla Berlinskaya évoque le duo très fusionnel qu’elle forme avec son mari, le pianiste français Arthur Ancelle à la ville comme aux pianos. Leur complicité a produit plusieurs enregistrements pour le label russe Melodiya avec des œuvres de Tchaïkovski, Prokofiev, Liszt et Saint-Saëns. Changement total pour ce dernier album proposant une nouvelle fois Arthur Ancelle en solitaire. Après un premier disque en solo consacré aux quatre Ballades de Chopin et aux œuvres pour piano de Dutilleux, le voici dans trois sonates de Joseph Haydn dont on ne dira jamais assez l’importance dans l’histoire de la musique, comme inventeur des formes et d’un nouveau langage s’émancipant du baroque pour fonder ce qu’on appellera le classicisme. Les Sonates n° 30 et 31 datent toutes deux de 1768 et frappent par la nouveauté de leur conception, le disque se termine avec l’ultime sonate de Haydn (n° 62) composée en 1794 et qui ouvre la porte d’un monde nouveau, servant largement de modèle au jeune Beethoven. Arthur Ancelle, qui s’est longuement questionné sur les enjeux de cette musique, en fait ressortir à la fois tout le mordant, l’humour, la nouveauté, la virtuosité ébouriffante, l’humour quelquefois totalement débridé et l’expression de sentiments mêlés de noblesse et de mélancolie. © François Hudry/Qobuz
HI-RES12,59 €17,99 €(30%)
CD8,39 €11,99 €(30%)

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | L'Encelade

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 22 septembre 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Dans le cadre de l’Académie du Jardin des Voix qui se tient environ tous les deux ans depuis le début de ce siècle, une demi-douzaine de jeunes chanteurs soigneusement sélectionnés bénéficient d’une formation intensive et personnalisée dispensée par William Christie et Paul Agnew. Le Jardin des Voix offre également à ces jeunes talents l’occasion d’effectuer avec Les Arts Florissants une grande tournée internationale, dont voici un enregistrement réalisé – en public, s’entend – en mars 2017 à Melbourne en Australie. Cette année, le programme, une sorte d’immense « pasticcio », explorait le monde de l’opéra italien, ou plutôt en italien, puisque certains compositeurs – en l’occurrence Haendel, Haydn et de Waert – n’appartenaient pas à la sphère transalpine, mais l’italien était alors la langue préférée pour la scène. Le choix de William Christie s’est porté pour moitié sur le premier baroque, pour moitié sur la toute fin de l’époque ou même des premiers classiques. Outre le plaisir de découvrir des arias extraits de grandes raretés lyriques de ces compositeurs, on découvre bien évidemment les jeunes pousses de la scène de demain. Rappelons que parmi les « anciens » du Jardin des Voix, cuvée 2007, l’on compte par exemple Soya Yoncheva. © SM/Qobuz
CD8,09 €

Classique - Paru le 30 juin 2017 | Berlin Classics

HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Musique concertante - Paru le 23 avril 2009 | Eloquentia

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 23 décembre 2016 | Dream Collection

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 9 décembre 2016 | Cobra Entertainment LLC

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 août 2016 | Sony Music Odyssey

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 mai 2016 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
Haydn et Ligeti, voilà un couplage discographique que peu de musiciens ont osé ; c’est donc ce que fait le pianiste Shai Wosner qui juxtapose trois Concertos, deux de Haydn et l’un de Ligeti, ainsi que des Capriccios des deux personnages. Plusieurs aspects les relient, en vérité : leur héritage magyar – les quelque trente années que Haydn passa auprès de la cour des Esterházy ont laissé d’évidentes traces hongroises en tout genre –, leur position dominante de grand pédagogue incontournable de leur époque, sans oublier leur plaisir à la facétie et à l’humour ! Alternant entre XVIIIe et XXe siècle, le pianiste israélien – disciple d’Emanuel Ax – ne laisse à l’auditeur que le temps de changer son écoute jusqu’à ce que l’on convienne qu’entre les deux compositeurs, la filiation est des plus évidentes. Ligeti est en réalité l’un des derniers élèves de Haydn ! © SM/Qobuz