Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

69 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Maurice Ravel
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 27 septembre 2019 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 30 août 2019 | Mirare

Hi-Res Livret
Émerveillé dès l'adolescence par des sonorités inouïes venues d'Orient, curieux du folklore d'Europe de l'Est, chérissant une culture espagnole en partie liée à ses origines intimes, Ravel ne cessera d'enrichir son écriture de rencontres réitérées avec l'altérité musicale. Ce programme nous entraîne dans un voyage qui revisite les facettes multiples de l'univers de Ravel et ses influences bigarrées. Mais nous y découvrons aussi que pour arpenter les terres inconnues de la musique, Ravel substitue bien souvent au bâton du pèlerin les mille trésors de son propre imaginaire. © Mirare« Sur deux instruments magnifiques, voici un Ravel tout en séductions, jusque dans Tzigane. Son plus bel atout ? Un arrangement "maison" des Cinq mélodies populaires grecques.» (Diapason, octobre 2019)
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES32,99 €
CD21,99 €

Classique - Paru le 31 mai 2019 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
De l’Espagne voisine au Levant en passant par les pays de l’Est, la deuxième grande vague d’exotisme qui atteint son sommet entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, incontestablement stimulée par de multiples expositions universelles organisées en Europe, influence fortement la création des artistes occidentaux à la recherche d’une poétique nouvelle, à commencer par les compositeurs français, assoiffés de sonorités nouvelles et cherchant à sortir de l’académisme du passé. Pour Maurice Ravel qui, en dehors de son unique tournée aux Etats-Unis, n’a jamais effectué de long voyage dans des contrées lointaines, préférant rester chez lui entouré de petits bibelots dont la majorité n’avaient de valeur que pour leur propriétaire, s’inspirer de la musique venue d’ailleurs ou de la littérature évoquant des terres inconnues dans une esthétique nouvelle, était non seulement une manière de s’évader du monde réel, mais aussi de créer son propre univers peuplé de personnages chimériques où l’« horloger suisse » pouvait tout maîtriser, comme à l’image de ces étoiles découpées dans les volets de sa maison de Monfort-L’Amaury servant ainsi à créer une nuit étoilée lorsque le maître de maison, atteint d'insomnie chronique, trouvait un peu de sommeil en pleine journée... © Klarthe
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 19 avril 2019 | La Musica

Hi-Res Livret
Maurice Ravel a créé à la salle Gaveau quelques-unes de ses pièces majeures : les Valses nobles et sentimentales, Le Tombeau de Couperin, le Trio avec piano et Tzigane. Il revient à Svetlin Roussev, Aurélien Pascal, David Lively et Denis Pascal d’interpréter ces œuvres mythiques dans le contexte de leur création. © La Musica
HI-RES11,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 22 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES7,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | MUNCHNER PHILHARMONIKER GBR

Hi-Res Livret
Le chef roumain détestait les enregistrements, comme chacun sait. C’est dont grâce aux organismes de radio que son art de la direction a pu être préservé. D’une exigence qui usait souvent la patience de ses musiciens, Sergiu Celibidache répétait inlassablement avec la précision d’un chirurgien, un geste musical aux antipodes de collègues comme Knappertsbusch, Rozhdestvensky ou Abbado. Dans les dernières années de son activité, Celibidache était devenu un véritable gourou auprès duquel on venait chercher la lumière et glaner de précieux conseils. C’est à cette époque que furent enregistrées les trois œuvres de Ravel figurant sur cet album, en 1979 pour La Valse, en 1984 pour Le Tombeau de Couperin et en 1987 pour les deux Suites de Daphnis et Chloé. Ces enregistrements illustrent parfaitement le niveau exceptionnel auquel le Münchner Philharmoniker (Orchestre Philharmonique de Munich) était parvenu sous la direction d’un directeur musical resté pendant dix-sept ans. La musique scintillante, subtile et colorée de Ravel représentait un perpétuel laboratoire de sons pour Sergiu Celibidache, qui était très attaché au compositeur français. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 17 août 2018 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 3 août 2018 | Toccata Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 13 avril 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Enregistrer les œuvres de Ravel sur instruments d’époque pourrait prêter à sourire si la facture instrumentale n’avait pas autant évolué en moins de cent ans : c’est le retour des cordes en boyau, timbales et percussions en peau, bassons français (et non fagott allemand aujourd’hui dans tous les orchestres du monde), tailles des anches, trompettes et trombones de facture française. À la tête de son orchestre Les Siècles, François-Xavier Roth donne une nouvelle version historiquement renseignée, selon le terme orthodoxe, de Ma Mère l’oye (ballet intégral), du Tombeau de Couperin et de Shéhérazade, cette « ouverture de féérie » longtemps négligée et qui est déjà du pur Ravel. Ce retour aux sources est évidemment plus aisé et plus sûrement authentique pour cette période de l’histoire de la musique puisque, contrairement aux œuvres des époques précédentes, nous en possédons des enregistrements datant des années 1920, et même avant, pour nous renseigner sur le style, les couleurs, les phrasés et les tempi. Il ne suffit pourtant pas d’avoir en mains toutes ces données historiques pour être intéressant. Ce qui rend cet enregistrement passionnant c’est d’abord parce que tous les musiciens des Siècles sont excellents et que François-Xavier Roth est lui-même un interprète de talent, connaissant parfaitement cette musique. À cet égard, son enregistrement intégral de L’Oiseau de feu de Stravinski nous avait déjà frappés par sa qualité. Ce Ravel retrouvé sonne avec clarté et finesse, c’est un régal de timbres bien définis qui tranchent avec le côté « beau son international » qui prévaut aujourd’hui dans les orchestres du monde entier. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 8 septembre 2017 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 4 août 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 14 avril 2017 | Naxos

Hi-Res Livret
Inscrire Antar dans une intégrale Ravel est peut-être un tout petit peu tiré par les cheveux ; après tout, la majorité de la partition est du Rimski-Korsakov pur jus, mais pour ce ballet de 1910, l’on demanda à Ravel de « réarranger » Rimski, de rajouter quelques ponts et quelques intermèdes – assez courts. Le compositeur lui-même, toujours modeste, indiquait que l’ouvrage comportait « 1° Le poème symphonique d’Antar de Rimski-Korsakoff [sic] et des fragments de ce même poème, réorchestrés spécialement par moi pour ces représentations. 2° Un fragment de Mlada du même compositeur. 3° Des fragments de mélodies du même compositeur, orchestrées par moi. » La partition d’orchestre conservée chez l’éditeur ne porte pas trace des mélodies, mais le reste a aisément pu être reconstitué et reconstruit à l’identique pour servir à cet enregistrement de l’Orchestre National de Lyon. Par contre, comme ce ballet se prêtait assez peu à un cadre concertant et donc discographique, il a été décidé de commander un nouveau texte (une des quatre différentes versions d’Antar de Rimski servit de musique de scène à une pièce du même nom) à Amin Maalouf, qui l’a écrit avec la musique en tête : ce sont donc pour la plupart des « mélodrames », autrement dit du texte récité par-dessus la musique. André Dussolier, somptueux, prête sa voix à l’enregistrement. On découvrira quand même quelques pages totalement inédites de Ravel, semées parmi celles du grand Russe qu’il admirait tant. L’album est complété par Shéhérazade de Ravel, chanté par Isabelle Druet. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 7 avril 2017 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Enregistré en concert en avril 2016 au Prinzregententheater de Munich, avec l’Orchestre de la Radio Bavaroise, cette version de L'Heure espagnole de Ravel bénéficie, avant tout, d’un plateau exemplaire avec des voix uniquement francophones – quatre Français, Gaëlle Arquez en Concepción, Julien Behr comme Gonzalve, Mathias Vidal pour Torquemada, Alexandre Duhamel incarnant Ramiro – et un Belge, Lionel Lhote, chantant Don Iñigo Gomez. Autrement dit, et ce n’est pas si fréquent, le bienheureux auditeur pourra entendre l’ouvrage chanté par un plateau de grande jeunesse, de parfaite expérience, et d’une élocution absolument impeccable. Et comme il s’agit d’une captation en public, l’excitation du direct est au rendez-vous ; voilà bien une version qu’il convient de faire figurer au palmarès des meilleurs enregistrements du chef-d’œuvre de Ravel. © SM/Qobuz