Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 10 septembre 2014 | Passacaille

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
On n’est pas trop certain, de nos jours, quel ordre a pu être imaginé par Bach dans l’exécution de son Offrande musicale : la partition imprimée par ses soins en 1747 semble paginée de manière à occuper un minimum de papier, et de sorte à ménager le moins de « tournes » possibles pour les instrumentistes de la Sonate… De plus, les canons sont proposés sous forme diaboliquement cryptée, charge aux musiciens d’en trouver les solutions – et il s’en trouve d’intrigantes ! Certaines interprétations commencent et finissent par les Ricercar, le premier à trois voix dont on pense qu’il reflète assez fidèlement la notation qu’a effectuée Bach de sa propre improvisation lors de son passage chez le roi de Prusse, le dernier à six voix écrit au retour du Cantor à Leipzig – ricercar à six voix que d’aucuns jouent au clavecin seul, d’autres le distribuant sur plusieurs instruments. D’autres préfèrent terminer avec la Sonate en trio, pour flûte, violon et clavier. Le présent enregistrement de l’ensemble Il Gardinello – Jan de Winne au traverso, Sophie Gent au violon, Vittorio Ghielmi à la gambe, Lorenzo Ghielmi au clavecin – s’achève sur le Canon perpétuel, et offre le Ricercar à 6 au clavecin seul. En guise de complément, Lorenzo Ghielmi troque le clavecin pour l’orgue pour nous donner un autre chef-d’œuvre de l’art canonique de Bach, les Variations canoniques sur « Vom Himmel hoch da komm ich her » également de 1747. © SM/Qobuz