Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2011 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 1 janvier 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice
Beaucoup moins connu que son homologue écrit pour le violon, le Concerto pour violoncelle de Samuel Barber, composé à la fin de la seconde guerre mondiale, est pourtant tout à fait passionnant. En l'écrivant, le compositeur américain avait l'ambition de créer une des œuvres les plus importantes pour le violoncelle. Mais le sort en décida autrement et l'ouvrage ne s'est jamais vraiment imposé. Il faut dire qu'il est d'une redoutable difficulté et peut-être moins immédiatement abordable que d'autres compositions de Barber. Christian Poltéra, qui a réuni dans ce couplage original Sonate et Concerto de Barber pour son instrument, est un soliste absolument convaincant. Sous ses doigts, la belle cantilène de l'andante sostenuto du Concerto s'écoule avec un romantisme aussi paisible que généreux et le Finale s'envole sur les cimes. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 février 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month - Gramophone Editor's Choice
Le chef finlandais marche sur les traces de son défunt compatriote, Paavo Berglund, qui avait enregistré trois intégrales des Symphonies de Sibelius. Après une première série d'enregistrements avec son Orchestre de Lahti, voilà que Vänskä remet le couvert avec l'Orchestre du Minnesota (ex Orchestre de Minneapolis)dont il est le directeur artistique depuis 2003. Mais qui se plaindra du choix toujours plus grand de ces sept chefs-d'oeuvre ?
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 juin 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Une très heureuse surprise que cet album consacré aux oeuvres pour violon de Paul Hindemith qui fait toujours un peu peur aux Français. L'excellent violoniste Frank-Peter Zimmermann interprète le Concerto pour violon avec un jeu brillant et délicat accompagné avec soin par Paavo Järvi. Ce Concerto, si émotionnel et passionné, devait subir les foudres nazies et représente à la fois le sommet des oeuvres pour violon du compositeur allemand (lui-même excellent violoniste et altiste) en même temps que le sommet de sa disgrâce. Les Sonates pour violon et piano ou pour violon seul, écrites antérieurement, sont lyriques et expressives et semblent ouvrir la voie au Concerto qui reste le chef-d'oeuvre de Hindemlith pour le violon. Une redécouverte qui vient à point nommé réparer une injustice. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 27 août 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 novembre 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 janvier 2014 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 5 février 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 4 mars 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Symphonies - Paru le 5 août 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 septembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Prise de son d'exception
« "Nous sommes de l’étoffe dont les songes sont faits" : Grete Pedersen a placé un vers de La Tempête de Shakespeare au fronton de ce récital à l’humeur nocturne, nouvelle réussite éclatante de son Chœur de solistes norvégien après une monographie Grieg couverte d’or il y a neuf ans, suivie d’un couplage Brahms-Schubert et d’un florilège XIXe-XXe (Refractions) à peine moins admirables. Le nouvel album nous fait glisser dans les bras de Morphée : non pas que l’on s’y ennuie une seule seconde ; au contraire, l’oreille cajolée par tant de grâces vocales s’abandonne sans résistance au beau livre des rêves qui tient lieu de programme. [...] Difficile de prendre congé de ce bien nommé « chœur de solistes » – aussi affûté individuellement que collectivement –, dont la palette expressive dessine mille nuances d’affects, entre la plume onirique et le marteau bruitiste. » (Diapason, mars 2017 / Benoît Fauchet)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 2 décembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice - Prise de son d'exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 3 février 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 3 mars 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
« Héroïnes d’amour et de deuil », voilà qui caractérise parfaitement cet album que consacrent la soprano Ruby Hugues, la violoncelliste Mime Yamahiro Brinkmann et le luthiste Jonas Nordberg à une belle poignée d’ouvrages dans lesquelles les dames chantent l’un et l’autre. Et quand on dit que « les dames chantent », c’est bien dans tous les sens du terme : une soprano, des héroïnes féminines parmi lesquelles la déchirante Didon de Purcell, et aussi des compositrices de l’époque baroque telles que la célèbre Barbara Strozzi, la religieuse Claudia Sessa, Francesca Caccini et Lucrezia Vizzana qui, toutes, ont contribué à la musique de leur époque même si l’époque avait du mal à considérer une femme comme une artiste à part entière. Aux côtés des ces arias, on entendra aussi quelques œuvres pour violoncelle solo de Vivaldi – une Sonate, dont les quatre mouvements sont distribués tout au long de l’album – et d’autres pour luth ou théorbe solo de Kapsberger, Piccinini et autres de cette même période. Le propos de l’alternance entre pièces vocales et instrumentales étant, bien sûr, de diversifier les styles, les genres, même si l’esprit d’amour vs. Lamento reste toujours présent. La soprano Roby Hugues, pour mémoire, est une habituée du Festival d’Edimbourg, de celui d’Aix-en-Provence, du Theater an der Wien avec René Jacobs, du London Haendel Festival et tant d’autres de la même renommée. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Né en 1963, le compositeur britannique John Pickard s’est très tôt fait connaître avec un répertoire orchestral et instrumental d’une grande puissance, en particulier cinq symphonies déjà, ainsi qu’une belle collection d’œuvres orchestrales de dimension symphonique. Les critiques ont souligné son sens de l’architecture y compris dans les plus grandes formes, et sa capacité à renouveler les genres et formes classiques tout en apportant son évidente contribution personnelle. La revue The Strad estimait qu’un de ses quatuors était « la meilleur pièce de musique de chambre britannique depuis des années », le American Record Guide voyait certaines œuvres orchestrales comme « un trésor » et « des œuvres grandioses » ; le BBC Music Magazine le considère comme « un maître-né de l’orchestre » et son ouvrage Channel Firing « l’une des meilleurs œuvres britanniques depuis les années 1990 », et cite un autre de ses albums comme « l’un des plus importants enregistrements de musique contemporaine orchestrale de 2013 ». Gramophone utilise des termes tels que « tout simplement bluffant », tandis que l’International Record Review le « recommande chaudement à quiconque douterait encore du pouvoir de la musique symphonique actuelle ». Mais arrêtons là ce panégyrique. Que l’auditeur se cale confortablement dans son fauteuil Chesterfield et jouisse des quatre ouvrages de l’album, des pièces fortement contrastées l’une par rapport à l’autre : le compositeur déclare lui-même « avoir toujours cherché à apporter de la variété dans ses œuvres en se fixant de nouveaux défis en termes de structure, d’harmonie et de sujet-matière extramusical. Se répéter n’a que peu d’attrait, de sorte que chaque nouvelle œuvre tendrait à s’opposer en réaction à celle qui l’a précédée, plutôt qu’une continuation de ses atmosphères, ses techniques et ses considérations esthétiques ». L’énergique Cinquième Symphonie de 2014, présente un fort contraste avec Sixteen Sunrises (« Seize levers de soleil ») de 2013, où Pickard emprunte une demi-mesure au début de Lohengrin avant de permettre au soleil de se lever seize fois en quatorze minutes – des levers accélérés et répétés, comme ceux que l’on pourrait vivre en séjournant dans la Station Spatiale Internationale. Les Variations concertantes pour orchestre de chambre sont conçues « comme un divertimento d’esprit léger qui ne pose aucune question fondamentale et cherche seulement le pur plaisir ». L’album se referme avec une Toccata d’après L’Orfeo de Monteverdi, pour instruments modernes : hautbois, saxophone soprano, bassons, cuivres, cordes graves, et quelques instruments à percussion à sons déterminés. © SM/Qobuz