Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
HI-RES14,40 €18,00 €(20%)
CD9,59 €11,99 €(20%)

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month - Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Dacapo SACD

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 17 août 2018 | VIVAT

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES11,89 €16,99 €(30%)
CD8,39 €11,99 €(30%)

Classique - Paru le 23 mars 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Prise de Son d'Exception
Après des volumes consacrés aux grands cycles instrumentaux vivaldiens, La Stravaganza (2004), La Cetra (2012) et L’Estro armonico (2015), la violoniste anglaise Rachel Podger poursuit son travail avec son ensemble Brecon Baroque pour cette nouvelle version des Quatre Saisons, complétée par trois concertos pour violon. Le Brecon Baroque est une émanation du festival du même nom qui a lieu chaque année à la fin du mois d’octobre dans le Pays de Galles. Un endroit magique au confluent de deux rivières, avec des paysages spectaculaires attirant des centaines de visiteurs. Passionnée par la musique de Vivaldi comme par celle de Biber, Rachel Podger, qui a fait ses études en Allemagne, démontre dans ses interprétations combien la musique du Prêtre Roux peut, elle aussi et à l’instar de celle de Biber, revêtir du mystère et de la bizarrerie, au point de faire de Vivaldi un lointain descendant des maniéristes de la fin de la Renaissance et du début du Baroque. Un parti-pris particulièrement intéressant et réussi. © François Hudry/Qobuz« [...] Un joli coup de théâtre, quand les Quatre Saisons nous font rêver, sourire et frémir comme au premier jour ! [...] Enfin une alternative aux divins exploits de Giuliano Carmignola (Divox). La forme d'évidence qui promet à ces Saisons une place d'honneur dans la discographie nous ferait presque oublier tous les risques qu'y prend Rachel Podger. Risques techniques et plus encore musicaux : elle approfondit les atmosphères, caractérise éléments et personnages (coups de fusils, mouches, relents d'alcool et frissons !) sans disséminer l'élan expressif. Et pourquoi ne pas débuter forte l'Hiver ? Pourquoi ne pas laisser s'éloigner finalement la tempête de l'Eté ? Enfin une musette avec sourdines ("con sordini" !) qui teinte l'enthousiasme printanier d'une douce mélancolie. [...] S'il s'en tient à un seul instrument par partie [...], son magnifique Brecon Baroque maîtrise une palette impressionnante. [...] (Diapason, juin 2018 / Olivier Fourés)
HI-RES17,99 €
CD12,99 €

Classique - Paru le 16 février 2018 | Myrios Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Après plusieurs albums respectivement consacrés aux Études d'exécution transcendante de Liszt, ou encore Moussorgski et Schumann, ou aux Concertos de Tchaikovski (1er) et Prokofiev (2è) pour le même label Myrios Classics, le pianiste russo-américain Kirill Gerstein s'immerge dans le monde coloré et rythmique de Gershwin. Heureusement, il choisit la version pour Jazz Band (1924) de la Rhapsody in Blue qu’il transforme en une œuvre presque cubiste, en totale symbiose avec le geste également acéré de David Robertson : le pianisme est vraiment anguleux, parfois glaçant, les cuivres se souviennent des partitions les plus modernistes de Bartók ou Prokofiev ou de la nouvelle musique américaine, en ce début des années 1920. Même proposition pour le Concerto en fa de 1925, le geste nonchalant de l’extraordinaire Earl Wild sous la direction d’Arthur Fiedler (RCA, 1959) se dissipe au profit, chez Gerstein et Robertson, de sonorités plus percussives. Kirill Gerstein offre en bis – l’album présente des enregistrements de concert – divers arrangements (ou paraphrases autour) des plus fameux « songs » du génie américain, dont un « I Got Rhythm » assez succulent dû à Earl Wild. Un album particulièrement stimulant en ces temps de neige. © Théodore Grantet/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 septembre 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Rachel Podger, « la reine du violon baroque » selon le Sunday Times, s’est fermement établie comme une des interprètes majeures des ères baroque et classique. Programmatrice de talent, elle est également fondatrice du Brecon Baroque Festival et de l’ensemble Brecon Baroque, avec lequel elle vient d’enregistrer le présent album rassemblant quatre violonistes-compositeurs, trois Italiens et un Allemand, tous nés pendant le dernier quart du XVIIe siècle, et morts aux alentours des années 1760 hormis Vivaldi qui s’éteignit quelque années plus tôt. Ces œuvres explorent le royaume de ce qui était alors la forme révolutionnaire de la sonate pour violon et continuo, qui entrelace les anciennes danses stylisées avec la tradition « préludante » plutôt germanique, un monde stupéfiant d’inventivité. Selon Rachel Podger : « Les liens personnels entre ces quatre compositeurs sont un vrai roman populaire ! Veracini et Pisendel, virtuoses émérites, eurent un différent tel que Veracini s’enflamma au point de se jeter par la fenêtre de rage, se brisant le pied au passage. Veracini étonna Tartini avec sa technique d’archet d’une étonnante fluidité, de sorte que Tartini se retira quelques temps pour travailler sa propre technique. Pisendel avait étudié avec Tartini et Vivaldi… ». Ajoutons que l’une des sonates de Vivaldi ici présentée est dédiée à Pisendel. Podger confère une grande unité à ces œuvres écrites aux quatre coins des royaumes européens à une époque où de puissantes influences musicales croisées changeaient sans cesse les styles et les modes. © SM/Qobuz
HI-RES14,40 €18,00 €(20%)
CD9,59 €11,99 €(20%)

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica
« Ce jalon d’une probable intégrale lentement distillée, et déjà "dorée" à plusieurs étapes, nous a déstabilisés et fascinés. La prise de son tout d’abord : absolument maîtrisée, elle privilégie la précision et le sentiment d’extrême propreté, mais place la scène sonore à distance au prix de l’impact, de la puissance et d’un certain éclat. À se demander si ce parti pris esthétique n’épouse pas la volonté du chef, à la direction sobre, rapide, objective, comme allégée. Et ce dès les premières notes du mouvement initial : l’appel imposant des huit cors – réclamés par la partition – certes alerte, se révèle ici d’une étrange minceur. Fischer voudrait-il débarrasser l’œuvre de tout excès, d’une certaine "vulgarité" qui pénalise de nombreuses interprétations célèbres ? On sait pourtant en quelle estime il tient les Mahler "de" Bernstein. [...] Une conception originale, qui laisse peut-être sur sa faim au premier regard, mais captive sur la durée. Puisse cette intégrale hors du commun arriver un jour à terme, malgré les difficultés économiques que traverse l’orchestre hongrois depuis 2016. [...] » (Diapason, septembre 2017 / Thierry Soveaux)
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2013 | Ambroisie - naïve

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 26 août 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Il est de bon ton d’affirmer que Telemann fut un robinet d’eau tiède baroque, du haut de ses quelque 1750 cantates, 50 passions, 50 opéras et quelque 700 œuvres instrumentales. C’est aussi faux et idiot que de prétendre que Vivaldi écrivit cinq cent fois le même concerto… La vérité est bien différente : s’il existe sans nul doute des ouvrages moins intéressants chez Telemann comme chez tout le monde, la quantité de répertoire disponible permet de faire son choix et de s’arrêter sur les chefs-d’œuvre, ce qui laisse toujours de quoi jouer des dizaines d’heure de superbe musique ! C’est le cas de cet album où l’Ensemble Florilegium a sélectionné quelques concertos de toute beauté, dans lesquels Telemann se fait un malin plaisir à brouiller les cartes. Un concerto en mi majeur, ce n’est déjà pas trop fréquent, la tonalité étant un peu inconfortable pour les instruments de l’époque ; mais un concerto pour flûte, hautbois d’amour et viole d’amour, voilà qui est des plus rares. C’est que le compositeur a compris que, pour ces instruments solistes moins éclatants, autant choisir une tonalité qui oriente vers des sonorités plus tendres. On remarquera les accents polonais de nombreux passages, une caractéristique très telemannienne, rien de plus normal lorsque l’on sait qu’il vécut deux années à Sorau (l’actuelle Żary), en terre polonaise. Le deuxième concerto de l’album s’adresse à la douce flûte à bec et à une viole de gambe soliste – et extrêmement virtuose. Suit l’une des 1750 cantates du compositeur, puis deux autres concertos non moins étonnants d’écriture et d’effectif, pour se terminer avec une de ces très grandes suites-ouverture dont Telemann a le secret, fusion de tant d’influences française, allemande, italienne, polonaise, ancienne et moderne. © SM/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD12,99 €

Piano solo - Paru le 24 août 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Les Douze études d’exécution transcendante de Liszt représentent pour tout pianiste une sorte d’alpha et d’oméga de leur carrière, des pièces qu’il faut absolument maîtriser si l’on veut accéder au statut de grand virtuose. Mais la virtuosité n’est pas tout, encore faut-il faire de la musique avec ces monuments de technique. Kyril Gerstein (*1979), lui, évite soigneusement de se laisser entraîner dans le tourbillon du toujours-plus, toujours-plus-vite. Ses tempi restent organiques, destinés à faire sortir les phrases, les harmonies, les éléments mélodiques, certes dans l’habillage virtuose qui est celui de Liszt, mais aussi dans sa recherche thématique beaucoup plus poussée que ce que l’on croit souvent. Gerstein est d’ailleurs coutumier des chemins de traverse : son répertoire s’étend de Bach aux contemporains, mais aussi au jazz (c’est d’ailleurs par le jazz qu’il a accédé au piano, avant de se tourner vers le monde plus classique ; d’où sans doute l’espèce de « swing » qui sous-tend son jeu ?), à la musique de chambre – y compris dans la recherche d’ouvrages du répertoire rarement donnés, et peu « glamour » en termes de virtuosité ! –, toujours dans une recherche de la sonorité, de la vérité musicale. Bien trop rares sont ces pianistes… © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 mai 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 avril 2016 | Philharmonia Baroque Productions

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,40 €18,00 €(20%)
CD9,59 €11,99 €(20%)

Classique - Paru le 20 mai 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Le nouvel album du chef d'orchestre hongrois Ivan Fischer chez Channel Classics est dédié à l'une des symphonies les plus complexes de Gustav Mahler, son ultime symphonie achevée (1909-1910), la Neuvième. Il a déjà enregistré les 1ère, 2è, 4è, 5è et 6è. Avec son orchestre aux timbres si particuliers, sa direction subtilement architecturée, Ivan Fischer poursuit une intégrale de l'oeuvre malhérienne parmi les plus passionnantes des dernières années. Un opus immanquable !
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 septembre 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Quelques célébrités – Frescobaldi et Gabrieli (même si ce dernier appartient plutôt à la Renaissance tardive : disons qu’il sert de mentor imaginaire aux autres) –, beaucoup de compositeurs plus rares, voire inconnus au premier bataillon baroque italien, voilà ce que nous propose ce beau CD. Les inconnus en question s’appellent Giovanni Fontana, Marco Uccellini, Dario Castello, Antonio Bertali, Biago Marini, Giovanni Meali et même une dame, Isabella Leonarda, tous actifs au cours du XVIIe siècle auprès des diverses cours qui parsemaient l’Italie en ce temps. S’il est un point commun à toutes leurs œuvres, c’est le style fantasque, inventif, virtuose, contrasté à l’extrême, un véritable théâtre instrumental. Accompagnant la violoniste Rachel Podger, le claveciniste Marcin Świątkiewicz joue sur une copie d’un instrument italien datant du tout début du XVIIe siècle : sonorité transparente, dans un tempérament baroque qui donne tout son piment à cette musique chatoyante de chromatismes et de folies. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2013 | Da Capo

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Erik Heide, violon - Lars Anders Tomter, alto - Norrköping Symphony Orchestra - Dmitri Slobodeniouk, direction